Comment répondre, sans le blesser, à un ami intégriste lecteur de l’Apocalypse ?

Par : pasteur Marc Pernot

Illustration de liberté : une femme en grosse moto - Photo by Harley-Davidson on Unsplash

Question d’un visiteur :

Cher Pasteur

Ce matin, youtube m’a proposé à la suite de votre prédication, le cours d’un prêtre catholique intégriste (va savoir comment fonctionne youtube…) sur le protestantisme. Il vaut le détour pour toutes les intox qu’il diffuse fort sérieusement. Je me suis arrêtée, après avoir pris dans les dents le « erreur dogmatique » et autres compliments, sur l’affirmation « les protestants ont participé à l’élaboration de la « nouvelle messe » ».. si ! si !

Un de mes amis, de très longue date, après avoir été, comme moi, manipulé au sein d’un mouvement fondamentaliste chrétien, semble avoir bifurqué de ce côté là de l’Eglise catholique romaine. Il vient de me faire parvenir un texte (fort long) sur sa conception du « 666 » de l’Apocalypse… oups ! je me suis aussi arrêtée à « hérésie »… je ne sais comment lui répondre sans le blesser tant il est sûr de son interprétation.

un conseil, cher pasteur ?

En Christ à vos côtés

Réponse d’un pasteur :

Bonsoir chère Madame

Bravo pour votre cheminement qui m’a tout à fait l’air de s’élever d’une belle façon, je sais combien cela demande d’énergie pour se sortir de mouvements qui ont une forte emprise sur ses fidèles, et parfois le sentiment de vertige quand on est amené à réfléchir par soi-même en liberté, avec pas d’autre sécurité que la confiance en Dieu (ce qui me semble effectivement pas mal du tout 🙂

Le mot « hérétique » est parfois craché par un haineux contre une autre personne. Si sa religion remplit son cœur de haine pour quelque personne que ce soit, je pense qu’il ferait mieux de changer de religion, ou de rapport avec sa religion parce qu’elle lui fait du mal et l’abîme. Cela dit, littéralement l’hérétique est celui qui choisit (hairetizo : choisir). Je trouve que c’est une belle chose de pouvoir choisir par soi-même, et que c’est précisément ce que Dieu nous donne par son Esprit : il ne nous programme pas comme un robot ou un esclave bien soumis, mais il nous élève et fait que nous pouvons alors inventer un chemin nouveau et qu’il soit bon. C’est pourquoi Jésus dit « la vérité vous rendra libre ». L’intégrisme fonctionne à l’inverse, disant « la vérité vous donne le cadre dont il ne faut pas sortir ».

Je ne pense pas qu’il soit la peine de discuter beaucoup de religion avec une personne qui a un rapport, hum comment dire, un petit peu viscéral avec sa religion. Vous avez raison, cela le ferait souffrir plus que cela ne lui ferait du bien, et cela risque de vous prendre pas mal de bonne énergie utile à investir dans quoi que ce soit d’autre d’utile. Peut-être vous pourriez lui répondre que vous avez lu en détail son exposé jusqu’au bout ? Qu’il a bien travaillé ? Que cela vous a intéressé de savoir ce qu’il pense ? Et s’il insiste pour savoir si cela vous a convaincue, peut-être lui répondre que vous y réfléchissez encore, qu’il y a plusieurs interprétations qui existent, que la sienne est pas mal du tout…

D’une manière générale, le livre de l’Apocalypse est une style qui attire les personnes peu équilibrées et qui est très utilisé par les sectes car un usage possible est de faire peur. De toute façon, toute interprétation d’un texte du Nouveau Testament qui tourne à la menace est par définition une lecture suspecte car ce qu’a apporté le Christ est l’Evangile : c’est à dire la meilleure de toutes les bonnes nouvelles possibles, ce qui ne serait pas le cas s’il y avait l’ombre d’une menace là dedans. Mais bon, chacun son style.

Cela dit, le 666 est à mon avis tout simple à comprendre dans la symbolique biblique. Le 6 évoque le matérialisme : la création qui se contente de la création matérielle en 6 jours et refuse le 7 qui évoque la plénitude de la bénédiction de Dieu. Le 666 évoquerait l’adoration du matérialisme comme étant son dieu, ou le sens ultime de sa vie. Cela dit, comme ce n’est pas expliqué dans le texte, cela veut dire que chacun est libre de l’interpréter à sa façon en fonction de sa propre sensibilité et des circonstances de sa vie. Votre ami a donc, dans un certain sens, raison pour lui même. Cela deviendrait un problème dès lors qu’il penserait que son interprétation est celle de Dieu lui-même.

Dieu vous bénit et vous accompagne

par : Marc Pernot, pasteur à Genève

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Michel dit :

    Merci Marc, conjuguerais-tu ainsi un « oser la bienveillance » avec « oser choisir »? Alors là je peux répéter : « il est vraiment ressuscité ! ». Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *