Jouer de la musique pour faire danser est-ce permis pour un chrétien ?

pianiste de jazz - Image par Greco Lacerda Cruz de Pixabay

Ah comme les préjugés humains sont tenaces…. La joie et l’émotion peuvent tout à fait être au service de la foi.

Par : pasteur Marc Pernot

Question d’un visiteur :

Cher monsieur,

Mon grand-père était pianiste de jazz et lorsqu’il a trouvé le chemin de Dieu, il a senti qu’il devenait dangereux de se mettre dans une posture de faire danser les gens.
Qu’en pensez vous ?
Il a beaucoup souffert de cet interdit tout en le choisissant pleinement.
Pensez vous qu’une pratique artiste puisse être associée à la foi, voire même servir la foi ?

Merci pour votre réponse

Réponse d’un pasteur :

Chère Madame
Quelle tristesse ! Quel Gâchis !
Et en même temps quel courage et quelle foi avait votre grand-père.

Je ne sais pas qui a inventé que Dieu serait contre la joie, la beauté ? J’imagine qu’il était dans une église très étroite d’esprit. Car le Christ est connu pour aimer manger et boire, contrairement à son cousin Jean-Baptiste qui était un peu du genre moine. Voir par exemple Matthieu 11:19.

Ce qui ne serait évidemment pas bon c’est de s’étourdir de plaisir au point d’en oublier Dieu.

Mais c’est peut-être même pire de donner de Dieu une idée tout à fait repoussante et fausse : celle d’une personne faisant tout pour empêcher que les personnes se réjouissent ensemble de la beauté de la vie. Car cette image de Dieu est non seulement fausse, mais elle fait bien plus d’athées dans le monde qu’une personne qui oublie un peu trop Dieu dans sa propre vie.

Vraiment désolé pour votre grand père.

Vraiment désolé pour le monde, qui a été privé de tant de belles choses. Imaginez s’il avait pu mettre sa vocation de chrétien artiste, et d’artiste chrétien au service de Dieu au lieu d’en être empêché ! Quelle bénédiction cela aurait été !

Mais de sa part à lui, il a mis avec courage sa foi sur le dessus, comme il a pu avec ces idées qu’on lui a mises en tête. Et malgré tout, c’est un beau témoignage. Teinté de tristesse devant cette souffrance et ce gâchis de talent, mais un grand témoignage de foi. Il faut garder en tête le meilleur, et le purifier d’un regard de bienveillance.

D’une manière générale, la foi chrétienne appelle à la liberté. Et dans la confiance en Dieu que nous avons, notre liberté peut s’affiner, mûrir. Cela permet effectivement de conjuguer nos talents particuliers, les circonstances, et de bâtir une vocation personnelle en dialogue avec Dieu. Comme vous le dites, cette foi et ce talent reconnu comme un don de Dieu aurait pu se conjuguer dans le service des autres, et même dans le service de la foi.

Ensuite, comme savoir si quelque chose « est chrétien » ? C’est en pensant à Dieu, en se présentant soi-même devant lui avec la transparence que permet notre pleine et entière confiance dans son amour et son pardon pour nous. C’est dieu qui éclairera notre conscience. A moins d’avoir des problèmes psychologiques, nous savons très bien quand nous avons eu un bon geste dont nous sommes heureux, et quand nous avons fait une mauvaise chose dont nous ne sommes pas très fier.

Dieu vous bénit et vous accompagne

par : Marc Pernot, pasteur à Genève

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. J’ai moi aussi souvent entendu ce genre de remarque. Je pense que chacun doit choisir sa vie et sa voie en toute liberté, sans se laisser bourrer le crâne avec des interdits multiples. Cela ne m’a jamais perturbé de participer à des spectacles, des cortèges etc le roi David jouait de la harpe et a dansé devant l’Arche. Saint Augustin résume ce que je ressens : aime Dieu et fais ce que veut

    • Marc Pernot dit :

      Grand merci, Jean Luc.
      C’est vrai que notre Calvin national est réputé pour ne pas tellement rigoler sur le sujet : « après la panse vient la danse puis l’adultère ». C’est quand même un curieux raccourci. A ce régime là, respirer deviendrait même un premier pas vers la débauche ? Mais soyons bienveillant et ne gardons pas le mal, retenons plutôt ce qui est bien. C’est ce qu’on fait les Genevoises et Genevois, la pratique de la danse est très vite revenue chez les protestants.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *