Seigneur, si je viens ici me mettre à genoux, cela ne m’abaisse pas.

Donatuskapelle, Losheim am See, Germany - Photo by Subhasish Dutta on UnsplashSeigneur,

Si je viens ici me mettre à genoux, cela ne m’abaisse pas.

Je ne viens pas t’implorer, je n’ai rien à te demander, j’ai toujours détesté m’adresser à toi en ces termes. Je n’ai pas tellement peur de la mort mais c’est la vie même que je ne comprends pas.

Je ne comprends pas cette souffrance que l’on s’impose les uns aux autres, et celle qui nous est imposée.

Accepter qu’il n’y ait pas de sens, ou plutôt, que le sens se trouve au-delà de la simple finalité humaine. Accueillir ce qui vient, s’aimer et prendre soin de soi-même pour être en mesure de prendre soin de autres, lorsque l’occasion se présente. Ne pas essayer d’aller au devant, ne pas toujours être dans l’élaboration d’un « plan ».

C’est ce lâcher-prise auquel je n’arrive pas à accéder. Toujours ma raison m’empêche de me laisser bercer dans tes bras, toujours je suis en mode combat. Cette raison déraisonnable, celle qui nous pousse à la guerre, me battre, c’est ce que j’ai appris à faire.

Les autres, je m’en lasse vite, je les évite, je n’ai pas le temps.

En face de moi ce brin d’herbe, je le prends entre mes doigts, avec mon souffle il émet un son.

En attendant des réponses, qui ne viendront probablement jamais, j’observe, la nature, mon environnement, parfois les gens.

À chaque fois surprenant, ce tableau magnifique se renouvelle.

Peut-être que toutes les réponses sont là, juste là, finalement.

Stéphanie Noisette

N’hésitez pas à proposer une prière qui vous a aidé à prier.

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *