L’Evangile dit que « Dieu est amour ». S’agit-il d’un attribut parmi d’autres, ou sa nature ?

illustration : un papa et son fils - http://www.flickr.com/photos/66606673@N00/4699050352 Found on flickrcc.net

Par : pasteur Marc Pernot

Question d’un visiteur :

Bonjour Pasteur,

Dans l’Évangile, la première lettre de Jean nous apprend que Dieu est amour: S’agit-il d’un attribut (une des composantes de Sa personnalité) ou serait-ce Sa nature, Sa substance ?

Je suis dubitatif car la majorité de ceux qui enseignent la Bible disent que l’amour est une des facettes de dieu (ils y ajoutent la vengeance, la colère, le châtiment, etc.). Je rencontre toutefois beaucoup de personnes qui vivent cet amour comme si Dieu en personne se manifestait..

Et merci pour votre site qui illumine mon coeur d’espérance.

Bonne continuation !

Réponse d’un pasteur :

Bonjour

Je pense effectivement que Dieu est amour, comme le dit la 1e lettre de Jean, et à mon avis comme le manifeste parfaitement Jésus-Christ. D’ailleurs, Jean dit que « Dieu est amour », il ne dit pas seulement que Dieu a de l’amour, ou que Dieu nous aime. Vous avez donc raison à mon avis de dire que l’amour est sa nature, sa façon d’être.

Mais il est bien difficile aux églises, et surtout aux chefs d’églises, de renoncer à pouvoir utiliser la menace comme moyen pédagogique pour dresser leurs fidèles. Il en sort une incroyable théorie perverse comme quoi Dieu donnerait par amour, d’une main, ce qu’exigerait son autre main, par une justice rigoureuse et impitoyable. Un gentil Dieu frappé de dédoublement de la personnalité, ambiance Dr. Jekyll and Mr. Hyde…

Si la connaissance de la façon d’être de Jésus lui-même face aux pécheurs n’était pas assez limpide sur cette question, Paul et Jean insistent tous les deux pour dire que nous ne sommes plus sous la crainte de Dieu :

  • Romains 8:15 « Vous n’avez point reçu un esprit de servitude pour être encore dans la crainte; mais vous avez reçu un Esprit d’adoption, par lequel nous crions: Abba! Père! », magnifique parole qui résume tellement bien l’Evangile.
  • 1 Jean 4:18 « La crainte n’est pas dans l’amour, mais l’amour parfait bannit la crainte; car la crainte suppose un châtiment, et celui qui craint n’est pas parfait dans l’amour. »

Cela dit, je ne pense pas qu’il faille identifier non plus « Dieu » et « l’amour ». On a le droit, bien sûr, mais à mon avis cela affaiblit considérablement l’être de Dieu, sa transcendance, et son caractère personnel. Dieu est d’un autre niveau, il est la source même de la possibilité même d’aimer. Les récits sur Dieu ne sont pas seulement une sympathique façon, sous forme mythologique, de parler de l’amour, ou plus largement de ce qui est beau et vrai dans la vie humaine. Il y a plus derrière ces histoires qu’une figure de style. Il y a quelque chose de personnel, et donc quelqu’un dont on peut dire qu’il est source et uniquement source de positivité, comme l’amour. Dans cette formule « Dieu est amour », certain diraient donc que c’est la notion de Dieu qui est mythologique et que l’amour a une réalité. Il me semble que c’est l’inverse, c’est Dieu qui est une réalité (même s’il faudrait une autre mot pour parler de sa façon unique d’exister, d’être) et c’est l’amour qui est relativement métaphorique, un concept dont la réalité n’existe que sous forme de traces.

Amitiés

par : pasteur Marc Pernot

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *