Parfois, je n ose pas prier, alors que je le désire vraiment. C’est comme si j’avais peur des réponses.

Soleil caché derrière des nuages, éclairant les montagnes - Photo by Marek Piwnicki on UnsplashPar : pasteur Marc Pernot

Question d’un visiteur :

Bonjour,

J ai une question qui me préoccupe beaucoup et que, j espère, vous ne trouverez pas trop naïve.

Quand je prie, il me vient parfois des pensées en tête. Comment savoir si elles sont de Dieu ou si elles viennent de mes angoisses (ce sont parfois des pensées qui me font peur). Du coup, je n ose pas prier, alors que je le désire vraiment. C est comme si j avais peur des réponses. Avez vous un conseil pour m aider à me sortir de cette situation et à prier avec joie ?

Merci et bonne soirée,

Réponse d’un pasteur :

Bonsoir

Bravo pour cette grande profondeur d’analyse. Tan de personnes ne se posent mêle pas la question. Par exemple toute personne qui affirme l’air sérieux que « Dieu m’a dit… », « Dieu m’a révélé…. » , « Dieu m’a donné ce signe, ce songe ». C’est du manque d’humilité, et ce n’est pas très respectueux vis à vis de Dieu que de lui faire dire des choses qu’il n’a jamais dites, et fait des choses qu’il n’a jamais faites.

Cela dit, on a quand même des indices :

  • Si vous avez des angoisses , en tout cas, elles ne viennent pas de Dieu. Lui est source de paix, de consolation, d’approfondissement et d’élévation, de force, d’intelligence.
  • Il est effectivement possible que des idées nouvelles vous viennent de Dieu, car c’est bien son genre, de multiplier les possibilités pour nous libérer. Mais parfois une idée nouvelle vient de notre imagination. Vous avons donc raison de vous demander si telle ou telle chose.
  • En hébreu, le même mot signifie à la fois « parole » et « acte », en général, l’effet de la prière est plus de l’ordre d’une croissance, d’une évolution de notre être que vraiment des consignes. On dit par exemple qu’il apporte de la lumière, c’est à dire qu’il nous permet de mieux voir de nos propres yeux la réalité dans laquelle nous sommes, nous permettant de mieux comprendre, de mieux voir les solutions, de mieux choisir ce qui nous correspond et qui optimisera le bien et minimisera le mal?

Le désir de prier Dieu vient de Dieu, et c’est excellent. Vous n’avez rien à craindre de lui, bien sûr. Au contraire, si des idées négatives surviennent, les visiter avec lui est une vraie chance de mieux comprendre ce qui pourrait être travaillé. Jamais une réponse de Dieu ne sera mauvaise pour nous, ni défavorable. Il peut arriver que dans la prière nous nous rendions compte qu’en réalité nous étions en train de faire n’importe quoi. C’est peut-être une réponse de Dieu que nous n’attendions pas, mais quoi, préférerions-nous ne pas entendre ce qui va nous sauver ? Un ami, nous voyant tout gâcher ne devrait pas le dire à son ami ? Au contraire c’est alors un sacré service. Mais je pense que c’est rare, dans des circonstances gravissimes. En général, la réponse de Dieu est une suggestion douce, comme vous dites : c’est souvent une ou des idées nouvelles sympas à explorer, et cela nous aide à infléchir notre marche d’une plus belle façon, plus favorable

La peur ou la colère, ou la tristesse, la jalousie… le sentiment négatif n’est pas agréable à vivre, tant s’en faut, la question est d’en faire quelque chose de bon, d’en tirer une bonne énergie pour sortir du mal. Effectivement, Dieu est spécialiste de cela, comme le dit Joseph dans la Genèse 20 « le mal que vous aviez combiné de me faire, Dieu l’a changé en bien » (Genèse 50:20), Dieu est puissance de conversion, de soins, de résurrection.

Mais c’est vrai, parfois on prend pour Dieu une voix qui s’exprime en nous, venant de nos hormones, de blessures anciennes, d’émotions diverses, de rêves, c »st un peu un chaos en vrac. Ce n’est pas toujours facile à débrouiller. Il me semble que la meilleure solution est de continuer à prier, analyser, réfléchir, prier encore… etc jusqu’à ce que cela se mette en place suffisamment, pour avancer.

La louange est une prière joyeuse et belle. C’est un exercice important, je pense. Cela s’entraîne de chercher dans sa journée un truc sympa qui est digne d’une petite joie.

Dieu vous bénit et vous accompagne.

par : pasteur Marc Pernot

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *