« Oubliant ce qui est en arrière et me portant vers ce qui est en avant… » (Philippiens 3:13)

extrait du dîner à Emmaus de Rembrandt↪ L’apôtre Paul : « Je fais une chose : oubliant ce qui est en arrière et me portant vers ce qui est en avant, je cours vers le but, pour remporter le prix de la vocation céleste de Dieu en Jésus-Christ. » (Philippiens 3:13-14)

⤑ Ce que l’apôtre Paul parle d’oublier ce n’est pas son passé, dont il a rappelé les grandes lignes quelques phrases plus haut dans cette lettre, mais ce qu’il veut oublier c’est ce qui, dans son passé, le tire en arrière et l’empêche d’avancer. Il y a tant à oublier comme occasions manquées et comme remords inutiles, comme rancœurs, comme frustrations et comme angoisses, comme préjugés ou superstitions. Il y a un vrai travail à faire pour « oublier » toutes nos négativités nocives. C’est un « travail » que Jésus compare à celui d’un artisan qui crée un meuble, enlevant copeau de bois après copeau de bois avec justesse : « heureux les artisans de paix » nous dit Jésus (Matthieu 5). Il ne nous laisse pas seul dans ce travail, il nous propose de nous ouvrir par la foi à la puissance de guérison de notre être et de nos relations. Alors, nous pouvons nous mettre en marche, et même courir joyeusement sur le chemin de notre vie.

⤑ L’Évangile nous appelle à la conversion, ce qui a des implications en termes de foi et de comportement, certes, mais cette conversion est principalement une réorientation de notre être vers l’avenir, de sorte que nous soyons aujourd’hui dans une bonne dynamique de vie. Cet élan vers l’avant s’appuie sur le passé. Dans notre passé, il y a de vraies bonnes choses à garder précieusement. Il y a aussi des choses à purifier en éliminant ce qui nous tire en arrière. En fait, ce travail est de l’amour. C’est un travail personnel : « ayez du sel en vous-mêmes », nous conseille Jésus (Marc 9:50). C’est souvent un travail que Dieu fait en notre faveur, nous dit encore Jésus : « mon Père est le vigneron »(Jean 15) habile à tailler nos branches mortes pour nous en libérer, et que nous puissions nous épanouir et porter notre fruit. C’est un soin amoureux, salutaire, car cela demande souvent plus que des forces humaines.

par : pasteur Marc Pernot

Vous pouvez partager en commentaire ce que ce verset vous dit, à vous, aujourd’hui…

Aller vers la liste des simples versets médités

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *