Je vis une aventure purement sexuelle, cela ne fait de tort à personne, Dieu valide ça ?

Par : pasteur Marc Pernot

deux jeunes personnes dansent dans la nature - Photo by Scott Broome on Unsplash

Séparer le corps de l’esprit, ce n’est pas forcément génial. A mon avis.

Question d’un visiteur :

Bonjour !
Il est vrai que j’ai hésité à me confier quant à cette histoire… mais j’ai besoin de l’avis d’une personne davantage sage que moi.
Voilà, j’ai fait la rencontre d’un garçon avec qui je mène une « aventure ». Notre relation n’est que sexuelle, bien que nous pouvons totalement passer des moments ensemble sans pour autant avoir des rapports. Lui comme moi n’avons pas de sentiments l’un pour l’autre, mais je me sens coupable. Je ne sais pas si Dieu validerait ce genre de relation, après tout je ne fais pas de mal autour de moi… quel est votre avis sur la question?
Je vous remercie de votre attention.

Réponse d’un pasteur :

Bonsoir

Bravo de vous demander ce que pense Dieu de votre façon de vivre, de vos choix. C’est une bonne démarche.
N’ayez crainte, en tout cas, Dieu est amour et pardon. Il n’a aucune intention de nous empêcher de vivre, de rigoler, d’avoir du plaisir, d’être heureux. Et c’est même son but, que nous nous épanouissions dans les différentes dimensions de notre être et puissions avoir une belle vie, et produire de bons fruits, selon notre personnalité et les occasions.

Cela demande de ne pas tout à fait vivre n’importe comment non plus.

Paul a un bon conseil « tout est permis mais tout n’est pas utile, tout est permis mais tout n’édifie pas ». La question est fort bien posée. Et je pense que c’est la réserve que j’aurais sur votre choix de vivre ce genre d’aventures. C’est permis (tout est permis, Dieu ne nous en veut pas), seulement, ce n’est pas constructif. J’ai même bien l’impression que c’est l’inverse.

Vous dites que cela ne fait de mal autour de vous. Seulement, il est possible que ça vous fasse du mal à vous. Ce n’est pas constructif et cela trouble en vous quelque chose de votre relation aux autres humains et à vous-même. Car le sexe n’est pas une activité comme de faire du tennis, c’est un rapport humain bien plus intime, et à ce niveau-là il me semble que cela devrait aller avec une vraie relation pas seulement physique, mais aussi sentimentale, intellectuelle, aimante. Séparer le physique du spirituel, creuser une dichotomie entre ces deux faces de votre être n’est pas une petite chose, et il me semble que le dommage déborde la seule question de cette aventure mais vient infuser d’une façon pas trop géniale dans la personne humaine, et donc en l’occurrence dans votre personne (et dans celle de votre partenaire, mais c’est son problème à lui), dans la façon dont vous percevez la vie et votre vie, l’humain et vous-même.

  • La question ne me semble pas être une question de morale. cela le serait si vous trahissiez vos propres engagements vis à vis d’un conjoint, et trompiez la confiance d’une personne. Ce qui est vraiment dégueulasse, à mon avis. Et vous faites cela entre adultes consentants, et sachant tous les deux de quoi il retourne.
  • La question est plutôt vis à vis de vous-même. La vie est courte et sans nous mettre la pression, il me semble être une assez bonne idée de chercher à nous construire de la plus belle des façons, en cherchant à entretenir et développer les belles dimensions de notre être, en cherchant à unifier notre être dans le sens d’une élévation, cherchant aussi à embellir un peu le monde autour de nous avec de belles et vraies relations, en évitant autant que possible ce qui disperse, dilapide.

En tout cas, Dieu vous bénit et vous accompagne avec compréhension et tendresse.

par : Marc Pernot, pasteur à Genève

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *