Le protestantisme et la confession, la repentance, le pardon ?

Par : pasteur Marc Pernot

Question d’un visiteur :

Bonjour Pasteur
J’espère que vous allez bien par la grâce de Dieu

J’aimerais savoir quelle est la différence entre les protestants et les autres chrétiens ?
Notamment sur le repentir auprès de Dieu se confesser par exemple.

Et aussi il y a quelque chose qui m’inquiète fortement dû à mon passé avant que je sois chrétienne
Pour commencé je pensais encore que tant que ça ne sortait pas de ma bouche c’était peut-être mal mais ce n’était pas un péché .
Quand on devient chrétien nos fautes conscientes et inconscientes du passé sont elles effacer ?
Aussi
J’ai appris dans Matthieu 5:23-24 « Si donc tu présentes ton offrande à l’autel, et que là tu te souviennes que ton frère a quelque chose contre toi, laisse là ton offrande devant l’autel, et va d’abord te réconcilier avec ton frère; puis, viens présenter ton offrande. « 
Il est aussi dis que « Celui qui le traitera de fou sera passible de la géhenne de feu. »
Faut-il prendre ceci au mot ?

Jésus paix sur lui avait pourtant dis que le blasphème contre lui étai pardonnable mais pas le blasphème contre Dieu sans repentir quand est-il du blasphème sur autrui ? Je ne comprends plus .
J’ai pensé pire l’année dernière concernant même certaines personnes mortes. J’étais vraiment horrible et je le regrette. J’espère juste que ces personnes mortes et même de leurs vivants d’ailleurs n’en veulent pas et n’en voulait pas au gens qui on pensé des mauvaises choses sur eux. Si on dis du mal de quelqu’un ou en pensée conscient ou non qu’on ne peut pas voir la personne qu’elle soit dans un autre pays etc où même qu’elle soit morte en ayant quelque chose contre vous et que vous le savez où non d’ailleurs.
Comment faire pour se repentir dans ce cas même quand on le veut de tout sont coeur et qu’on regrette ?
Au fond de moi j’espère vraiment qu’il y a une solution de pardon pour les gens dans mon cas. J’espère que Dieu ne mettra pas son enfant au feu si il a essayé de se repentir mais qu’il ne sais pas comment faire dans cet situation.
Pardonnez-moi d’avoir transformée la question en confession.
Je vous souhaite une bonne journée
Merci pour tout ce que vous faites d’être toujours bienveillants auprès de ceux qui vous écrivent
Et que Dieu vous bénisse

Réponse d’un pasteur :

Bonjour

Théoriquement, le protestant est en ligne directe avec Dieu, interprète librement la Bible, se fait sa propre opinion théologique, le tout avec l’aide de Dieu qui aide chacun à progresser, pas à pas. Cela n’est possible que dans la confiance en l’amour de Dieu et donc dans son pardon, sa patience;
C’est comme cela que cela marche dans bien des églises protestantes, mais pas dans toutes car il y a des églises qui se disent protestantes et dont les responsables tiennent à prendre quand même le pouvoir sur les fidèles. C’est très humain, c’est comme cela dans bien des associations et institutions. Même dans l’église, bien sûr. En ce qui concerne le protestantisme, la liberté conduit à une grande diversité de sensibilité entre paroisses, selon les personnes (pasteurs et laïcs) qui s’y sont engagées. Il faut donc bien regarder et choisir, rester vigilant. Il y a plus de chance d’avoir quelque chose de respectueux pour l’individu dans des paroisses dites presbytériennes, ou réformées, luthériennes, épiscopaliennes ou anglicanes.

En ce qui concerne le repentir ou la confession, là encore pour le protestant c’est devant Dieu, en ligne directe, dans la confiance dans son amour que rien ne peut diminuer. Cette démarche devant Dieu ne vise donc pas à obtenir le pardon (déjà accordé), mais de laisser Dieu prendre soin de nous comme un médecin prend soin d’une personne souffrante.

Il faut comprendre comment parle Jésus, il parle de façon à nous réveiller, à susciter en nous une interrogation salutaire. Le statut de ses paroles n’est pas celui d’un code de lis et règlements qu’il faudrait appliquer à la lettre afin d’être dans la vérité. Ce n’est pas possible. Par exemple quand il dit « Mais moi, je vous dis de ne pas résister au méchant. » (Matthieu 5:39) ! Ce n’est pas un modèle de société : impossible de laisser les gangster braquer les personnes âgées, les fous violer les femmes et les enfants, et cette parole très claire de Jésus ne nous oblige pas à laisser notre porte ouverte et les clés de la voiture sur le tableau de bord avec son

    portefeuille. Comment lire ces paroles de Jésus ?

  1. en s’interrogeant sincèrement pour chercher quelle est la meilleure attitude à avoir avant d’agir. Une fois ce sera de lutter contre les agissements mauvais d’une personne, une autre fois ce sera de patienter pour trouver comment l’aider à se porter mieux, une fois ce sera de l’interroger elle-même pour lui faire prendre conscience, une autre fois ce sera en montrant l’exemple d’un bon comportement…
  2. s’interroger devant Dieu, en confiance dans son amour et sa patience pour nous, en lui demandant de nous ouvrir les yeux, de nosu faire saisir les vrais enjeux et les possibilités multiples qui s’offrent à nous, qu’il nous aide à choisir et à faire ce que l’on a choisi.
  3. Et ces paroles provocantes de Jésus nous aident aussi à nous interroger après coup sur la façon dont nous avons agi, pour voir si nous n’aurions pas pu mieux faire… encore et toujours en confiance dna sle pardon de Dieu

Pour ce qui est de se réconcilier avec son frère, je trouve ces paroles de Jésus intéressantes, car même si nous avons en Dieu un amour et un pardon infinis, ce pardon n’est pas tout. Si nous avons fait n’importe quoi, il est bien possible que nous ayons fait souffrir une personne, et le fait d’être pardonné par Dieu est un encouragement à essayer de réparer les conséquences de nos fautes. Ce n’est pas toujours possible car si l’on a blessé une personne, la peine qu’elle a vécue a bien été vécue et on ne peut pas revenir en arrière. Mais il y a souvent des choses que l’on peut améliorer dan la situation de la personne que l’on a fait souffrir. Le pardon de Dieu nous y encourage.

La géhenne de feu n’est pas une torture que Dieu ferait subir à la personne qui a fait une faute. Dieu ne torture personne. Bien sûr, puisqu’il est amour et tendresse comme une maman parfaite pour son bébé.
Le feu est une image de ce qui purifie le minerai afin d’éliminer la terre qui est dedans et d’en dégager l’or, l’argent et le platine. Tel est l’amour de Dieu : il cherche à dégager le meilleur qui existe en nous : notre personnalité profonde, notre amour et notre espérance, notre créativité, notre foi. Et pour cela il cherch à nous libérer ce ce qui pèse sur nous : les souffrances anciennes, nos défauts. C’est cela qu’il cherche à brûler par son Esprit en nous. Voilà la « justice de Dieu » : elle cherche patiemment à rendre juste chaque personne, par amour.

Dieu cherche aussi à nous aider à nous pardonner à nous-même. Ce n’est pas toujours facile, et cela peut prendre du temps. L’apôtre Jean a bien raison quand il nous affirme : « Si notre cœur nous condamne, Dieu est plus grand que notre cœur, et il connaît toutes choses. » (1 Jean 3:20), et il nous aime, nous pardonne, car « Dieu est amour » (1 Jean 4:8 et 16)

Même si le chrétien protestant se confesse à Dieu directement, il est évidemment permis, si nécessaire, d’aller voir son pasteur pour lui dire ses remords pour quelque chose, et que le pasteur puisse ainsi dire le pardon de la part de Dieu. Il arrive que nous ayons ainsi besoin d’une parole humaine pour nous réassurer sur le fait qu’avec Dieu, aucune situation n’est désespérée.

N’ayez crainte : Dieu vous bénit et vous accompagne.

par : pasteur Marc Pernot

Print Friendly, PDF & Email

Marc Pernot

bio de Marc Pernot

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. C92 dit :

    Bonjour Marc Pernot,

    Vous avez entièrement raison par rapport a la responsabilité de la personne a confesser directement en priant ses péchés. Cependant, parfois il est bon pour la personne de ce confié a un frère ou une soeur dans la foi de confiance, ( sans forcément être Monsieur, Madame le, la pasteur) qui acceptera de prier pour la personne et encouragera humblement le pécheur, a s’amélioré, mais également a être bienveillant en envers lui, comme Dieu l’es pour nous. Mais la personne qui écoute dois être consciente qu’elle est comme la personne qui demande d’être écoutée, elle est pécheresse. Cette personne a donc ces combats. Il est vrai, c’est compliqué de trouver cette personne de confiance, mais pas impossible. Mais il n’est pas indispensable pour ce faire pardonner, juste un plus. C’est d’ailleurs ce que développe Dietrich Bonhoeffer, Dans son livre: La vie communautaire.

    Je ne sais pas ce qu’il y a dans le canton de Genève, mais dans le canton de Vaud, il y a des structures comme la Cascade à Renens et la Rosée à Payerne, qui sont des lieux d’écoutes.
    la Cascade: https://www.eerv.ch/region/les-chamberonnes/activites/solidarite/la-cascade
    La Rosée: http://www.larosee-broye.ch/nsite2/

    Amitié fraternelles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.