Difficulté dans le couple : il ne comprend pas, je l’explique, mais je ne comprends pas à mon tour…

Un couple de personne d'âge moyen en bord de mer, le mari pose un baiser sur la joue de sa femme qui détourne de regard - Photo by Esther Ann on Unsplash

Par : pasteur Marc Pernot

Question d’un visiteur :

Bonjour M. le Pasteur,

Je suis tombée par hasard sur une de vos vidéos de culte, ça m’a fait du bien, merci beaucoup.

Je suis mariée depuis 30 ans, on a trois enfants.

Je connais un peu la bible et on essaye de comprendre et vivre dans l’amour de Dieu, mais avec les relations avec les autres n’est pas toujours évident.

Je pense que je suis quelqu’un qui pardonne, qui excuse, qui comprend. Je pense que de toutes mes forces j’essaye de vivre aujourd’hui, mais les blessures font tellement mal quand j’ai pensé qu’elles était guéri, mais non ,je me sens blessé facilement.

Je veux être comprise et acceptée, mon conflit le plus grand c’est la relation avec mon mari. (Mon mari est quelqu’un de responsable dans son travaille, honnête, sérieux, il travaille pour sa famille). Il ne comprends pas , je l’explique, mais je ne comprends pas à mon tour le manque de sensibilité et même une certaine indifférence de ça part.

Je cherche, pasteur, à travers vous de l’aide qui m’illumine, qui me guide, je me sans bloquée et perdue.

Merci beaucoup

Réponse d’un pasteur :

Chère Madame,

Votre message, et plus encore votre démarche si sincère et pleine d’espérance, en réalité, me font croire au meilleur pour vous et votre avenir.

C’est vrai qu’il y a une grande variété de fonctionnements, si je puis dire, de la personne humaine. C’est normal, c’est dû à la richesse même de l’humain. L’apôtre Paul compare l’humanité à un corps avec une variété de membres tout à fait différents ayant chacun leur place, leur vocation dans le corps (1 Corinthiens 12 et 13). C’est vrai qu’un œil ne fonctionne pas comme un pied et une main ou un estomac a encore un autre fonctionnement, ce qui est naturel, utile, et même génial. Pour les humains, le mode d’emploi du fonctionnement de telle personne particulière est à découvrir, il n’est pas apparent et bien expliqué comme pour un appareil technologique, il ne peut pas être décrit parfaitement comme le fonctionnement des organes du corps humain dans des ouvrages de médecine car s’il y a un fond commun d’humanité, bien sûr, il y a une part très personnelle de fonctionnement due à la personnalité et à l’histoire de chacun. Comment alors comprendre comment l’autre « fonctionne » ? Cela demande de l’observation minutieuse, réfléchie, bienveillante. Pour saisir ce à quoi l’autre personne est sensible, ce qui est pour elle indispensable, et ce qui est pour elle moins important voire négligeable. Cela ne se juge pas, c’est simplement comme ça. Telle personne attachera une importance particulière au temps accordé, telle autre personne s’attachera à ce que les choses soient bien exactement faites selon telles règles (elles mêmes à découvrir), telle autre personne sera attaché à l’honneur accordé et manifesté, telle personne s’attachera plus à la famille ou au travail ou aux loisirs, telle personne s’attachera plus à la nouveauté alors que telle autre aime la répétition des habitudes… Cela peut sembler incompréhensible pour une autre personne qui s’attache à autre chose d’une autre façon. Cela ne se juge pas plus que de préférer le rouge plutôt que le bleu, le jazz plutôt que le rock.

Cela semble donc facile comme démarche pour comprendre le « mode de fonctionnement » de l’autre. Et c’est effectivement facile et très concret comme démarche consciente. Cependant cela aide énormément de s’appuyer sur l’aide de Dieu pour qu’il éclaire nos yeux, les yeux de la foi, permettant de voir le visible et au-delà du visible. L’aide de Dieu peut nous aider aussi à avoir la bienveillance permettant d’accepter et même d’aimer comme une richesse supplémentaire ce qui peut nous sembler étrange et déroutant dans le fonctionnement de l’autre. C’est ce que dit l’apôtre Paul dans son image de l’humanité comme un corps : que cette diversité est une difficulté, chacun pouvant se sentir comme exclu du corps, de l’humanité, du couple ou de la famille par sa différence, chacun pouvant avoir aussi du mal à accepter qu’un autre si différent puisse avoir sa place. Et Paul ajoute que c’est l’Esprit (le souffle) de Dieu qui est source d’unité, de compassion, de reconnaissance de l’autre et de sa vocation particulière dans le corps. Ce souffle de Dieu venant, il crée des rapprochements, des attachements entre les membres, des articulations et des tendons, des sensibilités entre eux. Un peu comme dans la vision d’Ézéchiel 37 où le souffle de Dieu ressuscite les corps transformés en ossements desséchés.

C’est comme cela que les différents membres peuvent se comprendre et s’accepter mutuellement. Votre besoin d’être comprise et acceptée est tout à fait naturel et légitime. Il en est de même pour votre mari. Et pour toute personne. Cela demande donc un petit travail, pas si difficile mais pas si intuitif que cela. Cela demande un travail personnel de chacun, bien entendu, et un travail commun de se parler, d’expliciter ce qu’il ressent. Cela demande un travail de prière personnelle, intime pour placer cela devant Dieu. Vous m’avez l’air d’avoir le désir d’avancer, est-ce que vous pensez que votre mari le serait aussi ? Même s’il n’y avait que vous pour initier ce travail, il me semble que cela pourrait faire avancer les choses, car si vous avanciez dans la compréhension et dans l’acceptation de l’autre, si vous compreniez et explicitiez pour votre mari votre propre fonctionnement, cela l’aiderait aussi à mieux se sentir compris et à mieux comprendre, à mieux s’accepter et à mieux vous accepter.

En tout cas, bravo pour votre recherche d’aide, de lumière et de souffle pour avancer. .

par : pasteur Marc Pernot

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Régine dit :

    Bonjour pasteur ,
    Je suis tout à fait d accord avec votre analyse, nous sommes tous les membres d’un seul corps ; et la difficulté dans la vie à deux, ou de couple vient souvent du fait que nous voulons que les yeux fassent le travail des pieds ( c est une image ), c est à dire l autre personne veut changer l’autre , et ça c est très difficile, voire quasi impossible.
    L une des solutions est d apprendre à aimer les défauts de l’autre . Apprendre à vivre dans cet amour que l apôtre Paul nous conseille dans 1corinthien 13 -4 à 7: « En toute occasion, l amour pardonne , il fait confiance,il espère , il persévère. » Chercher à comprendre sans forcément être compris.
    Accepter l’autre tel qu’il est et se focaliser sur ses qualités , et les apprécier et les valoriser. Ne pas mettre l accent sur les défauts si non on ne verrait que ça . Nous nous marions souvent pour le meilleur et pour le pire , or le pire c est aussi de découvrir ce qui ne nous plait pas chez l’autre ; ce qui devrait à mon avis être une force et pas une faiblesse .
    Et bien évidemment soumettre toutes nos difficultés à notre Seigneur Christ – Jésus , car il écrit le vouloir et le faire vient de lui ( Philippiens 2-13). 1 pierre 5:7 ( …décharger sur lui de tous vos soucis …).
    A très bientôt.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *