Je voudrais juste avoir votre avis en tant que Pasteur sur la peine de mort

illustration : manifestation pour que Troy Davis ne soit pas exécuté - photo David Shankbone (wikicommons)

Troy Davis, exécuté en 2011 aux USA, ses derniers mots : « A ceux qui s’apprêtent à m’ôter la vie, que Dieu vous bénisse »

Par : pasteur Marc Pernot

Question d’un visiteur :

Bonjour Mr le Pasteur,

Je voudrais juste avoir votre avis en tant que Pasteur sur la peine de mort (la peine capitale).

Je ne cautionne pas les actes des criminels, des tueurs des violeurs des voleurs etc. Bien sûr que ces voyous doivent etre punis. Mais une chose est sûre quand une personne est exécutée et qu’elle n’a pas commis le crime reproché, la justice fait une erreur irréversible.

je me pose des questions: Dieu nous dit dans les dix commandements: Tu ne tueras point.

Jésus lui nous dit: » Ne craignez pas ceux qui tuent le corps et qui ne peuvent tuer l’âme « 
Je trouve que l’Amérique est très protestante et pourtant la peine de mort est très importante. Comment comprendre ça ?
Merci d’avance pour votre point de vue.

Réponse d’un pasteur :

Bonsoir

Le premier problème, à mon avis, c’est qu’aucune personne n’est à 100 % pure meurtrière. Il y a, même dans la pire des personnes, au moins quelque part une fibre de cœur de chair qui pourrait peut-être éventuellement aimer une fois au moins un tout petit peu. Par conséquent, quand on exécute un meurtrier, on exécute toujours aussi cet innocent là qui existe ou au moins qui existe en germe dans la personne. Bien entendu quand, en plus, la personne n’a pas commis le meurtre pour lequel elle a été condamnée, c’est encore pire.

Mais même si une personne était 100 % pure coupable sans espoir de rédemption possible, mettons un fou complet dangereux, cette personne sera quand même l’enfant bien aimé de Dieu. Il est comme ça. Et par conséquent, si on exécute cet homme, on tue un des enfants de Dieu. Ce n’est pas bon. Comme le dit effectivement le Décalogue : tu ne tueras pas. L’exécution d’une personne est un meurtre légal, mais un meurtre quand-même.

La peine de mort n’est pas juste, au sens de l’Evangile, où la notion de justice est d’avoir une bonne volonté pour aider chacun à avancer, à progresser autant que possible. Tuer quelqu’un, comme vous le dite, est assez radical et ne lui laisse aucune chance de progresser. Ce n’est pas juste non plus au sens de l’évangile car il nous invite à sortir de la logique de la dette, de la vengeance, de la punition. Nous n’avons pas à régler les comptes comme cela, et encore moins en ajoutant de la souffrance et de la mort au mal déjà commis. La question de la peine à infliger au coupable est de protéger la population de sa dangerosité probable, et aussi d’essayer de rendre cette personne moins dangereuse, plus respectueuse des autres. Mais la souffrance de coupable en dehors de ces objectifs n’est que de la souffrance gratuite, en plus. Et ça : ça ne va pas dan sle sens de l’Evangile (à mon avis)

La peine de mort n’est pas non plus efficace, comme vous le dites, cela ajoute une mort à d’autre morts, cela fait un meurtre de plus, une violence en plus, cela ne diminue pas la violence dans le monde, au contraire, cela a le risque de promouvoir auprès de certains fous l’idée du meurtre.

La peine de mort est par contre très efficace pour empêcher la personne coupable de nuire encore dans l’avenir, c’est vrai. Mais d’autres formules auraient pu être envisagées, même pour de dangereux prédateurs, comme la prison à vie dans des conditions décentes.

Donc, non, je ne vois aucune raison de défendre la peine de mort. Je suis bien fier que la France ait abandonné cette pratique en 1981. Un grand bravo à Robert Badinter qui a arraché cette décision historique alors que ce n’étais alors pas du tout évident. J’ai une pensée émue pour pour les hommes et les femmes victimes d’assassins et de tortionnaires cruels. Avec donc une pensée pour ces personnes qui sont encore exécutées, presque chaque jour quelque part dans le monde, une pensée pour leurs familles.

Et oui, c’est étonnant que des chrétiens, en particulier des protestants, défendent la peine de mort. Ils peuvent toujours invoquer des passages terribles de la Bible où il peut sembler en première lecture que Dieu tue les coupables. Mais à mon avis il est possible de lire autrement ces textes, Dieu voulant débarrasser toute personne de cette part de méchanceté qui existe en chacun de nous. Dieu ne veut pas la mort du coupable nous disent les prophètes mais qu’ils changent et qu’ils vivent. Et Jésus va encore plus loin quand il nous dit que Dieu va même jusqu’à aimer ses ennemis, bénir ceux qui le maltraitent et le persécutent. De tels passages ne prêtent pas à confusion et ne peuvent être lus, à mon avis, que comme rendant impossible de supporter la peine de mort, impossible aussi de supporter les traitements indignes que certaines personnes subissent en prison. Et tout aussi impossible de supporter les conditions de vies extrêmement difficiles que subissent tant de pauvres gens qui n’ont jamais fait de mal à une mouche.

Amitiés

par : pasteur Marc Pernot

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *