Un chiffre rond dans la Bible n’est pas une quantité mais une qualité (symbolique des nombres) ?

une boîte d'une douzaine d'œufs - Image par SeekDiscover de Pixabay

Par : pasteur Marc Pernot

Question d’un visiteur :

Bonjour

Apparemment les chiffres rond dans la bible représentent une qualité et non une quantité mais du coup j’ai un peu de mal à comprendre par exemple dans Actes chapitre 7 à quoi correspond les « quatre cents ans » où la postérité sera réduite à la servitude et où on les maltraitera.

Pareil pour le verset ou Joseph envoya chercher son père Jacob,et toute ca famille composée de « soixante-quinze personne ».

A quoi correspond ses chiffres si ce n’est pas des quantités ? Comment devons nous prendre ce genre de versets ?

Vraiment merci merci !!

Réponse d’un pasteur :

Bonsoir Monsieur

Bravo, oui, les chiffres « ronds » dans la bible représentent une qualité et non une quantité. « Rond » n’est pas au sens où cela le serait forcément pour nous qui sommes habitués à compter en base 10. Mais il est vrai qu’une partie de ces chiffres « ronds » dans la Bible datent d’avant les hébreux et sont restés chez nous comme pour la douzaine d’œufs et la semaine de sept jours. 12 et 7 sont dans la Bible des nombres « ronds », souvent, très souvent signifiants. C’est parfois un peu déroutant. Par exemple les évangiles parlent souvent « des 12 » pour parler du  groupe des 12 apôtres de Jésus. Comment comprendre cela ? Je vois deux solutions, deux sens possibles :
  • Jésus a pu réellement choisir 12 apôtres exactement, et que ce soit donc historiquement bien une quantité, même si par ailleurs il n’aurait alors certainement pas choisi 12 à la légère mais par référence au nombre de tribus d’Israël, et aussi à la symbolique du nombre 12 (voir ci-dessous).
  • Mais peut-être que Jésus avait historiquement un petit groupe de disciples proches, formant un groupe uni, et que le qualificatif « des 12 » est alors purement sybolique, que ce soit comme vous le dites non pas une quantité mais une qualité : une groupe de personnes bénies en tant que groupe.
Mais après cette première remarque pour dire que l’on avance en eau mouvante, essayons d’avancer.
Comme chiffres ronds, je dirais que nous aurions :
  • 1 est le nombre de Dieu, l’Unique incréé, “Ecoute Israël, l’Eternel est notre Dieu, l’Eternel est Un”(Deutéronome 6.4 ; Marc 12:29)
  • 2 est le nombre de la parole de Dieu, qui est comme une « épée à double tranchant » (Heb 4:12), permettant de discerner, de lever la confusion entre les lumières et les ténèbres, le bien du mal…il y a deux testaments, deux traditions révélées dans le Judaïsme, et Dieu parle souvent deux fois, c’est deux fois qu’il donne la loi à Moïse sur le mont Sinaï,, cette loi est écrite sur deux tables de pierres.
  • 3 est encore le nombre de Dieu, ou tout au moins du spirituel, et cela dans bien des peuples, car le triangle est la seule figure géométrique stable, le 3 évoque la stabilité, l’éternité. (Cf la Trinité)
  • 4 est le nombre du terrestre, de la dimension matérielle de la création qui ignore Dieu (les quatre points cardinaux, les quatre éléments, les quatre pattes des animaux…)
  • 5 est le nombre de la Loi, guidant l’action juste des humains. La Torah est le Pentateuque: les cinq premiers livres de la Bible et sur les Tables de la Loi, il y a cinq commandements sur une table et cinq sur l’autre. A l’origine, c’est probablement dû au nombres de doigts de la main, évoquant ainsi l’action.
  • 6 est le nombre du refus et de l’opposition à Dieu, c’est le “7” auquel on retire le Un de Dieu, il évoque le rejet volontaire et conscient de la dimension spirituelle. Comme dans le 666 de l’Apocalypse qui est comme le matérialisme élevé au rang de divinité.
  • 7 est le nombre de la perfection de la création, c’est à dire de la création matérielle parachevée par la bénédiction de Dieu reçue. C’est le nombre des 7 jours de la création de la Genèse, et c’est aussi 4+3, c’est à dire le matériel qui est bénit, transcendé par le spirituel, par la bénédiction de Dieu. (8 serait alors le nombre de la vie éternelle, le 8e jour d’une semaine qui n’en dure que 7 en ce monde. Pierre insiste sur l’importance de ce chiffre 8 en1 Pierre 3:20).
  • 10 est encore un autre nombre de la Loi comme les dix commandements, une alliance de la Parole et de la Loi morale.
  • 12 est le nombre du peuple de Dieu, comme les 12 tribus d’Israël et les douze apôtres, c’est le nombre de ceux qui se veulent appartenir à Dieu, (même s’ils ne sont pas parfaits). C’est encore une combinaison de 4 le matériel et de 3 le spirituel, mais d’une manière moins parfaite. Ce nombre exprime, un peu comme le 7 un ensemble complet. En effet, si l’on vend les œufs à la douzaine c’est que (paraît-il), on a longtemps compté jusqu’à 12 grâce au pouce venant pointer sur les phalanges des 4 autres doigts de la main.
  • 40 évoque un temps long, matériellement long, pas forcément créateur comme le serait une période de 7 ou de 10 jours, mais plutôt comme un temps de gestation (la gestation humaine est de 40 semaines après les dernières règles).
  • 1000 veut dire une multitude.
Parfois, il y a des combinaisons :
  • 42 est composé de 6 et de 7, c’est la transition entre le 6 de la création matérielle du monde et le 7 de la création bénie (voir Apocalypse 11:2; 13:5)
  • Le Christ dit qu’il faut pardonner 7 fois, 70 fois 7 fois à son prochain (ou 77 fois 7 fois), et c’est là bien le but de la création divine, ce n’est possible que par la bénédiction de Dieu.
  • Il y a 24 classes de prêtres en Israël, ce qui est un multiple direct de 12, et peut-être une allusion à la parole (2) ?
  • 4000 personnes évoque la multitude de l’humanité de toute la terre, 5000 personnes évoque le peuple de la Torah, ce qui fait donc moins de monde que 4000 (voir par exemple les multiplications de pains dans Marc 6 et 8, où Jésus insiste manifestement sur l’importance des nombres comme signifiants)
  • 144000 est une multitude voulue par Dieu, comme un peuple entier de peuples, ce que sont les élus de Dieu dans l’Apocalypse.
Quelques remarques :
  • Ce n’est pas un cryptage, et il n’y a pas de sens caché avec un code.
  • C’est un peu schématique de donner ces significations ainsi, je le reconnais.
  • On ne trouve pas toujours ce que cela pourrait vouloir dire, ou apporterait.
  • Si l’on cherche à saisir le texte, l’allusion derrière ces chiffres et nombres est parfois utile, mais avec prudence, avec rigueur et vérifications, plutôt quand c’est manifestement incontournable.
  • Cela dit, on a le droit de se laisser aller aussi dans une lecture personnelle délibérément poétique. Comme une rêverie inspirée de la Bible, mais alors en sachant que c’est une méditation personnelle, pas de l’exégèse. On a le droit, car ces textes sont faits pour nous inspirer.
  • Personnellement, les calculs de la kabbale ne m’intéressent pas tellement, c’est tout autre chose.
Quant aux nombres que vous citez :
  • « on la réduira à la servitude et on la maltraitera pendant quatre cents ans » (Actes 7:6). Cela ne me semble pas hyper net. Je ne suis alors pas certain que je chercherais particulièrement à y trouver grand sens. Peut-être que c’est du 4 (la vie en ce monde matériel) multiplié par 10 et encore 10, comme personnellement, j’y verrais peut-être alors une vie dont la règle est le pur travail matériel, l’industrie, le commerce, la technique. Car c’est ce que peut représenter l’Egypte dans le cadre de la Bible. Une aliénation dans l’espérance de se sauver par l’industrie humaine ?
  • Pour les « soixante-quinze personnes », je ne vois pas trop, personnellement.
Bravo de lire la Bible, de chercher à la comprendre, à la creuser, de chercher un sens pour votre vie…

Dieu vous bénit et vous accompagne.

par : pasteur Marc Pernot

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *