Je ne comprends pas bien le sacrement de la Sainte Cène ?

Bible, coupe et pain de la communion - 22 Boulevard des Filles du Calvaire 75011 Paris

Par : pasteur Marc Pernot

Question d’un visiteur :

Je ne comprends pas bien le sacrement de la Sainte Cène.

Comment se déroule-t-elle ?

À quel âge faut-il la faire ?

Est-ce un sacrement obligatoire ou plutôt un rite (comme le mariage) ?

Merci d’avance pour vos réponses,
Dieu vous bénisse et vous protège,

Lucie (16 ans)

 

Réponse d’un pasteur :

Chère Lucie

Non, la Communion ou sainte cène n’est pas obligatoire, de mon point de vue. Si quelqu’un y est sensible, il peut communier si la Sainte Cène est célébrée ce dimanche-là. Pas besoin de cérémonies spéciales, ni d’examen de passage, ni de croyances ou de moralité supérieures  pour avoir le droit d’y participer. De toute façon, Christ est venu pour les pécheurs et il serait hors de question de refuser à qui que ce soit, pour quelque raison que ce soit un repas qui vise à s’ouvrir au Christ !

Mais tout le monde n’est pas sensible à ce geste. Chacun a se propre façon d’être. Et c’est donc facultatif.

Si la prédication parle à l’intelligence, si la musique et le chant parlent à notre émotion, la Communion peut s’adresser à d’autres dimensions de notre être. La communion est à mon avis une façon de faire participer son corps à une ouverture à la grâce de Dieu. Ce n’est pas une mauvaise chose car nous ne sommes pas un pur esprit, nous sommes à la fois un esprit mais aussi un corps, et un animal social. La communion est une façon de dire ainsi oui à ce que Dieu nous offre. Une façon sensible. Ce n’est pas la seule, c’est parfois une façon importante pour certaines personnes. Mais pas pour tous.

C’est vrai que c’est un rite, cela n’a rien de magique. Mais le rite peut avoir une vrai efficacité et une importance. Par exemple le fait de souhaiter bon anniversaire à quelqu’un que l’on aime, dans un sens ce n’est pas magique pour favoriser sa chance mais cela vient marquer d’une parole, d’un geste l’amour que nous lui portons. Et cela peut avoir une grande importance. Il est tellement difficile de bien dire notre amour aux personnes que l’on aime.

Comment ça se passe ? Cela dépend un peu de chaque paroisse. On peut prendre un morceau de pain qui circule ou qui est proposé. On peut boire dans la coupe de vin, ou de jus de raisin, ou dans des petits verres… Il suffit de suivre les indications du pasteurs, et faire comme les personnes qui participent. Ce n’est pas grave du tout si l’on ne fait pas exactement comme il faut.

Amitiés fraternelles

pasteur Marc Pernot

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *