J’ai honte de mon peu de foi, cela fait que je n’ose plus aller vers Dieu

Par : pasteur Marc Pernot

illustration - Image: 'praying for time' http://www.flickr.com/photos/36613169@N00/529710929

Question d’un visiteur :

Bonjour Monsieur le pasteur,

Je me permet de vous envoyer ce message car j’ai beaucoup de questionnements personnels sur ma foi et j’aurai besoin de réponses venant d’un homme comme vous…

Tout d’abord, je me présente, j’ai 22 ans, et je viens d’une famille athée. J’ai, depuis que je m’en souvienne, toujours cru en Dieu. Très jeune, je posé des questions à ma mère sur Dieu. Celle ci n’ayant aucune croyance et connaissance en la religion m’a inscrite au catéchisme. Ce cours ne m’a pas plu, je ne me retrouvé pas dans les paroles et dans les instructions que l’on me demandé de suivre… Je me suis donc procuré une Bible et ai commencé à la lire de mon côté. Au lycée, en classe de seconde, j’ai appris en histoire l’existence du protestantisme et son dogme, et je m’y suis tout de suite intéressée. J’ai aussi rencontrée ma meilleure amie, qui se trouvait dans une situation exactement similaire à la mienne, c’est à dire lisant la Bible dans son coin, et perdue face à l’Eglise Catholique qui ne lui correspondait pas. Nous avons donc pris un rendez vous avec un pasteur à Montpellier pour se renseigner. Nous y sommes allé tous les mercredi pendant plusieurs mois et nous avons enfin trouvées notre voie. Je lisais la Bible tous les soirs, et je priai.

Un jour, je n’ai plus réussi à le faire, j’ai été emportée dans un cercle vicieux de culpabilité.

Je n’arrive plus à prié car je me sens coupable d’avoir était si peu assidue dans mes lectures et mes prières. Je me sens mauvaise spirituellement et j’ai honte. Quand j’essaye de me remettre à la prière, je me sens comme une enfant qui a peur de se faire grondée, et je n’ose pas confier mes peines et problèmes du quotidien au Seigneur dans l’espoir qu’il m’aide car j’ai l’impression de ne pas le mériter.

Je rêve de pouvoir avoir une vie spirituelle nourrie, riche… D’avoir une faim insatiable de me rapprocher de Dieu, mais je n’ose plus me lancer et je ne sais pas pourquoi je suis ainsi bloquée. Je vie avec mon compagnon qui est athée depuis 4 ans et nous ne somme pas marié, j’ai aussi peur que cela m’enfonce dans le péché… J’ai aussi, une fois renié Dieu devant une personne de mon âge ayant vu l’application de la Bible sur mon portable. Elle m’a demandé d’un ton très moqueur si j’étais « sérieuse d’avoir ça sur mon téléphone » (pour le citer). J’ai répondu que s’était juste pour me documenter sur la religion, j’avais trop peur de son jugement. Ce reniement, je le ressent comme une trahison envers Dieu et je n’arrive pas à me le pardonner, je me sens encore plus faible.

Si je viens vers vous aujourd’hui, c’est que j’ai besoin de cette lumière que procure la foi et la religion, et je sais surtout que je ne suis pas une âme perdue loin de la. Que Dieu ne nous laisse jamais tomber et qu’il attend mon retour vers lui avec impatience et que je suis déjà pardonnée… J’ai seulement l’impression d’être minable face à tant de bonté divine, et que jamais je n’arriverai à en être à la hauteur…

J’aimerai avoir votre avis sur ma situation, ainsi que vos conseils que j’estimerai énormément… Je vous remercie d’avance pour la lecture de mon histoire, en espérant ne pas vous causer de dérangement,

Avec toute mon admiration,

Réponse d’un pasteur :

Bonjour

Franchement, je suis hyper touché par votre sincérité, votre humilité, et votre foi, aussi. Je suis persuadé que Dieu vous trouve adorable. Mais vous savez très bien, aussi bien que moi, que ce n’est pas Dieu qui vous en veut pour quoi que ce soit, c’est juste vous qui ne vous pardonnez pas. C’est souvent le pardon le plus difficile à atteindre. L’apôtre Jean a une phrase pour ça : « Si notre coeur nous condamne, Dieu est plus grand que notre coeur, et il connaît toutes choses. » (1 Jean 3:20). Et il peut vous aider. Mais il ne faut pas être aussi sévère avec vous mêmes. On fait ce que l’on peut, et comme tout le monde, il y a des hauts et des bas.

Le mieux est de se fixer des objectifs réalistes, par exemple aller au culte une fois par mois, étudier un peu la bible une fois par semaine, et prier au moins une seconde par jour. Et ensuite ajuster en plus ou en moins. Peut-être de temps en temps s’offrir une occasion de se booster un peu grâce à un livre, une formation, une retraite…

Vous avez la motivation, c’est génial. C’est l’essentiel car finalement, c’est ça qui est visé, cet appétit pour le meilleur, pour la source. La religion n’est qu’une salle de musculation pour chercher à être comme cela, mais encore à affiner, approfondir cette démarche.

Mais nous ne sommes pas à l’usine, chacun son rythme, notre patron est franchement bienveillant, et ce n’est même pas un patron, c’est plutôt un formateur, un médecin, un ami, une tendre maman…

De même pour votre situation matrimoniale, Dieu regarde au cœur, manifestement vous avez un vrai projet avec cet homme, de construire un couple, une famille. Ensuite, c’est vrai que c’est bien de place ce projet dans un engagement pris dans la société, et aussi devant ses proches, mais Dieu, lui, voir le cœur, pas le coup de tampon dans un registre !

Amitiés

pasteur Marc Pernot, église protestante de Genève

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *