« Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique… » (Jean 3:16)

jeune femme lisant la Bible sur un ponton - Bethany Laird
↪ « Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne meurt pas, mais qu’il ait la vie éternelle. » (Jean 3:16)

⤑ Ce verset de l’Évangile selon Jean est un des plus connus car il résume l’essentiel en quelques mots.

Comment est-ce que le Christ nous sauve ? Au Moyen âge, on pensait que Jésus nous avait sauvé en achetant auprès de Dieu notre pardon par ses souffrances sur la croix. On n’est absolument pas obligé de comprendre le sens de sa mort comme cela. En effet, cette théorie suppose un Dieu terrible pour qui toute faute demanderait une expiation, c’est-à-dire que Dieu n’aurait pas pu pardonner tant que quelqu’un n’aurait pas payé pour nos fautes, un sorte de justice que serait satisfaite par les souffrances et la mort d’un innocent. C’est une épouvantable théorie sur Dieu et sur ce qui est juste. Cette théorie a fait des ravages spirituels et humains.

Or, l’Évangile, c’est que Dieu est amour. C’est le premier point essentiel que pose ce verset. Voilà l’origine du salut : l’amour de Dieu. Son amour, comme tout véritable amour est libre et gratuit, et le pardon de Dieu, comme tout véritable pardon, ne s’achète pas, et encore moins par un sacrifice humain !

Jésus a accepté d’aller jusqu’au bout pour signifier cet amour de Dieu, alors que les humains étaient pas si réceptifs à son message (les apôtres l’ont trahi, abandonné), voire même agressifs (les tribunaux civils et religieux le condamnent et l’exécutent). Jésus fait cela par amour pour Dieu, certes, et par amour pour l’humanité. Sa mort ne change pas Dieu, sa mort est un geste inspiré par l’amour de Dieu pour les pécheurs.

C’est pourquoi, comme nous le dit ce verset, la clé de notre vie éternelle est en Christ. Tout, dans ses paroles et sa vie, nous parle de l’amour dont Dieu nous aime. C’est cet amour qui nous permet d’entrer dans une confiance en Dieu, puisqu’il n’y a pas à avoir peur de lui.

Méditer sur la vie (et donc sur la mort) de Jésus de Nazareth peut nous donner envie d’être plus fidèle à Dieu, au sens où le Christ nous le révèle. Quand il meurt sur la croix, il montre combien il aime l’humanité, même quand elle l’abandonne, le trahit, le maltraite. Cela nous donne une idée et de ce qui nous manque et de ce que Dieu nous offre, par amour. Ce qu’il nous offre c’est de recevoir cette puissante dynamique d’évolution et de vie qu’il appelle l’Esprit Saint.

par : Marc Pernot, pasteur à Genève

Vous pouvez partager en commentaire ce que ce verset vous dit, à vous, aujourd’hui…

Aller vers la liste des simples versets médités

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

9 réponses

  1. Karine dit :

    Bonjour, j’avoue ne pas complétement saisir « Jésus a accepté d’aller jusqu’au bout pour signifier cet amour de Dieu ». Je ne doute pas de l’amour de Dieu mais j’ai besoin de comprendre, de saisir pleinement ce que vous expliquez. je vous remercie Pasteur.
    Karine

    • Marc Pernot dit :

      Bonjour et bravo de chercher à creuse cette question.
      L’apôtre Paul l’explique bien, je trouve, quand il dit que déjà cela n’est pas tellement amusant de mourir pour un personne merveilleuse mais que cela peut se comprendre. Mais que Jésus, lui, est mort pour des pécheurs, et que pour faire cela, il faut vraiment avoir de l’amour, du pardon, de la générosité. C’est ainsi que la croix est un signe de la grâce (de l’amour immérité) de Dieu.

      Romains 5:7-8 « A peine mourrait-on pour un juste; quelqu’un peut-être mourrait pour un homme de bien. Mais Dieu prouve son amour envers nous, en ce que, lorsque nous étions encore des pécheurs, Christ est mort pour nous. »

      • Karine dit :

        Est-ce à dire que Dieu aurait laisser Jésus faire ce choix,en liberté, de mourir sur la croix ? Mais alors pourquoi, me semble t-il la veille, dans ses prières Jésus demande à notre Père de l’éloigner de cette fin si tragique ? Serait ce le témoignage d’un parcours d’abnégation en quelques sortes ? Je vous remercie pour vos réponses si éclairantes et votre démarche si réjouissante !

        • Marc Pernot dit :

          Bonjour
          Oui, précisément, Jésus avait la liberté. Et ce temps de prière assez tragique le montre bien.
          Bien d’autres fois, il avait choisi de se réfugier dans des régions où sa vie serait moins en danger. Mais à ce stade, dans un dialogue avec Dieu, il discerne qu’il est temps d’aller au cœur des choses. Il le fait librement, et c’est ce qui fait qu’on peut parler d’amour. Sinon cela n’en serait pas.

  2. Karine dit :

    Est-ce à dire que Dieu aurait laisser Jésus faire ce choix,en liberté, de mourir sur la croix ? Mais alors pourquoi, me semble t-il la veille, dans ses prières Jésus demande à notre Père de l’éloigner de cette fin si tragique ? Serait ce le témoignage d’un parcours d’abnégation en quelques sortes ? Je vous remercie pour vos réponses si éclairantes et votre démarche si réjouissante !

  3. karine dit :

    Bonjour,

    j’ai encore une question sur la croix qui me taraude l’esprit…. pour quoi, à votre avis, jésus s’est-il rendu à la croix ? Qu’a t-il voulu nous dire ? Vos réponses m’éclairent mais force est de constater que je n’ai pas fini de comprendre la démarche de Jésus. Mais tant mieux peut-être car j’avoue apprécier l’idée de m’interroger encore et encore ! Merci.

    • Marc Pernot dit :

      Il l’a fait pour assumer son message, sa mission à fond.
      S’il l’a fait, c’est par amour pour l’humanité, pour ce monde, pour une certaine idée de la justice, du bien, du bon. Et par la communion avec Dieu qui nous aime et aime de monde. Parce qu’il s’est senti aimé par Dieu, explique-t-il (Jean 15:9)
      Mais finalement ce geste n’est pas très différent de celui d’un médecin ou d’une infirmière qui va soigner des gens en pleine épidémie, ou un pompier qui entre dans un immeuble en flammes. Parce qu’ils pensent que c’est bien que cela soit fait.
      C’est inspirant, non ?

      • Karine dit :

        Merci pour cette réponse très inspirante en effet. Cela me fait penser que c’est dans le bon, le beau et le bien, l’amour en quelque sorte, que l’on peut se définir, se trouver vraiment. Merci beaucoup, vous êtes très aidant et mince alors que ça fait du bien de se voir répéter à quel point nous sommes aimés de Dieu !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *