Il me manque une vraie confiance en Dieu Je cherche les origines de cette peur de l’abandon total.

regard de méfiance - Thanks to Sharon McCutcheon for sharing their work on Unsplash.

Comme un regard entre la confiance et la méfiance ? Et pourtant, je suis certain que sa mère fera tout.

Par : pasteur Marc Pernot

Question d’un visiteur :

Bonjour Pasteur

J’espère que vous allez bien ainsi que les vôtres en cette période si particulière dominée par la pandémie.

Je souhaiterais parler d’un sujet certainement déjà évoqué mais qui me tarabuste beaucoup: la confiance en Dieu. J’ai remarqué depuis longtemps que je n’ai pas une confiance aveugle en Dieu. Bien des chrétiens s’en remettent à Lui pour puiser de l’espérance, du réconfort, de la force. Ils convoquent Dieu à tout bout de champ. Il est vraiment leur roc, leur force. Ce n’est pas toujours mon cas.

Pourtant, je m’engage auprès du Christ que j’aime, je veux Le suivre et m’y efforce. Je n’hésite pas, dans la prière, à dire tout ce que je ressens. Je ne Lui cache rien, même pas mes doutes. Je veux être en vérité avec Lui. Je sais aussi Lui dire que je L’aime. Mais il me manque quelque chose: une vraie confiance. Je cherche les origines de cette défiance, de cette peur de l’abandon total. Peut-être dans les épreuves traversées, les déceptions vécues? Je trouve ma foi bien fragile.

Comment remédier à cela? Comment renforcer cette foi? La nourrir? Le Christ est le fondement de mes valeurs, valeurs auxquelles je ne dérogerai jamais.

Bien à vous.

Réponse d’un pasteur :

Bonjour

Je ne suis pas certain que cette « confiance aveugle en Dieu » soit un modèle à suivre !

Pourtant, dans le principe, bien sûr que ce serait génial d’être réellement en lien étroit avec Dieu, cœur à cœur, et d’être dans alors dans cette confiance totale.

Seulement, dans la vie réelle, c’est un petit peu plus compliqué, bien entendu.

Parfois, ce que certains appellent confiance totale en Dieu est en réalité une implication très importante dans leur église, et une confiance dans ses pasteurs qui parlent bien, et être saisi par de beaux événements. Si c’est cela qui est confondu avec une confiance en Dieu, c’est autrement inquiétant car c’est en réalité plus une confiance dans l’humain, dans le groupe, et dans son propre ressenti. Il y a certes quelque chose de Dieu qui passe à travers cela, mais pas seulement. Il y a aussi beaucoup d’humain. Par exemple :

  • Dans la prédication (je sais de quoi je parle), il y a comme source beaucoup de la personnalité du prédicateur, et parfois un peu de ce que Dieu est arrivé à lui souffler quand le prédicateur a prié en préparant sa prédication. Il ne faut bien entendu avoir une confiance aveugle dans ce que cette dame ou ce monsieur va dire du haut de la chaire.
  • Quand dans notre propre prière nous pensons que Dieu s’est exprimé, là aussi, il convient de ne pas être dans une confiance aveugle de ce que l’on a recueilli au fond de sa propre conscience, car il y a bien des voix qui s’expriment en nous,

Donc ce que vous exprimez me semble excellent : « je m’engage auprès du Christ que j’aime, je veux Le suivre et m’y efforce. Je n’hésite pas, dans la prière, à dire tout ce que je ressens. Je ne Lui cache rien, même pas mes doutes. Je veux être en vérité avec Lui. Je sais aussi Lui dire que je L’aime ». Si cela n’est pas de la confiance, de la foi !

Ensuite, oui, il nous arrive d’être déçu de Dieu, c’est effectivement qu’il y a un décalage entre ce que nous pensons de Dieu et ce qu’il est. Un décalage entre ce que nous pensons qu’il devrait faire, et ce qu’il fait en réalité. Un décalage entre ce que nosu sommes et lui qui est tout autre, unique en son genre. Et donc quand nous l’interrogeons nous attendons une voix, un message écrit par le doigt de Dieu… comme le ferait un humain, et si nous ne recevons rien de ce genre, nous serons déçu ? Alors que Dieu a répondu à sa façon, il répond en général en actes. Ouvrant de nouveaux possibles. Eclairant notre propre conscience, suscitant des rencontres, des opportunités, nous donnant la force de prendre nos propres responsabilités….

Donc oui, Dieu en lui-même est fidèle et totalement digne de confiance, par définition même, par nature. Mais nous, comme le dit l’apôtre Paul, ne le voyons que confusément, le connaissons, le comprenons imparfaitement (1Corinthiens 13:9-12). Il est donc normal, il est sain de se dire que peut-être vous serez déçue. Bien sûr que cela arrive. Mais en définitive, Dieu vous accompagne et vous garde dans son amour, dans la vie véritable.

Donc bravo pour votre humilité.

Bravo d’être dans cette recherche sincère de Dieu, et d’avoir une certaine confiance en lui. Il ne peut que répondre à une telle prière, une telle espérance. C’est juste parfait comme ça. Vous avancerez avec lui pas à pas.

Dieu vous bénit et vous accompagne.

par : pasteur Marc Pernot

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *