Si une femme divorce et se remarie : elle est adultère ?

illustration : couiple enlacé - Image: 'We at Khao Sok national park, Thailand' by Phuket@photographer.net  https://creativecommons.org/licenses/by/2.0/ http://www.flickr.com/photos/124790945@N06/37676345262

Par : pasteur Marc Pernot

Question d’un visiteur :

Bonjour,

Je vous écris concernant un passage de l’Ecriture, dans Romains 7, versets 2 et 3: « Ainsi, une femme mariée est liée par la loi à son mari tant qu’il est vivant; mais si le mari meurt, elle est dégagée de la loi qui la liait à son mari. Si donc, du vivant de son mari, elle devient la femme d’un autre homme, elle sera appelée adultère; mais si le mari meurt, elle est affranchie de la loi, de sorte qu’elle n’est point adultère en devenant la femme d’un autre. ».

J’ai de la peine à comprendre ce texte: une femme divorcée n’aurait donc plus le droit d’être avec un autre homme une fois le divorce prononcé, même si son ex-mari est d’accord que son ex-femme vive avec un autre homme?? J’aimerais vraiment comprendre ce texte… je connais des pasteurs qui se sont remariés, donc je suis un peu perdu…

Merci de votre aide

Réponse d’un pasteur :

Bonjour Monsieur

Bravo de chercher dans la Bible une aide pour vivre le mieux possible, en communion avec Dieu. c’est une très très bonne démarche.

Mais avec les mots de la Bible, si l’on en fait une lecture à la lettre, il arrive que le résultat soit une impulsion de mort sur le lecteur, ou sur la personne à qui l’on va envoyer la lettre de ce verset à la figure.

C’est le cas avec bien des passages de la Bible, des passages hyper clairs et direct, qui, quand ils sont lus à la lettre peuvent vraiment faire un tort immense à des personnes, et même aller jusqu’à les blesser, dégrader leur vie, voir les envoyer à la tombe.

Par exemple quand Jésus lui-même affirme solennellement : « Moi, je vous dis de ne pas résister au méchant.  » (Matthieu 5:39) -> lu à la lettre cela veut dire qu’il faut que l’on se laisse violer, agresser, tuer, dépouiller, envahir, tyranniser, exploiter… ce verset lu comme un commandement très clair à appliquer à la lettre a bien des chances de rendre la vie épouvantable aux plus faibles : à des enfants, des femmes, des employés, des citoyens. Mais bien sûr, ce n’est pas cela que veut dire Jésus. Lu par la lettre : ce texte tue, lu par l’Esprit : il fait vivre. Comment le lire par l’Esprit ? A chacun de le trouver, mais je dirais : en le lisant comme une question à se poser dans la réflexion et dans la prière, devant Dieu, pensant au Christ, pour choisir ensuite en faisant au mieux. Selon ce que l’on pense être notre propre vocation en la circonstance.

Autre exemple, quand Jésus dit « Si vous ne pardonnez pas aux hommes, votre Père ne vous pardonnera pas non plus vos offenses. » (Matthieu 6:15). Là encore, une interprétation à la lettre de ce passage très très direct et clair de Jésus peut tuer : par exemple une personne qui s’est fait profondément maltraiter dans son enfance peut avoir une impossibilité à pardonner à son bourreau, et cela pendant des années, ce qui est parfaitement normal même avec la plus grande élévation d’esprit. A la lettre : ce verset accuse cette personne et lui fait se sentir coupable devant Dieu. C’est absolument cruel et terrible, cela peut envoyer à la mort, cela peut tuer même la foi de la personne au moment précis où, comme victime, elle a grand besoin de Dieu. Lu par la lettre : ce texte tue, lu par l’Esprit : il fait vivre. Comment le lire par l’Esprit ? A chacun de le trouver, mais je dirais : en le lisant comme un appel à ne pas vivre dans la logique de la dette, du donnant donnant. Ce qui est certain, c’est que l’amour et le pardon de Dieu dépasse bien entendu la mesure de notre amour et de notre capacité à pardonner. Heureusement.

Autre exemple, quand Paul dit « Ce n’est pas la femme qui dispose de son corps, c’est son mari. » (1 Corinthiens 7:4), cela est très clair et dit sans condition que le mari aime effectivement sa femme d’une belle façon et non pas comme on aime un objet utile. Oh combien de femmes martyrisées, violées, broyées par leur compagnon, bien soumises à cause d’une lecture « à la lettre » de ce type de versets.

Il en est de même pour le verset que vous citez. Lu par la lettre : ce texte tue, ce n’est que lu par l’Esprit qu’il peut ouvrir à la Parole vivante que Dieu adresse en particulier à chacune et chacun pour les circonstances particulières de sa vie personnelle. Comment lire ce texte par l’Esprit ? Non comme une Loi venant tronçonner les personnes et les vies, mais comme une loi de miséricorde, de grâce et de paix qui comprend la personne dans la réalité de sa personne et de son parcours de vie. Or, la vie est souvent complexe, comme l’est aussi la personne humaine. Est-ce que cet homme avec qui telle personne s’est mariée est encore réellement « son mari » ? La réponse est quelque part entre 0% et 100%. De toute façon. Il faudrait évaluer si cette alliance est vivante et bienfaisante dans les différentes dimension de l’humain : alliance des corps, de l’intelligence, de l’affection, des rythmes de vie, alliance d’une vocation commune, alliance qui fait progresser ou au contraire régresser, souffrir ??? Autant de questions à se poser en vérité quand cela ne va plus.

Ce qui serait nul, à mon avis, ce serait de simplement « zapper » son conjoint comme on change de programme à la télévision. Juste pour changer, voir autre chose. Alors que le couple est vivable et qu’il ne suffirait pas de grand chose comme investissement pour qu’il devienne ou redevienne un vrai lieu de vie. Mais là encore, la question n’est pas de fâcher Dieu, mais de ne pas faire n’importe quoi de notre vie et de ceux qui nous entourent.

Donc : est-ce qu’une femme (en l’occurrence) divorcée a le droit de refaire sa vie avec un autre homme ? Avec ou sans l’accord de l’ex-conjoint ? Oui, à condition qu’elle le fasse en conscience, ayant pris le temps de se poser les bonnes questions en vérité, avec l’aide de la miséricorde de Dieu.

Dieu vous bénit et vous accompagne

Amitiés fraternelles

par : Marc Pernot, pasteur à Genève

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

12 réponses

  1. céline dit :

    Bonjour et merci
    Je réagis… je suis divorcée d’un incroyant, c’est moi qui suis partie. Il s’est remarié en 2015… Dois je attendre qu’il meurt pour avoir le droit de me remarier?
    Merci
    Soyez bénis

    • Marc Pernot dit :

      Bonsoir Madame
      Bravo de vous poser la question. C’est le signe que vous ne vivez pas en faisant n’importe quoi.
      L’adultère, c’est de tromper son mari ou sa femme.
      Mais Dieu sait très bien que nous sommes faibles, qu’il peut nous être arrivé de choisir la mauvaise personne, ou de n’avoir pas su construire une belle union sur la durée. Dieu est miséricorde et pardon, il comprend son enfant bien aimé.
      Le divorce demande ainsi de confesser devant Dieu cet échec, de reconnaître sa part de tort, même si elle n’était que minuscule par rapport aux torts de l’autre. De demander pardon à Dieu.
      Il est alors possible de fonder un nouveau couple, dans la visée de bâtir un couple stable, fidèle, rayonnant de bonnes choses autour de lui avec l’aide de la bénédiction de Dieu, pour la vie tout entière.
      Bien cordialement

  2. céline dit :

    Je vous remercie d’avoir pris le temps de me répondre. Ce n’est pas un sujet facile et à la lecture de certaines études à ce sujet j’ai l’impression que je suis impardonnable!
    Soyez béni
    Céline

    • Marc Pernot dit :

      Certaines études vous disent peut-être impardonnable.
      Et pourtant, vous êtes pardonnée, car Dieu est amour.
      Il vous bénit et vous donne sa Paix.

      • Mayeux dit :

        Voilà mon ex-mari m’a trompé avec une de mes amis m’a laissé avec mon fils de neuf mois il y a 12 ans de ça aujourd’hui j’ai retrouvé quelqu’un mais je me rends compte que j’ai pêché Car malgré être divorcer civilement religieusement je ne le suis pas par contre je dois me remarier cette Simplement civilement Mon ex-mari il s’est remarié à l’église Alors que nous avons déjà été mariée Religieusement Je souhaiterais me confesser avant de me remarier civilement même si je n’ai pas été fautif lors de mon divorce

        • Marc Pernot dit :

          Bonjour
          Tout dépend de quelle église vous êtes.
          Dans notre église protestante, nous pensons que Dieu est pardon et amour, qu’il comprend votre cœur et votre situation.
          Que Dieu Dieu vous bénit et vous accompagne dans votre projet de repartir du bon pied, de constituer un vrai couple avec son aide.
          Vous pouvez avoir toute confiance en Dieu.

  3. Ange dit :

    Bonjour je suis une femme divorcé avec 4 enfants mon mari ma trompé puis il ma quitté et aujourd’hui il vit avec cette femme .ma question es esceque jai le droit de me remarier ?ou je doit attendre que mon ex compagnon meurt ?car jai un homme dans ma vie et cet homme ma quitté car il dit quil es en adultère car j’appartiens a mon mari jusqu’à sa mort .merci

    • Marc Pernot dit :

      Bonjour Madame

      C’est que ce monsieur ne vous aime pas. A mon avis. Cela ressemble à la vieille méthode débordante d’hypocrisie : « Qui veut noyer son chien l’accuse de la rage ».

      Cette théorie est vraiment horrible. Votre mari vous a trompée et vous, la victime, n’aurait pas le droit d’avancer dans la vie ? Dieu ne pourrait comprendre cela ? Il aurait épuisé sa compassion, et sa miséricorde, et ses bénédictions ? Cette théorie est non seulement cruelle pour tant de personnes qui ont souffert dans leur vie, cette théorie a également le défaut d’injurier Dieu et son amour. Enfin, cela place la personne divorcée dans une dépendance pour des années, cela risque de la pousser à espérer la mort de cet homme pour être libérée. Quelle horreur.
      Soyez certaine que Dieu vous comprend, vous bénit, vous accompagne.

      Et bien sûr que si vous rencontrez une bonne personne que vous aimez et qui vous aime, vous avez évidemment le droit d’envisager de construire quelque chose avec elle, et donc de vous marier devant les humains et devant Dieu.

      « 

  4. LUCKY dit :

    Bonjour Cher Monsieur,
    Vous dites-donc qu’on peut se remarier comme bon nous semble ?
    J’aimerais bien comprendre la réelle explication que vous donnez à Romain 7: 3 ET 1corinthien 7:39.
    MERCI.
    Cordialement

    • Marc Pernot dit :

      Bonjour Monsieur
      Je ne pense pas qu’il soit bon de prendre un verset et de l’ériger en un code moral absolu. La foi chrétienne n’est pas une soumission à un code religieux, mais dans une confiance en Dieu pour qu’il éclaire notre propre chemin, afin qu’il soit le meilleur possible, et le moins mauvais possible. Souvent, les circonstances de notre vie sont complexes, et il n’existe pas de solution parfaite.

      Si vous-même êtes divorce ou séparé et que vous pensez qu’il est plus juste de rester célibataire tant que votre ex-conjoint est vivant, faites selon votre conscience.
      Mais si vous pensiez prendre un verset et l’utiliser pour accuser une personne qui, en toute sincérité, refait sa vie après l’échec de son couple, cela me semble bien cruel, et même tyrannique.

      En ce qui concerne Romains 7:3 si l’on regarde la passage entier, on voit que Paul rappelle dans ce verset la rigueur de la Loi religieuse des Pharisiens de l’époque, ensuite, il dit avec justesse qu’en Christ nous ne sommes plus sous le joug de la Loi, mais sous le régime de la grâce de Dieu : « Mais maintenant, nous avons été dégagés de la loi, étant morts à cette loi sous laquelle nous étions retenus, de sorte que nous servons dans un Esprit nouveau, et non selon la lettre qui a vieilli. » (Romains 7:6). Et donc, imposer une Loi brutalement à d’autres personnes, c’est s’opposer à l’Esprit, s’opposer à Dieu lui-même. Au contraire, il faut aider chaque personne à se réconcilier avec Dieu, l’encourager à prier Dieu en confiance, dans son amour et son pardon, dans son Esprit qui est souffle de nouveauté de vie.

      En ce qui concerne 1 Corinthiens 7:39, c’est plus compliqué. La lettre aux Corinthiens contient des passages parmi les plus sublimes et importants du Nouveau Testament. Cette lettre de Paul contient aussi des passages qui, s’ils sont lus de façon brutale, sont tout à fait nocifs et contraire à l’Evangile du Christ. Par exemple ce passage que vous citez et ceux qui l’entourent, laissant penser par exemple qu’un père dispose du mariage de sa fille, sans même qu’il soit question de lui demander son avis, ou ce passage où Paul dit que le corps de la femme appartient à son mari, ce qui, lu à la lettre, encourage à subir sans résister au viol conjugal. Il n’est pas juste de lire ces versets comme une Loi absolue venant de Dieu, il me semble au contraire important de les considérer comme appartenant à la mentalité de l’époque de Paul, et de se concentrer sur les belles pages de 1 Corinthiens 13 disant qu’il n’y a pas de théologie, de religion qui vaille si elle n’est inspirée par cet amour qu’est Dieu, et afin de faire régner l’amour, non la brutalité d’une Loi, non la violence d’un conjoint auquel la victime devrait le moins du monde se soumettre.

  5. WILLY dit :

    bonjour une question si je comprend bien ce que vous dites vous dites que si ont ce trompe de conjoint conjointe ont a le droit de ce remarier cela meme si la oersonnes vous aime mais vous vous ne l aimes plus ???? JESUS ne nous enseignes pas sa sa c est notres societes notre aire du temps ou le divorces est le remariages son money courante non jesus dit explicitement sauf cas d adultaire ont est libres de pardonner ou pas c est a dire ont a le droit mais ce que veut expliquer que l union vien de DIEUqui uni adam et eve donc reliser mieux votres bible c est fasile de prendre un texte est de le deformer a son avantages est tirer profit il y a q un seul etre c est satan lucifer qui deforme la parole de DIEU AMEN

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *