Pendant la prière, est-il permis de se prosterner ?

femme en prière (orante) - fresque dans une catacombe à Rome

Par : pasteur Marc Pernot

Question d’un visiteur :

Bonjour

Tout d’abord merci pour ce site et pour le temps que vous prenez a nous répondre.

Je suis une jeune fille de 14, je me pose énormément de question sur la religion, sur la foi, sur la véracité de cette religion…

Je crois avoir enfin trouvé ce que je cherche depuis tant de temps. J’ai été baptisée petite plus par tradition que par convictions religieuses.
Depuis quelques temps, je me suis tournée vers les autres religions, le judaïsme, l’islam… Mes parents et mon entourage m’on prit pour une illuminée et une folle … Je vous passe les détails. Je continue jour après jour a me cultiver et je prend conscience que je me rapproche d’un christianisme assez personnel. Je ne crois pas en la trinité, pour moi Jésus étant le dernier et le plus important des prophète, c’était un prophète, plus important et plus sage que les autres mais un prophète, pas Dieu ! Je ne prie pas les saints ni Marie. Quand a sa virginité, mon esprit reste brouillé sur ce point.

J’en viens au fait : Pendant la prière, est-il permit de se prosterner. Dans la Bible nous avons des exemples comme quoi les prophètes et Jésus lui même se prosternaient .

Merci pour vos réponses, que l’Eternel vous assiste.

Réponse d’un pasteur :

Bonsoir mademoiselle

Bravo pour votre recherche spirituelle, sincère et vraie. Vous avez vraiment raison de vous poser des questions, de remettre en doute avant d’adopter une pratique ou une conviction, il y a tant de manipulateur. Bravo de garder cette indépendance d’esprit, comme vous le faites, tout en ne restant pas seule dans cette recherche spirituelle non plus.

En particulier en ce qui concerne la prière. La bonne posture est celle qui vous conviendra à vous. Ce n’est pas pour Dieu, car il regarde au cœur. Mais c’est pour celui/celle qui prie, car nous ne sommes pas de purs esprits mais nous sommes aussi un corps, et la posture peut éventuellement nous aider à mieux nous ouvrir à Dieu.

  • Se prosterner ou s’agenouiller serait une attitude de supplication, comme devant un grand roi puissant. Il peut arriver que nous ayons ce sentiment devant Dieu. Mais là encore, c’est notre attitude intérieure devant Dieu qui compte et non la posture (Dieu regarde au cœur).
  • Se tenir debout est une autre attitude très fréquente dans la prière, c’est ce que l’on appelle l’attitude de « l’orant », les bras à moitié levés comme pour recevoir une pluie bienfaisante venant du ciel. C’est l’attitude du ressuscité, c’est finalement ainsi que Dieu nous espère, je pense, car il ne veut pas faire de nous des esclaves à terre, mais il nous relève, nous dynamise, et son amour pour nous fait que nous sommes devant lui en confiance.
  • Certains spirituels pratiquent la prière en marche, par exemple en rond dans une pièce, ou en marche dans la nature (et pourquoi pas dans la ville). C’est une belle image de ce que Christ nous propose, lui qui présente la façon d’être chrétien comme un être en fidélité, en cheminement, et en vie (Jean 14:6).
  • On voit aussi certains prier à plat ventre sur le sol, les bras étendus, comme une prière de consécration de sa personne, d’abandon total dans la confiance à Dieu. C’est possible d’avoir ce geste à certaine occasion spéciale, même si le Dieu que nous présente Jésus n’a pas du tout l’intention de nous écraser à terre mais plutôt d’être ressuscité, élevé de toute notre hauteur, prêt à évoluer, les pieds sur terre et la tête au ciel, les mains dans l’action sur terre.

La bonne pratique pour vous sera celle qui vous portera le mieux, ce qui correspondra peut-être à votre sentiment religieux du moment. Le nombre de prières et le moment où vous priez aussi seront ceux qui sont les meilleurs pour vous à tel moment de votre vie. Priez couchée dans votre lit, en marchant dans la rue, sous votre douche, ou assise dans les transports, à genoux dans votre chambre ou au sommet d’une montagne… sentez vous simplement libre, en confiance, Dieu est sensible, et de toute façon, il vous prendra dans ses bras comme votre meilleure amie pourrait le faire.

C’est vrai que dans notre protestantisme « réformé » (ou « presbytérien » dans les pays anglo-saxons), nous sommes assez méfiants sur les symboles, sur les gestes et les attitudes. Peut-être trop, même si cette méfiance est fondée sur la bonne intention de nous concentrer plus sur le fond que sur la forme. Car l’humain est si vite superstitieux, et la forme prend facilement pour lui le pas sur le fond, nous rassurant à bon compte en grâce à une forme qui nous semble importante : une attitude, une bougie, une image, des prières répétées, une cérémonie… alors que ce ne sont au mieux que des moyens pour aider éventuellement à prier en sincérité.

C’est pourquoi bien des protestants prient sans aucune posture particulière, ni formalisme particulier, se concentrant sur la sincérité et la relation personnelle de chacun avec son Dieu, en confiance. C’est pourquoi notre prière est plutôt dans l’intimité, sans témoin afin d’en garantir la plus grande sincérité possible, sans avoir à tenir compte de ce que penseraient d’autres personnes.

Mais une fois que l’on a pris conscience de cet essentiel, si une attitude et des conditions particulière vous aident à prier : c’est génial et il serait bien dommage de s’en priver.

Pour ce qui est de vos croyances à propose de Jésus et de Marie, chacun peut avoir sa propre conviction. La foi est avant tout une question de regard tourné vers Dieu avec confiance et espérance. Les croyances sont autre chose, elles sont importantes, mais c’est secondaire. Pour les points que vous soulevez, il existe une diversité à l’intérieur même des livres du Nouveau Testament. Et pas une seule parole de Jésus nous dit que nous devrions absolument croire ceci ou cela sur ces points. Ce qu’il nous suggère, c’est d’aimer Dieu, d’aimer notre prochain et nous-même. Ce qu’il nous conseille c’est d’avoir foi en Dieu (confiance), de veiller et de prier. Cette confiance en Dieu nous rend libre d’être nous-même et de nous faire notre propre opinion. Sur ce qui pourrait être amélioré, que Dieu nous éclaire, nosu aide à avancer.

Bravo pour voter recherche, pour votre prière.

Dieu vous bénit et vous accompagne.

par : pasteur Marc Pernot

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Zaima Zekhnini dit :

    Bonjour monsieur le Pasteur, comment pouvez vous dire que jésus veut que vous soyez chrétiens alors que lui meme n’ait pas chrétien

    • Marc Pernot dit :

      C’est vrai que Jésus n’était pas chrétien puisque le christianisme n’existait pas à son époque. On ne peut donc pas dire non plus qu’il était contre, ou qu’il ne l’aurait pas été.
      Le Christianisme se construit comme une réponse à ce qu’a transmis le Christ, une recherche de fidélité à sa foi, sa façon d’être.
      C’est un fruit de la foi de Jésus-Christ, de sa façon d’être. En particulier dans cette relation à Dieu souple, directe et confiante que Jésus incarne, et dans le fait qu’il relativise les règles religieuses qu’adorent donner des hommes pour opprimer les autres…
      Le Christianisme est bien utile pour développer sa foi en fidélité avec ce qu’a transmis Jésus-Christ. Et donc de cheminer vers Dieu, un Dieu d’amour et de vie, pas un Dieu dur et impitoyable.
      Dieu vous bénit et vous accompagne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *