Il faut dénoncer tous les scandales, la pédophilie et agressions sexuelles qui touchent nombre d’institutions. L’abstinence est contre nature ?

Par : pasteur Marc Pernot

enfants jouant au ballon dans une prairie bordée d'arbres - Photo by Robert Collins on Unsplash

Question d’un visiteur :

Bonjour Cher Pasteur
Prochainement un rapport va faire surface relatif à la pédophilie dans l’Eglise. J’ai déjà entendu sur certaines ondes radiophoniques que ça va faire un désastre.
J espère simplement que les médias correspondront à mon attente.
Il est juste de dénoncer tous les scandales, la pédophilie et agressions sexuelles qui touchent nombre d’institutions. Les victimes, des enfants pour la plupart, restent traumatisés à vie. L’Eglise a fait silence trop longtemps. Désormais il y a des langues qui se délient et évidemment il y a un très grand nombre de faits.
Hélas, l’Eglise n avait pas besoin de cela, tout comme les victimes n auraient jamais dû subir ces faits odieux.
J espère simplement que les médias sauront construire , émettre des propos respectueux lors des débats qu’ils sauront organiser avec le respect pour toute personne , religieux comme victimes, car le devoir des médias, il faut le rappeler , n est pas de juger , mais avant tout , de rapporter des faits , sans prendre parti, en toute objectivité, au plus possible de la vérité , sans inventer .
S il est juste de présenter ce qui ne va pas, il est d autant plus juste de traiter l’information pour apporter des réponses, des solutions , ou des pistes pour des solutions. Et pour le dossier de la pédophilie dans l’Eglise, j’espère bien qu’on entendra « plus jamais ça « .
Un ami me disait que l’abstinence , c’est pour lui, contre nature. Pour ma part je pense qu’il y a eu assez peu de religieux auteurs d infraction , mais toujours trop quand même, puisque pour un certain nombre , chaque religieux a fait nombre de victimes. Et une victime , de toutes façons c est toujours trop.
J’ai toujours pensé que les pasteurs représentent mieux la vie en foyer , vie de couple à part entière avec les enfants , et parce qu’ils vivent cette expérience, ils sont sans doute mieux réfléchis pour mieux parler des problèmes d éthiques sur la famille.
Je voudrais connaître votre point de vue. Et merci pour votre réponse.
Que Dieu vous bénisse.

Réponse d’un pasteur :

Bonjour cher Monsieur

Il est vrai que l’église catholique fait actuellement un grand et beau travail de mise à plat de la situation sur les agressions sexuelles dans son institution. C’est très courageux et il serait bien que chaque église en fasse de même, ainsi que toutes les structures qui ont un rapport avec les jeunes. Mais c’est vrai que, hélas, je pense qu’il y a effectivement un nombre très important de prêtres catholiques auteurs de gestes inacceptables sur mineurs et personnes dont ils ont la charge. Au moins plusieurs pourcents du nombre de prêtres. Cela existe aussi parmi les pasteurs protestants, hélas, et parmi les professeurs d’école, les entraîneurs sportifs… Les institutions ont toutes plus ou moins tendance à vouloir étouffer discrètement les affaires. Hélas aussi. Il est clair qu’une personne avec ce genre de pulsion va chercher à s’insérer dans une fonction la plus respectable possible et qui donne l’occasion d’avoir contact avec des enfants. Le fait d’être marié, de sembler former un couple merveilleux, d’avoir des enfants, de se faire aimer de tout le monde pour son charisme formidable est loin d’être un signe que la personne ne présente pas de risque. Il faut donc être vigilant, d’autant plus que la personne est séduisante. Une vigilance de la part des institutions, de la part des autres acteurs sur le terrain vis à vis des collègues, de la part des parents. Il est bon aussi d’éduquer les enfants afin qu’ils soient des proies un peu moins faciles, seulement l’emprise de ces prédateurs est souvent puissante que l’éducation ne suffit pas toujours.

Je partage votre effroi devant de tels actes. Et devant l’attitude des institutions.

Pour ce que dit votre ami, j’ai par contre des réserves. Il ne me semble pas correct de dire que l’abstinence serait contre nature. C’est une opinion dangereuse :

  • Car elle traite de monstre la personne qui ne désire pas avoir de relations sexuelles, soit par choix, soit parce qu’elle n’en a pas envie. C’est très péjoratif. La personne asexuelle doit être respectée. Evidemment.
  • Car cette façon de voir a un autre effet pervers : elle sous-entend que le fait d’avoir des relations sexuelles serait nécessaire pour être « normal ». Du coup le célibataire devrait chercher à avoir du sexe pour le seul sexe, ce qui ne me semble pas le plus favorable comme rapports humains. Du coup, un homme marié, par exemple, va se sentir légitime à imposer à sa femme ou à son mari des relations sexuelles non désirées. C’est du viol. Et je dirais que c’est du viol aggravé par le fait que ce viol est commis sur une personne envers qui des liens existent, des engagements ont été pris. Ou alors cet homme va se sentir encouragé à être infidèle à son conjoint ce qui, là encore, ne me semble pas très favorable pour personne.
  • Car le prêtre qui choisit l’abstinence doit être respecté dans son choix. C’est un adulte responsable qui s’engage en connaissance de cause, dans un bel engagement de service très engageant. Il serait peu respectueux de le traiter comme s’il était un être amoindri par cette abstinence, ou comme une pauvre personne aliénée victime de son église. Alors même qu’il a choisi lui-même de s’y engager d’une manière aussi conséquente, et que c’est donc sa passion, dans tous les sens du terme.

C’est vrai que le fait de m’être marié m’a bien apporté dans mon ministère, pour l’accompagnement des personnes, des jeunes et des familles. Je ne dirais pas pour autant que je serais plus apte qu’un prêtre, car à force de rencontrer des personnes dans toutes les situations possibles et imaginables de par nos fonctions pastorales, les magnifiques théories que nous avions au départ sont de toute façon transformées, adoucies, complexifiées par ces milliers d’expériences accompagnées, et repassées ensuite dans notre conscience, notre réflexion et notre prière.

Dieu vous bénit et vous accompagne.

par : pasteur Marc Pernot

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

8 réponses

  1. Gérard dit :

    Bonjour Cher Pasteur et merci pour votre réponse.
    Ces agissements que je relatais sont à reconnaître et dénoncer par toutes ces institutions, au nom des valeurs morales. Hors depuis trop longtemps , cela a été silence pour que les têtes de ces institutions ne soient pas salies, qu on leur demande des  » comptes » des raisons de ne pas s occuper de cela. Ça fait désordre.
    Au sujet de l’abstinence , c’est effectivement un choix pour un prêtre, un engagement. Mais on voit bien ce que peut donner un bon engagement par ailleurs en matière de mariage. Bien que les époux s engagent dans la fidélité , pour autant d après les sondages il y aurait la moitié des personnes qui auraient trompé leur conjoint. Comme tout être humain , même Jésus l a dit  » la chair est faible « , nous ne pouvons renier notre nature , nos désirs. Je trouve normal que dans un couple l un ne force pas l autre évidemment, mais combien certains utilisent cette abstinence passagère dans un couple parce qu’ils savent que ça va énerver leur conjoint à qui ils en veulent pour quelques raisons.
    Dieu nous a donné des sens pour nous en servir. Qui se refuserait de goûter un plat particulièrement succulent. Qui se refuserait à sentir les bonnes odeurs des roses dans son jardin ?. Apprecier cela, et rendre grâce à Dieu pour les sens qu’il nous a donnés , le remercier , je pense que c’est parfaitement compréhensible. Et dans le respect mutuel dans un couple , l aspect tactile, l enlacement, les caresses , les mots doux, et continuer à donner de l amour jusqu’à à faire l amour dans la tendresse, quoi de plus beau ?. Pourquoi se priver alors que Dieu nous a créé ainsi. On voit bien actuellement à cause du covid, la distanciation ne nous permet pas d avoir des rencontres chaleureuses comme auparavant. Notre fils qui est venu hier , pour la énième fois ne nous a pas embrassé. Si l on est fait de chair, c’est pour l utiliser à bon escient. Et concernant l amour , saint Paul il me semble bien qu il ait dit  » ne vous privez pas « .
    Je pense que concernant mon voisin , quand il disait que être abstinent c’est contre nature, effectivement il n a pas réfléchi outre mesure, pensé que certaines personnes ont le droit de garder une liberté de choix , et de s engager vers une autre piste que la plupart des êtres humains. Pour autant le corps est ce qu’il est et qu il a été créé ainsi , entre faire l amour par addiction sans faire l effort de se contrôler et de respecter son conjoint, et de convenir mutuellement que l autre soit consentant, il y a deux mesures. Ces écrits anciens que faire l amour n est réservé que pour la procréation, je ne comprends pas qui a pu écrire ça et qui partage cette idée. Pour autant chacun a le droit de penser autrement que moi même pour cela.
    Que Dieu vous bénisse

  2. Gérard dit :

    Rajout
    J’ai fait quelques recherches où j’ai trouvé qu Adam aurait eu une première femme Lilith, puis Ève, avec les explications.
    Personnellement je ne comprends pas toute la Bible et je ne la comprendrai jamais totalement comme les théologiens ne comprendront jamais tout, c’est mon avis.

  3. Claire-Lise Rosset dit :

    Bonjour,

    Le sujet de la pédocriminalité dans l’église – non seulement catholique – fait verser beaucoup d’encre, aussi je me tiendrais à quelques points qui me semblent importants.

    Dans l’opéra Rigoletto de Verdi, une jeune orpheline du nom de Gilda, se fait d’abord courtiser, puis sauvagement violer par le duc de Mantoue, un homme « bien sous tous rapports » rencontré à l’église.

    A l’annonce de cet abus sexuel commis dans un cadre ecclésial, le père de Gilda, Rigoletto, bouffon du roi, fait cette remarque qui décrit l’aspect pervers de la situation :

    Ah, il y a bien besoin d’un autel
    au pied du gibet !
    mais désormais, tout disparaît,
    et l’autel tombe à la renverse !

    La violence qui côtoie le sacré , l’autel qui côtoie le gibet, toute la bible en parle (comme Juges 19) , comment ne pas y voir une définition de la foi démoniaque* décrite par Dietrich Bonhoeffer dans cet opéra ?
    (*Dietrich Bonhoeffer / Résistance et soumission)

    L’horreur qui côtoie le sacré, Matt. 7 : 22, 23 le décrit si bien :

    « Plusieurs me diront en ce jour-là: Seigneur, Seigneur, n’avons-nous pas prophétisé par ton nom? n’avons-nous pas chassé des démons par ton nom? et n’avons-nous pas fait beaucoup de miracles par ton nom?
    Alors je leur dirai ouvertement : Je ne vous ai jamais connus, retirez-vous de moi, vous qui commettez l’iniquité. »

    Pour la victime, rien, rien ne sera plus comme avant. Tout, tout s’effondre pour elle : confiance en un monde bienveillant, en un monde juste, en une institution ecclésiale qui aurait dû assurer sa protection en prévenant une telle effraction dans son corps, dans son psychisme et dans son âme. Les dégâts sont énormes.

    Comme le disait Elie Wiesel dans « Tous les fleuves vont à la mer  » : Il faut accepter la douleur de la foi pour ne pas la perdre.

    Je crois qu’il est temps de sortir des schémas mariage-célibat, abstinence sexuelle ou pas, car de « bons » pères de famille bien religieux commettent aussi l’inceste sur leurs enfants .

    Annexe pour en savoir plus :

    – Au niveau psychotraumatologique : Roland Coutanceau : Les blessures de l’intimité, Odile Jacob, poche, 2014

    – Au niveau spirituel : Philippe Lefebvre, prof de théologie à l’université de Fribourg
    Comment tuer Jésus, Abus, violences et emprise dans la Bible , Cerf, 2021

    et sa conférence : Violence dans l’église, Ph. Lefebvre, Université catholique de Strasbourg, 4 avril 2019 (abus sexuels) :

    https://pod.unistra.fr/video/24160-philippe-lefebvre-conference-colloque-violence-dans-leglise/

    Bien à vous
    Claire-Lise Rosset

  4. Arnaud dit :

    J’aimerai beaucoup entendre ton point de vue face aux déclarations du président de la Conférence des évêques de France qui aurait affirmé, selon l’article du Point, ce mercredi 6 octobre sur Franceinfo, que
    « La confession s’impose à nous » et le secret « est plus fort que la loi de la République ».
    Toujours dans cet article, et selon la CEF, « Il n’est pas permis à un prêtre de faire usage de ce qu’il a entendu en confession et donc, il ne peut en aucun cas signaler aux autorités judiciaires un pénitent, que ce soit l’auteur, la victime ou le témoin ». La sanction encourue par les confesseurs pour « une violation directe du sceau sacramentel est l’excommunication »
    Je suis personnellement outré d’une telle position de l’église Catholique, et en particulier aujourd’hui suite à l’ampleur des abus dénoncés dans le rapport Sauvé.
    1) La parole libère certes, mais elle oblige aussi! 2) Entendre de la part de la plus haute autorité de l’église Catholique en France, qu‘elle se revendique au dessus des lois de la république ouvre devant moi un vide sidéral et un questionnement profond…
    Bien à toi,
    Emmanuel
    Pédocriminalité dans l’Eglise : l’épiscopat crée la polémique https://www.lepoint.fr/tiny/1-2446582 #Société via @LePoint

  5. Christelle dit :

    C’est faux, le secret de la confession est en France selon la loi du même ordre que le secret professionnel – si en tant que psychologue j’entends qu’il y a crime sur mineur, je dois alerter la justice, les prêtres sont tenus d’en faire autant.
    Pour revenir sur le message initial, le célibat n’est en rien incriminable – je n’ai rien contre le mariage des prêtres mais il me semble que cela n’a strictement aucun rapport avec les crimes sexuels dont nous voyons l’horreur aujourd’hui. Si le vœu d’abstinence est trop difficile à porter pour certains, ils auront, comme tout le monde le sait, une ou des maîtresses ou amants en ville, et s’ils tombent amoureux, ils devront malheureusement choisir entre leur vocation et l’officialisation de leur relation. La pédophilie est tout autre chose, une maladie, qui attire ces personnes vers les professions où elles sont en autorité auprès des enfants et dont la maladie et, ce qui est peut-être spécifique à l’église, l’incroyable immaturité sexuelle ont été totalement déniées par la hiérarchie catholique.

    • Marc Pernot dit :

      Salut Emmanuel Ils sont complètement en dehors des clous, se prenant un peu pour Dieu. Hélas. C’est criminel, littéralement. Et ce n’est pas un dérapage de ce monsieur, car le pape François a dit la même chose. Je ne voudrais pas pour autant oublier nos églises. C’est plutôt cela qui est de notre responsabilité. J’ai personnellement reçu une mise en garde de mon église pour atteinte au secret professionnel quand j’ai dénoncé un cas problématique. Et dans ma vie de pasteur dans l’ERF puis EPUdF de 1994 à 2017 j’ai croisé quatre cas où le pasteur coupable d’atteintes sexuelles a été simplement changé de poste sans avertir des risques le lieu où il était envoyé. Au nom du « il faut lui laisser une chance », et quand le problème recommençait : « il avait pourtant promis qu’il ne le ferait plus »…. On a beau jeu de se moquer des cathos ! Au moins ils ont monté la Commission Indépendante, et au moins ils assument publiquement leur droit canon d’un autre âge. A la république française de remplir sa mission pour donner suite.

  6. gerard dit :

    Je viens d’apprendre ce matin une information qui me scandalise , il n’y a pas autre mot, je dis bien scandalisé. En effet , un évèque a déclaré  » le secret de la confession est plus fort que les lois de la République  » .
    Je dis une chose , comme tout homme qui a du pouvoir est porté à en abuser, ainsi il en est des institutions, en l’occurence , religieuse. Cet évèque a dit cela car depuis de très nombreuses décennies il en est ainsi. Je comprend qu’un fidèle, un croyant qui vient se confesser pour un vol d’une orange dans un magasin , le secret de la confession puisse exister . Mais présentement il s’agit d’abus sexuel caractérisé sur des enfants ayant pour résultat d’occasionner de véritables désastres de personnalité pour le restant de la vie des victimes. Une institution religieuse ne se doit elle pas d’être au plus près des plus faibles ? . Cet évèque a dû oublier certains passages puisqu’il doit certainement s’appuyer sur certains écrits de la Bible, qui ont favorisé de déterminer une docrine. Cet évèque a dû occulter le passage qui est tout aussi important de la Bible du Bon Samaritain. ce passage qui nous dit qu’un prêtre a passé son chemin devant un blessé , mais qu’une personne quelconque passant a pû témoigner de compassion , d’amour , et est venu en aide du blessé pour s’occuper de ses soins et même de donner de l’argent en plus .
    L’interprétation des écritures, si on ne les prend pas au complet et qu’on s’arrête qu’à un seul verset , ne débouche pas vers une orientation souhaitable et plus juste.
    Que cet évèque n’ait pas d’enfant , n’est pas le problème, mais les parents qui ont des enfants savent bien faire dans la mesure de toutes leurs possibilités de tout faire pour la protection et l’épanouissement de leurs enfants.
    On a actuellement dans le monde des croyants , intégristes , de quelque religion que ce soit , qui se sentent réfléchis et inspirés par Dieu au point qu’ils croient que Dieu leur indique de faire la guerre contre les incroyants et les pêcheurs. C’est inadmissible.
    Désormais , la composante de se croire au-dessus des lois , les amène à prendre des décisions , se croyant intouchables . Ces personnes là, n’ont pas peur qu’arrivés en présentation de Dieu , qu’ils se voient interpellés par la parole de Dieu  » qu’as tu fait au plus petits ?  »
    Le deuxième commandement n’est t’il pas d’aimer son prochain ? . Même les incroyants savent ce que ça veut dire . On ne fait aux autres ce qu’on ne voudrait pas qu’on nous fasse .
    Si une telle déclaration est faite pour « sauver l’Eglise « , la préserver de recevoir des critiques, c’est mal parti. Cautionner le mal est aussi inadmissible , surtout quand cette institution se présente comme ayant des valeurs morales .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *