J’ai l’habitude de me réfugier dans la nourriture pour fuir un certain mal-être. Des versets bibliques pour m’aider ?

Par : pasteur Marc Pernot

Un joli gâteau plein de fruits - Image: 'Kremkake' by Ole Husby https://creativecommons.org/licenses/by-sa/2.0/ http://www.flickr.com/photos/37393594@N00/7061509451

Question d’un visiteur :

Bonjour

J’ai souvent l’habitude de me réfugier dans la nourriture pour fuir un certain mal-être.

Je prie souvent pour retrouver une sérénité dans le quotidien mais quand l’estomac ou le cerveau se mettent à « pousser », impossible de résister, je mange jusqu’à apaisement.

Ces problèmes influent également ma vie sociale, je sens que je suis moins tourné vers les autres, je me renferme et semble de plus en plus narcissique et égocentrique.

Avez vous des conseils pour m’aider à me décentraliser à l’aide peut être de versets bibliques ?

Je vous souhaite de bonnes fêtes et vous remercie.

Réponse d’un pasteur :

Bonjour

Bravo pour cette recherche, il me semble que vous placez bien la question en considérant cette difficulté comme un symptôme et donc en cherchant la solution en amont du problème.

En particulier le fait de chercher du côté de la foi, de la Bible et de la prière.

Il me semble que c’est sur l’ensemble des dimensions qu’il convient de travailler en parallèle, parce que nous sommes un tout. C’est bien ce qu’indique votre démarche de travailler sur la nourriture spirituelle pour améliorer votre rapport à la nourriture physique. Il me semble utile de travailler sur l’ensemble des dimensions (dans la mesure du possible, bien entendu, rien ni personne n’a cette parfaite polyvalence). Parmi ces dimensions importantes, le spirituel en est une. La réflexion théologique et philosophique aussi. Il y a la nourriture en améliorant l’équilibre, la régularité, ce que l’on achète, s’exercer à sortir d’un repas en ayant un peu faim. Il y a l’exercice physique (c’est plus facile d’être régulier quand on pratique ce que l’on aime, mais aussi avec d’autres personnes). Il y a les relations : se créer quelques occasions de s’intéresser à quelques personnes, les interrogeant sur ce qui les intéressent. Soigner aussi notre émotion artistique grâce à la musique, la peinture, ma nature, la danse… travailler un petit peu ses connaissances culturelles, creusant un domaine de son choix…

Pas besoin d’en faire trop, dans chaque domaine, juste un petit peu, ce qu’il faut. Une seconde de pensée à Dieu sincère et intense est déjà une réelle prière. Un regard vers une pâquerette en admirant sa beauté est déjà une expérience esthétique, une contemplation. Avancer ainsi, peu à peu, pas à pas. Et découvrir que l’on a plus d’aptitudes que l’on ne le pensait à trouver la vie belle. Ou plutôt qu’il y a de la vraie beauté dans l’existence en ce monde et en nous-même/ En général, je pense, et contrairement à ce que l’on craint, les progrès sont rapides. Tenir alors l’effort et don le rythme de progression n’est pas la chose la plus aisée, mais la plus utile. C’est ainsi qu’au lieu d’être dans une pente descendante, vous vous trouverez facilement et agréablement, j’en suis persuadé, sur une pente montante !

Cela dit, je pense que vous avez raison de vous intéresser à la prière comme clef pour avancer. D’abord parce que nous nous ouvrons ainsi plus largement à cette aide de Dieu qui est discrète car elle travaille sur la profondeur de notre être et non sur la surface des événements et des choses. Mais cette aide est puissante et extrêmement bénéfique. Ensuite parce que cela permet de déverrouiller bien des chaînes qui nous bloquent dans d’autres domaines. Par exemple la prière nous permet de travailler de belle façon sur notre conscience de notre dignité, d’avoir ainsi moins peur des autres et d’être moins sensible à leur jugement, cela permet de travailler en sérénité sur ce que nous avons subi et sur ce que nous avons fait dans notre journée, de le digérer grâce à ce Dieu dont la bienveillance pour nous est totale (comme le révèle le Christ). Et cela, jour après jour est un véritable cheminement de vie. En tout cas pour bien des personnes que j’ai rencontrées.

Il n’ y a pas de prière spéciale pour cela. C’est vrai que les prières les plus connues ne le sont pas pour rien. Souvent elles le sont parce qu’elles ont été importantes pour la vie de nombreuses personnes. C’est le cas du « Notre père », même si chacune des formules se prête à pas mal de confusions théologiques possibles. C’est le cas des Psaumes qui sont nombreux à être très inspirants. Ce qu’il vous faudrait, je pense, c’est expérimenter vous même diverses prières, diverses façons de prier, et trouver votre propre rythme et éventuellement les textes qui vous aident à prier par vous-même, dans votre cœur, directement dieu en confiance. Pour cela, j’ai mis sur le site quelques pistes, quelques psaumes, et quelques textes que j’aime ou qui m’ont été envoyés par des personnes pour les offrir ainsi aux autres. J’ai mis aussi des pistes pour commencer à lire la Bible, car vous avez là, effectivement, une bonne idée en cherchant dans cette direction pour être en bonne forme. C’est un exercice qui permet de s’ouvrir à tant d’importantes questions, et donc tant de pistes d’approfondissement et de liberté. Les prédications mises en ligne ou celles que vous recevrez au cours d’un culte peuvent participer à cette ouverture vers la source ultime de la vie et de la vie meilleure.

Bien amicalement

pasteur Marc Pernot, église protestante de Genève

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *