Il est écrit « par ses meurtrissures nous sommes guéris », pourtant cela fait six ans que j’attends et que ma terrible souffrance continue.

Par : pasteur Marc Pernot

Un enfant handicapé avec sa mère qui se penche vers lui - Photo by Josh Appel on Unsplash

Question d’un visiteur :

Bonjour Pasteur
J’aimerais vous poser une petite question.
Dieu dit dans sa Parole que par ses meurtrissures nous sommes guéris. Ma guérison est donc déjà acquise dans les cieux. Cela fait 6 années que je proclame cette guérison, puisqu’elle m’appartient. Pourtant, rien n’arrive… que dois je faire ? C’est très dur à supporter quand on est tout le temps dans la souffrance.
Merci Pasteur pour votre réponse

Réponse d’un pasteur :

Bonjour

A mon avis, dans cette phrase « par ses meurtrissures nous sommes guéris » (Ésaïe 53), il convient de comprendre de quel mal nous sommes guéri et comment cela marche.

En donnant sa vie, Christ a manifesté l’amour de Dieu pour nous alors que nous sommes encore pécheur (Romains 5:8). Cela manifeste donc l’infini pardon de Dieu, son amour sans condition même quand nous sommes pas performant en foi, en pensées ou en actes.

Connaître cet amour radical de Dieu nous guérit de quoi et comment ?
Cela nous guérit de la peur de Dieu, cela nous guérit de toute idée de marchandage avec lui. Cela nous réconcilie avec lui (2 Corinthiens 5:20). Nous, car Dieu n’a pas besoin de se réconcilier avec nous, il ne nous en a jamais voulu pour quoi que ce soit.

Alors : une relation nouvelle avec Dieu peut s’ouvrir, peu à peu. Cette manifestation de l’amour de Dieu, quand nous la semons comme une graine dans notre pensée et dans notre prière, est comme plantée dans une bonne terre, elle germe, pousse, devient un arbre. La lenteur de cette croissance peut certes nous décevoir, mais c’est comme cela qu’un bel arbre pousse, et qu’il donnera son fruit en son temps.

Je ne sais pas quelles sont vos souffrances, physiques, morales, psychologiques, spirituelles, relationnelles… l’être humain est un tout et une embellie dans notre relation à Dieu a un effet positif sur notre être entier, déjà, et de plus : cela permet à Dieu de mieux nous soigner de ce qui ne se porte pas bien en nous.

En pensée avec vous. Prenez bien soin de vous.

Dieu vous bénit et vous accompagne.

par : pasteur Marc Pernot

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

8 réponses

  1. biduline dit :

    C’est tellement difficile de répondre à des questions comme ça… Je me demande souvent comment vous faites Marc… Je serais pour ma part beaucoup plus sombre et pessimiste que vous sur ce sujet…
    Bien sur loin de moi de comparer mes souffrances aux vôtres, ou à tel ou tel, à partir du moment où l’on souffre de toute manière, c’est toujours de trop !
    Dieu ne peut pas tout. IL fait du mieux qu’il peut pour chacun de nous, même si bien évidement nous aimerions bien, au moins pour la / les souffrances, toutes les souffrances, qu’elles soient morales ou physiques, qu’il en fasse d’avantage c’est certain !
    Cependant, je constate qu’elles continuent de perdurer partout dans le monde que l’on soit riches ou pauvres, nés dans un pays riche en paix ou un pays pauvre en guerre… Sans vouloir vous démoraliser, je crois que l’espoir d’une guérison « magique » ( je ne dis pas que cela n’existe pas dans de très, très, rares cas) est bien souvent un piège qui entraine encore plus de souffrance, dans une attente qui ne se réalise pas et qui de fait nous fait souffrir encore plus.
    Personnellement j’ai cessé d’attendre ce genre de choses… Je prie pour les médecins, les chercheurs, les pouvoirs en place pour qu’ils mettent en oeuvre tout ce qui est possible dans le soins aux personnes… A mon niveau c’est tout ce que je peux faire…
    Je compatis à votre peine et votre douleur et je vous souhaite le meilleur…
    Amicalement,

  2. C92 dit :

    Merci Monsieur Pernot,

    Je rajouterai également que Dieu, par son fils Jésus Christ a connu la souffrance humaine jusqu’à la mort sur la croix, tout ça par amour. Donc je dirais que quand une personne souffre, Dieu la comprends, et la soutient par amour puisque par Jésus il a souffert dans sa chair sur la croix. Alors attention je ne dis pas que Dieu veut que l’ont souffrent pour être aimé par lui, quel horreur. Mais tout simplement qu’il compatit et qu’il va-tout faire pour que la personne trouve un nouveau souffle de vie malgré sa souffrance. Pas facile tout cela courage à cette personne ! Que Dieu vous bénisse et vous garde !

    Vous serez dans mes prières.

    • Marc Pernot dit :

      A mon avis, Dieu a suffisamment de compassion et de connexion pour avoir connu dès les origines ce que c’est que la souffrance du monde. Il n’a pas attendu cela pour être motivé pour tout faire pour nous aider.
      La mort sur la croix ne change pas Dieu, elle nous change nous, je pense. C’est à nous qu’elle révèle l’amour de Dieu, nous invitant à lui faire confiance en toute circonstance.
      Dieu vous bénit et vous accompagne

  3. Jean-Luc Matthieu dit :

    Peut-être certaines personnes seraient-elles en mesure de mieux évaluer votre situation, si vous pouviez fournir des éléments de contexte plus précis, afin de mieux comprendre votre problème, et ensuite éventuellement proposer quelque chose le cas échéant ?

  4. biduline dit :

    j’avais juste envie de faire un petit clin d’œil humoristique sur cette question particulièrement difficile cher  » Jean-Luc Matthieu » si votre nom de famille s’avérait être Marc, vous auriez le quarte dans l’ordre des évangiles ! ;-)))

    • Jean-Luc Matthieu dit :

      ah oui c’est marrant, si j’avais Marc en prénom secondaire, mes prénoms et nom feraient les 4 évangélistes dans l’ordre inverse, mais non, le destin sans doute, le choix des parents… mais on a déjà un Marc avec nous ici de toute façon 😉
      Si je prends un nom à consonance juive de la Septante pour exprimer une recherche de synthèse entre plusieurs courants, la censure me le coupe et ne laisse que mon prénom…

      • Marc Pernot dit :

        Désolé si j’ai enlevé votre nom, surtout si c’était un pseudo qui avait du sens.
        C’est vrai que j’enlève souvent le nom de famille, car des personnes donnent parfois leurs vrais prénom et nom dans un commentaire et j’ai peur que cela leur nuisent ensuite, que leur employeurs, leurs voisins les « googlisent » et tombent sur leur commentaire.
        Marc

        • Jean dit :

          ah oui pas de problème, de toute façon en y réfléchissant ce n’était pas très malin de ma part car cela pourrait être le ou les noms de personnes réelles existantes, passées, ou à venir, donc autant ne garder qu’un prénom simple ou un vrai pseudo. Mais oui effectivement ce ne sont que des pseudos pour se ranger derrière un auteur (supposé) d’un livre apprécié.
          Merci pour le site !

          J’avais une question après le visionnage des 4 conférences sur les mythes mais un peu difficile à formuler, sur la part de mythe et de réalité historique ou métaphysique (le cas échéant) concernant Jésus dans les évangiles. Je vais essayer d’y réfléchir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *