Que pensez-vous des différentes façons de baptiser : par immersion ou par aspersion ?

Par : pasteur Marc Pernot

Illustration : baptême du Christ selon Piero della Francesca (1400). National Gallery, London, UK

Question d’un visiteur :

Bonjour pasteur Pernot,

Sur facebook je fais partie de nombreux groupes chrétiens, qui rassemblent des orthodoxes, protestants, catholique et évangélistes.
Il y a quelques jours, je leur ai fait part de l’intention de me baptiser et nombreux sont ceux qui ont fait un baptême par immersion et qui m’encouragent à le faire.
Je voulais savoir ce que vous en pensiez. Et surtout pourquoi y a t’il différentes façon de se faire baptiser ?

Merci

Réponse d’un pasteur :

Bonjour

Vous avez raison, il y a deux façons de comprendre le baptême, selon ce qui nous semble le plus important, ce que nous voulons privilégier.

Le geste du baptême vient marquer l’entrée dans la famille de Dieu.
Nous sommes d’accord qu’idéalement, le lien qui nous unit à lui est réciproque, Dieu nous aimant comme son enfant bien-aimé (c’est ce que l’on appelle la grâce), et nous faisant confiance à Dieu (c’est ce que l’on appelle la foi).

  • Le baptême par aspersion (de l’eau sur la tête) insiste plus sur la grâce de Dieu, qui vient comme une bénédiction pour nous donner la vie, ouvrir notre cœur, susciter la foi… Après le baptême, la personne est alors appelée à faire une confession de foi personnelle qui est comme une réponse à la grâce de Dieu, qui est première.
  • Le baptême par immersion (la personne plongée dans l’eau) insiste plus sur la conversion de la personne, elle confesse d’abord sa foi, puis elle est baptisée comme signe du pardon de Dieu qui vient la débarrasser de son péché, de ses fautes, pour donner place à une vie nouvelle.

Personnellement, je préfère plutôt la première façon de célébrer le baptême. Car c’est ce qui met le plus en valeur la part de Dieu, et rappelle que rien ne peut remettre en cause son amour, pas même si nous venions à perdre la foi. C’est pour cette raison que dans notre église protestante nous pratiquons le baptême des enfants, et par aspersion. Mais certains préfèrent un baptême par immersion dans le lac, ce n’est pas parce que ce serait plus et mieux valable aux yeux de Dieu, je pense que c’est parce que c’est dans un sens plus marquant pour nous, plus proche de la nature (il faudrait le leur demander, cela dépend de la sensibilité de chacun).

En ce qui concerne Jésus, nous savons qu’il ne baptisait pas avec de l’eau. Le baptême du Christ, c’est le baptême de l’Esprit Saint, ce qui n’est pas un geste d’église, bien entendu, puisque Dieu seul est maître de cela. Le baptême par immersion, pour le pardon des péchés est plutôt le baptême du précurseur de Jean Baptiste, le précurseur de Jésus.

L’idée était déjà présente dans le geste de la circoncision des bébés garçons, qui venait dire que Dieu reconnait cette personne comme faisant partie de sa famille avant même que l’enfant ne sache que Dieu existe. Cela nous semble une idée importante pour dire l’amour de Dieu, qu’il n’y a pas de chantage en lui. Que son amour pour nous n’est pas limité à notre amour pour lui, sa grâce étant toujours infiniment supérieure à notre foi, sa grâce sur-abonde, comme le dit l’apôtre Paul, quand notre péché abonde. Mais ce geste de la circoncision a rapidement été abandonné par les chrétiens car il a deux inconvénients : il est réservé aux garçons (pour des raisons d’anatomie), or dans l’alliance en Jésus-Christ, il y a égalité entre l’homme et la femme. La deuxième raison est que notre corps est une bénédiction de Dieu, il semble bizarre symboliquement de retrancher un truc à cette création pour faire alliance avec Dieu. Bref, très vite, le geste d’entrée dans l’alliance avec Dieu en Christ devient le baptême, et l’on voit des familles entières, hommes, femmes & enfants baptisés d’un coup (Ac 16:33, 16:15).

En tout cas, le geste du baptême est un très beau geste.

Il n’est pas nécessaire pour que Dieu nous compte parmi les siens, bien entendu ! Car Dieu n’est pas un fonctionnaire des douanes qui se préoccuperait de savoir si notre passeport a bien le coup de tampon qu’il faut. Dieu regarde au cœur, d’abord, et ensuite, même si notre cœur était un peu décevant Dieu a son cœur à lui qui aime et garde chacun de ses enfants (c’est comme cela qu’un père ou une mère idéale aimerait son enfant, donc Dieu aussi).

Mais le geste du baptême est pour nous aider, nous, humain, à bien nous imprégner de cet amour de Dieu. Et vous avez de la chance de pouvoir le vivre en tant qu’adulte. Ceux qui ont été baptisés bébés ont une autre chance, celle de savoir que cet amour de Dieu pour eux a précédé leur foi, et donc que même s’ils doutent, s’ils oublient même le nom de Dieu, cette grâce leur restera acquise. Finalement, vous êtes aussi au bénéfice de cela.

En tout cas : Dieu vous bénit et vous accompagne

par : Marc Pernot, pasteur à Genève

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

6 réponses

  1. Claude dit :

    Bonjour
    je m’appelle Claude, il m’a été demandé d’accompagner les parents qui demandent le baptême pour leurs enfants, il est vrai que dans la tradition de l’église catholique, c’est le baptême par immersion qui est pratiqué. bien que le baptême par immersion illustre le mieux le sens de ce sacrement. la question que je me suis posé, : est-ce que le fait de plonger quelqu’un dans l’eau fait de lui automatiquement une autre créature? je répond non et ma réponse est la même pour le baptême par aspersion. d’après ce que nous dit St Jean, il baptise d’eau, mais derrière lui vient celui nous baptisera du St Esprit, selon moi ce baptême que donne St Jean, nous invite à nous convertir afin de rencontrer JESUS-CHRIST qui va nous transformer
    que se soit le baptême par immersion ou par aspersion, c’est une invitation à la conversion afin de rencontrer JESUS-CHRIS, qui, par sa parole va nous changer spirituellement. j’ai en vie de dire qu’il va donner le coup de grâce à l’homme pêcheur qui est est nous.

    • Marc Pernot dit :

      Cher Monsieur
      A ma connaissance, le baptême dans l’église catholique est par aspersion d’un peu d’eau sur la tête de la personne.
      Personnellement, je ne suis pas du tout convaincu que le baptême par immersion illustre le mieux le baptême chrétien. Car, comme vous dites, c’est Jean-Baptiste qui baptisait en plongeant dans l’eau. Le baptême du Christ est autre, il est un don de l’Esprit venant sur nous d’en haut.
      Comme vous le dites, le baptême ne convertit pas Dieu à aimer tout d’un coup un petit peu plus la personne baptisée (Dieu l’aimait déjà parfaitement), Dieu n’a pas attendu le baptême pour reconnaître la personne comme son enfant ! Mais c’est à nous que ce signe est utile : pour manifester, visiblement, cet amour.

  2. Rose dit :

    Cher Claude, cher pasteur
    Dans l’église primitive, le baptême était réalisé par immersion, y compris chez les catholiques. Un texte ancien permets toutefois l’aspersion en cas de pénurie d’eau( ou invalidité ne permettant pas l’immersion). Ce texte est le Didachè (Ch 7 il me semble).par la suite l’église catholique a fait du baptême par aspersion une généralité, pour des questions pratiques. Les réformes ont suivi cela. L’église orthodoxe n’a jamais cessé de baptiser par immersion. La signification du mot « baptême « en grec(  » baptizo ») signifie  » plonger « . Et effectivement l’église catholique revient petit à petit au baptême par immersion. Cependant il est vrai que l’essentiel n’est pas dans la quantité d’eau. Mais puisque la plupart du temps l’aspersion est utilisée pour des raisons pratiques c’est dommage. L’immersion n’est pas compliquée, une piscine en plastique ou un baptistère mobile suffit.

    • Marc Pernot dit :

      On peut voir les choses comme cela, bien sûr. Et bien des églises ont cette conception.

      Néanmoins, le signe n’a pas le même sens, ce n’est pas la même chose de descendre dans l’eau et de recevoir de l’eau d’en haut.

      Ce n’est donc pas par manque d’eau ni pour des raisons pratiques que nous baptisons par aspersion. C’est pour une question de sens donné à ce geste du baptême. L’aspersion évoquant le don de l’Esprit (comme la colombe qui descend sur le Christ), et le geste d’aspersion reprend le geste millénaire de l’imposition des mains qui évoque une étape supplémentaire dans notre genèse et le don d’une vocation.

      • Rose dit :

        Mais comment interpréter ce qi’eplique Pzul en Romain 6 alors ? Mais si il y a des raisons théologiques alors oui pourquoi pas. Celle dont vous parlez est belle. Néanmoins la plupart des églises ne parlent que de raisons pratiques pour légitimée l’aspersion . Un exemple.
        https://www.eglise-protestante-unie.fr/lecelle-saint-amand-les-eaux-p40133/fiche/le-bapteme-7702. En plus le symbole de l’Esprit-Saint venu d’en haut et don d’une vocation est donné par un autre signe, une onction d’huile( la confirmation catholique ou la chrismation chez les orthodoxes). Donc l’aspersion me semble moins oecuménique.

        • Marc Pernot dit :

          Les baptistères paléochrétiens (des tout premiers siècles du christianisme) que nous avons encore présentent un bassin qui ne fait pas plus d’un mètre de profondeur, ne permettant pas un baptême par immersion de toute façon. C’était donc à l’époque intermédiaire entre l’immersion et l’aspersion. C’est ce que l’on voit aussi sur les représentations en mosaïque ou fresques des premiers siècles, le baptisé avait de l’eau plutôt jusqu’à la taille et de l’eau était versée sur sa tête. Mais peu importe, car nous ne sommes pas au IIe siècle mais au XXIe et c’est à nous de trouver les gestes qui puissent dire le plus fidèlement possible l’Evangile pour notre temps, dans notre culture.

          Romains 6 parle d’être plongé dans le Christ, c’est une incorporation spirituelle, indépendamment du geste liturgique. La question n’est pas celle de l’eau, ici, mais d’entrer dans une communion. Ou de recevoir cette impulsion, cette nouveauté de vie. En effet, Paul lui-même ne baptisait pas dans l’eau, ou presque pas, exceptionnellement (comme il le dit lui-même, voir 1 Corinthiens 1), d’ailleurs Jésus non plus ne baptisait pas. Ce sont ses disciples qui baptisaient, et c’est intéressant car c’est précisément à nous, disciples du Christ, d’inventer à notre tour les gestes qui nous permettrons de transmettre l’Evangile en parole et aussi en gestes, actes, symboles.

          Dans l’église protestante, et bien heureusement, il y a une belle diversité de pensées.

          En ce qui concerne l’œcuménisme, j’y suis très sensible. Seulement là aussi la question n’est pas d’être identiques, mais de se respecter. De faire corps en Christ. Et donc de reconnaître le baptême des autres. Comme un signe de la grâce. Le baptême par immersion est et reste extrêmement rare dans les paroisses catholiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *