J’ai 17 ans et je souhaite devenir chrétien, je suis en discussion sur twitter sur les textes bibliques.

Par : pasteur Marc Pernot

comme un panneau de signalisation routière : attention aux trolls - Photo by Mark König on Unsplash

Attention aux trolls – Ils sont terribles. Mieux vaut avoir peur d’eux et faire confiance dans l’amour de Dieu, que de penser que les trolls vous voudraient du bien en vous faisant craindre un Dieu terrible…

Question d’un visiteur :

Bonjour Pasteur,

J’ai 17 ans et je souhaite devenir chrétien, mais avant, je préfère lire les textes pour ne pas avoir de mauvaises surprise plus tard. J’ai commencé l’Ancien Testament mais je me suis arrêté car c’était trop long et que ce qui m’intéresse c’est surtout Jésus, je viens donc de lire l’évangile de Matthieu. J’ai ensuite parlé avec des gens sur tweeter et lorsque j’ai dis que la peine de mort n’était pas dans les valeurs chrétiennes il m’ont retorqué que si, et m’ont désigné deux versets : Matthieu 15:4 et Romains 1:32. Et je n’ai rien su leur répondre, j’espère que vous pourrez m’aider, car le Dieu en lequel je veux croire n’est pas un Dieu qui autorise un homme à décider de la mort d’un autre.

Pour le premier Jésus rappelle que Dieu à dis d’honorer ses parents au risque d’être puni de mort. Alors certes il pointe une contradictions chez les Pharisiens mais à aucun moment il n’infirme ou précise que Dieu ne souhaiterait pas punir de mort.

Pour le second, Paul dans sa lettre au Romains où il déclare que certaines personnes « méritent la mort » je ne comprend pas bien de qui il parle, de « soi disant sages  » qui se deshonorent en couchant avec d’autres hommes (ce n’est pas que cela me dérange mais on qualifierait aujourd’hui ce passage d’homophobe) et qui sont remplis de mensonges de perversité, bref qui cumulent les défauts. Mais il est difficile pour moi de ne pas reconnaître que dire que certaines personnes méritent la mort est un appel au meurtre. Certes si je mérite un chapeau, personne n’est contraint à me le donner mais il est sous entendu que c’est une bonne chose que de me donner un chapeau.

Ils m’ont également mentionné le verset « Matthieu 5:17-18 » car je leur avait dis que l’Ancien Testament n’avait aucune valeur pour moi.

Alors je sais bien que Jésus est juif et à été instruit par l’Ancien Testament qu’il « accomplis » mais cela veut il dire que le chrétien doit le suivre ?

J’ai une dernière question, lors de différentes réponses que vous avez écrites vous expliquez que l’on peut comprendre certains écrits non comme une incitation à attaquer son prochain mais à combattre la partie de nous même qui est mauvaise. J’aime bien cette interprétation mais j’aimerais savoir par quoi la justifier, une parole de Jésus, d’un apôtre, d’un pape ou même d’un saint ?

Voilà voilà, ça fait long mais ces questions m’embêtent énormément et la réponse d’un pasteur comme vous comblera, je l’espère mon inquiétude. J’espère aussi recevoir un mail lorque vous aurez répondu.

Merci d’avance de prendre le temps de me lire et de me répondre. ( :

Réponse d’un pasteur :

Bonjour Monsieur

Bravo pour votre recherche. Et pour cette belle démarche à la fois spirituelle et intelligente, responsable.
Sur les réseaux sociaux, hélas, oui, il existe toute sorte de haineux, de violents, d’extrémistes, de grognons, de racistes, de sectaires, d’homophobes, … qui s’expriment. Car il est plus difficile d’exprimer sa propre méchanceté devant le visage d’une personne en chair et en os.
Alors il me semble préférable, quant à moi, de regarder avec intérêt ce qu’il y a sur les sites, blogs, livres et journaux, mais de faire l’impasse sur ces débats souvent nauséabonds de twitter, facebook où se défoulent les trolls.
C’est pourquoi, il me semble que le mieux est de ne même pas répondre à ces personnes. C’est bien inutile, et c’est fatiguant. Que Dieu les bénisse et les accompagne.
Effectivement, il y a dans la Bible des passages qui annoncent l’élimination des méchants.
Et comme vous l’avez remarqué je pense qu’il convient de lire cela comme l’élimination de ce qui est méchant en nous, et dans ce monde, pour sauver ce qui est juste.
Cela n’est pas une invention récente, cette interprétation fait partie même de la Bible, il y a bien des exemples. J’en vois bon nombre dans l’ancien testament, mais puisque vous préférez le nouveau testament, je me contenterai d’exemples dans celui-ci :
  • Quand Jésus parle du jugement des justes et des pécheurs en Matthieu 25,il dit que le juste est une personne qui a donné une fois un verre d’eau à boire à un petit, et le méchant une personne qui n’a pas donné à boire une fois à un petit. Tout le monde fait manifestement partie des deux catégories à la fois.
  • De même pour la parabole de la brebis perdue (Luc 15), elle figure le pécheur et les 99 autres les « justes qui n’ont pas besoin de repentance ». C’est l’explication qu’en donne Jésus lui-même. Nous savons parfaitement que nous sommes tous des pécheurs, qu’il n’existe pas même un seul « juste » 100% juste. Comment Jésus parlerait alors de 99% de personnes justes qui n’ont pas besoin de repentance ? Cela n’a de sens que si chacun de nous est à la fois la brebis perdue et les brebis reconnues comme juste par l’amour et le pardon de Dieu.
  • La figure du jugement est souvent exprimée dans les évangiles, comem dans le Psaume 1er, comme le vannage du blé, qui consiste à éliminer la paille et à garder le grain pour en faire de la farine. C’est intéressant car le grain de pousse jamais sans la paille, l’épi est voulu par Dieu à la fois grain et paille. Chacun de nous est ainsi.
  • Le baptême, plongée dans la grâce de Dieu, est mis en parallèle, pour nous expliquer le salut, avec le déluge (éliminant l’humanité méchante et sauvant la famille de Noé, figue de l’humanité parfaitement juste), et ce salut ets mis en parallèle aussi avec la traversée de la mer Rouge par les hébreux avec élimination des armées du pharaon. Chaque personne baptisée est ainsi comparée par Paul (1 Corinthiens 10:2) et par Pierre (1 Pierre 3:21) à une humanité faite de justes (sauvés) et de pécheurs (éliminés). Le jugement traverse ainsi chacun, plutôt que de sélectionner seulement les plus performants. Garder le meilleur d’une personne, c’est précisément cela, aimer, et c’est ce que nous voyons bien dans l’attitude de Jésus envers chaque personne rencontrée.
La caractéristique de l’extrémisme est de chercher à séparer un camp des justes (en général le sien, son parti, son église, son quartier, son peuple, sa couleur…) séparé nettement des autres, de l’extérieurs, des infidèles, des réprouvés et des pécheurs. Cette vision du monde entre deux camps est source de bien des malheurs entre les humains, de bien des désespoirs, d’orgueil mal placé, de coupure avec Dieu par crainte ou par certitude de le posséder…
En ce qui concerne l’Ancien Testament, vous dites :
Ils m’ont également mentionné le verset « Matthieu 5:17-18 » car je leur avait dis que l’Ancien Testament n’avait aucune valeur pour moi.
Alors je sais bien que Jésus est juif et à été instruit par l’Ancien Testament qu’il « accomplis » mais cela veut il dire que le chrétien doit le suivre ?
Comment est-ce que Jésus « accomplit la loi » alors que manifestement, il prend de grandes liberté même vis à vis du Sabbat, en faisant des choses interdite de jour là ? C’est même probablement une des principales causes de son exécution à mort. De plus on le voit fréquenter des non-juifs comme un centurion romain, comme des Samaritains, ou une femme Syro-Phénicienne… Jésus accomplit donc dans l’amour les commandements de la Loi de Moïse. Ce n’est pas qu’il les annule, il part du fait que ces commandements, dans la mesure où ils viennent de Dieu lui-même, ont nécessairement pour objectif la vie, l’amour, le bien. Jésus va droit au but, il accomplit l’esprit de ces lois en aimant, en faisant preuve de solidarité, de pardon, d’engagement en faveur de la personne, même quand un commandement l’interdirait s’il était compris d’une façon étroite selon la lettre.
De toute façon, la base même de l’Evangile est d’aimer Dieu, selon Jésus, et d’aimer son prochain, et de s’aimer aussi soi-même en vérité. Celui qui fait cela accomplit la Loi et les prophètes.
C’est vrai qu’une connaissance de la Bible hébraïque aide considérablement pour comprendre de quoi parle Jésus, et ce qui est écrit dans le Nouveau Testament. Mais pour le chrétien, l’essentiel est certainement les évangiles, ou devrait l’être (je pense), puis les lettres de Paul et de Jean… Si vous n’appréciez pas tellement la Bible Hébraïque, ne vous forcez pas plus que nécessaire bien sûr. d’une manière générale, je pense qu’il n’est pas bon de se laisser impressionner par les personnes qui sont certaines que LEUR façon de pratiquer la foi est la seule valable et que toute personne qui fait différemment est donc nécessairement dans l’erreur et doit être ramenée dans le bon chemin. Cette attitude est révélatrice de ce qu’ils ont dans leur cœur à eux.
Dieu vous bénit et vous accompagne.

par : Marc Pernot, pasteur à Genève

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Gilliane dit :

    17 ans et une réflexion aussi brillante !!!
    Merci pour cette conclusion ,pasteur, rappelant que l’exclusion de l’autre n’est que le reflet de notre cœur et non celui de l’enseignement de Jésus
    Merci encore pasteur pour cette intelligence au service de tous
    Que Dieu vous bénisse

  2. Cabane dit :

    Concernant l’ancien Testament, se souvenir toujours que beaucoup de textes étaient des poèmes, et ont été conservés en tant que tels. D’autres mains, postérieures, se sont rajoutées, c’est un peu dommage. Les Prophètes ont vécu avec leur époque, nul ne peut le leur reprocher, mais leur enseignement demeure. Ainsi Jésus a dit : « Ne croyez pas que je sois venu pour abolir la Loi et les Prophètes… » . Mais l’enseignement de Jésus est très beau, car il met chacun d’entre nous – TOUS les humains – en face chacun de sa conscience. C’est aussi simple que ça.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *