01 janvier 2023

jeune homme buvant dans un verre en carton devant sa tablette et son téléphone - Photo de Steve Ding sur https://unsplash.com/fr/photos/T42j_xLOqw0
Question

Depuis quelques temps, je me ré-intéresse à la religion mais je me sens un peu perdu.

Par : pasteur Marc Pernot

jeune homme buvant dans un verre en carton devant sa tablette et son téléphone - Photo de Steve Ding sur https://unsplash.com/fr/photos/T42j_xLOqw0

Question posée :

Bonjour monsieur,

Je suis tombé sur cette adresse mail car j’ai quelques questions au sujet de la religion. Je me permet de contextualiser un petit peu :

Je n’ai jamais reçu d’éducation religieuse (parents baptisés mais non croyants) mais je me suis toujours considéré comme « croyant ». Je met croyant en parenthèse car à l’époque (début d’adolescence), je demandais des choses à un être supérieur et ces choses arrivaient réellement, comme un croyant pourrait prier pour que quelque chose arrive. À l’époque, j’étais plus proche de l’ange gardien que d’un réel Dieu. Encore une fois, je n’ai jamais vraiment prié, j’étais plutôt dans la demande de quelque chose, et je me sentais mal de pouvoir demander quelque chose que je ne méritais probablement pas.

Depuis quelques temps, je me réintéresse à la religion mais je me sens un peu perdu, d’où mes questions :

  • Durant une période très difficile pour moi, j’ai délaissé l’aide divine car je n’arrivais pas à m’en sortir, je me sentais abandonné dans une période où j’avais vraiment besoin d’aide. Est-ce que je mérite toujours l’aide de Dieu même si pendant longtemps je me suis détourné de lui ?
  • N’ayant pas d’éducation religieuse, et ayant un esprit très scientifique (je crois en la science, et si la science ne l’explique pas, j’admet que c’est Dieu), est-ce que c’est grave si je ne croit pas au paradis et à l’enfer, même si je continue de croire en Dieu ? Autrement dit, est-ce que je peux prier Dieu, mais en gardant le doute sur des choses dont je ne suis pas sûr ?
  • De par mes parents, je suis plus proche du Christianisme. Cependant, je m’intéresse beaucoup au Shintoïsme : Est-il possible de continuer de prier Dieu en passant par les prières Shinto et les concepts de cette religion ? Les deux religions sont-elles « compatibles » entre elles ? Temps que je prie Dieu, est-ce que je peux le prier qu’importe la religion ?

Merci par avance d’avoir prit le temps de me répondre.

Cordialement,

Réponse d’un pasteur :

Bonsoir

Bravo d’abord pour votre prière de longue date. Cela montre un intérêt pour Dieu. C’est vrai que le risque d’être dans une prière intéressée à recevoir telle ou telle chose précise présente un risque de déception, et je connais bien des personnes qui ont été blessées et ont perdu toute foi à cet exercice. La question n’est pas de mériter ou non de l’aide car la seule cause de la motivation de Dieu pour nous aider est son amour pour notre personne particulière. Quand nous sommes en forme et faisons le bien il s’en réjouit, et quand nous sommes plus mauvais il s’en préoccupe : dans tous les cas il vient à nous pour nous aider. Mais cela ne veut pas dire qu’il puisse tout faire, parfois c’est compliqué, et il vaut mieux qu’il fasse à son idée qu’à la nôtre, de toute façon.

Mais on a tout à fait le droit de nous précipiter vers Dieu comme un enfant court pour demander de l’aide à ses gentils parents, ou comme un ami va voir son ami. Il n’y a pas de problème.

Grand bravo d’aller au-delà de ce seul intérêt pour l’aide que Dieu apporte. Je suis persuadé que c’est cela qui vous apportera en réalité le plus, dans votre développement personnel.

Est-ce que je mérite toujours l’aide de Dieu même si pendant longtemps je me suis détourné de lui ?

Bien sûr. Comme je vous le disais, quand on l’abandonne : Dieu nous recherche. Et c’est même pour lui avec plus d’urgence et de force encore qu’il cherche à prendre soin de nous. C’est normal, n’importe quel médecin ou professeur ferait la même chose vis-à-vis d’une des personnes qui lui sont confiées et qui se porte mal.

N’ayant pas d’éducation religieuse, et ayant un esprit très scientifique…

L’essentiel est de nous intéresser à Dieu, c’est vrai. Mais il est bon de se renseigner un peu sur ce que l’humanité à déjà observé sur Dieu pour avancer soi-même. C’est le rôle de l’éducation religieuse, mais on peut aussi progresser comme vous le faites en lisant, en discutant, en fréquentant une église (à condition qu’elle soit ouverte, c’est à dire cherchant à libérer et rendre possible une réflexion théologique et biblique personnelle, au lieu d’interdire certaines opinions ou de rendre obligatoires certains dogmes). Finalement c’est comme en science, chaque génération étudie ce que les générations précédentes ont découvert de plus intéressant, afin de corriger certaines choses et d’en découvrir d’autres. Sans cette transmission et sans cette liberté : on en serait encore à essayer d’inventer la roue, le feu et le wifi.

La science et la foi ne sont absolument pas en conflit. Sauf quand la foi a des prétentions arrogantes et sort de son domaine. Par exemple quand l’église s’oppose à Galilée en 1633, disant que la Bible affirme que le soleil tourne autour de la terre qui est immobile, ce n’est aps un conflit entre la science et la foi, c’est un conflit entre la science et une foi mal placée, une interprétation fausse de la Bible et surtout une arrogance bien humaine, ayant soif de pouvoir sur les autres.

La science décrit le réel et son histoire. La théologie recherche le sens que cela a, la valeur des choses et des êtres. La foi cherche Dieu qui n’est pas un objet dans l’univers mais est d’un autre ordre comme source d’inspiration. Ces champs de recherche ne sont donc pas les mêmes. Loin d’être en conflit, ces recherches se complètent et se corrigent mutuellement. Je suis moi-même de formation scientifique, c’est seulement après avoir travaillé comme ingénieur pendant une dizaine d’anénes que j’ai ensuite fait des études de théologie, et je vosu assure que foi et science vont parfaitement ensemble.

Est-ce que c’est grave si je ne crois pas au paradis et à l’enfer ?

Jésus parle rarement de la vie future, et seulement à ceux qui l’interrogent là-dessus, mais il ne centre absolument pas son message là dessus. Pour une bonne raison : La vie future n’est pas la question du jour tant que nous sommes vivant en ce monde, la question est celle de la vie avant la mort, que notre vie soit belle et vraie. Et pour cela mieux vaut aimer Dieu, aimer son prochain et s’aimer aussi soi-même en vérité. La vie présente n’a absolument pas à être sacrifiée pour la vie future, nous dit-il ainsi. Vivons donc la vie présente, et pour la suite, nous verrons bien (le plus tard possible, merci bien).

Est-ce que je peux prier Dieu, mais en gardant le doute sur des choses dont je ne suis pas sûr ?

Absolument, oui. On peut même prier Dieu avant de croire en lui. Ou en doutant de lui. C’est une excellente idée.
Mais surtout parce que la sincérité, l’authenticité, est une qualité essentielle dans notre relation à Dieu. On peut se présenter à lui tel que nous sommes avec notre foi telle qu’elle est, avec nos croyances telles qu’elles sont, avec notre espérance et notre plainte, avec notre façon d’être, avec notre parcours de vie. Pas de problème. Il se réjouit du meilleur, il soigne ce qui est blessé, il nourrit et soulève ce qui a besoin de s’élever…

Tant que je prie Dieu, est-ce que je peux le prier qu’importe la religion ?

Je trouve assez intéressant de concevoir Dieu comme unique. De penser le divin comme unique. Car cela unifie notre recherche, et les multiples dimensions de notre être, et celles du monde. Mais de toute façon Dieu est un être unique en son genre, et notre façon de parler de lui sont de lointaines images de ce qu’il est, avec des mots et concepts tirés de notre monde à nous pour parler de ce qui est au-delà de ce monde. Il faut donc de l’humilité. D’autant plus que l’on pense Dieu comme unique : toutes les prières, toutes les religions convergent vers le même Dieu. Comme il y a de multiples chemins pour monter au sommet d’une montagne : chacun le sien, à son rythme, et on se retrouvera tous au sommet.

Personnellement, je trouve que la foi chrétienne est top, car elle valorise au maximum la confiance en Dieu, en toute circonstance, que cela permet d’être soi-même et de se développer, de reconnaître comme positif la diversité des personnes.

La théologie, notre conception personnelle de Dieu a cependant une importance dans notre évolution personnelle. Si on pense Dieu comme pardon et amour (selon la foi chrétienne), cela fait que nous évoluerons plu sou moins vie dans ce sens. Si nous pensons Dieu comme un terrible juge gardant les meilleurs éléments et abandonnant à la mort ou exterminant les moins bons… cela fait que nous évoluerons plus ou moins vie dans ce sens, hélas.

Il est donc important d’un côté de réfléchir et d »évoluer dans notre théologie, et d’un autre côté de le prier.

Je n’aime pas trop juger de la religion des autres. C’est à chacun de voir ce qui lui correspond. Si la religion d’une personne la fait grandir d’une belle façon, la fait rayonner, la motive pour penser aux autres et faire ce qu’elle peut pour les aider : tant mieux, c’est que c’est une bonne religion pour cette. La même religion pratiquée par une autre personne, à sa façon, va la renfermer, la rendre égoïste ou arrogante : c’est triste, cette religion, ou cette façon de la pratiquer, n’est pas bonne, ou en tout cas pas bonne pour cette personne.

Les deux religions sont-elles « compatibles » entre elles ?

S’ouvrir à des influences multiples réussit à certaines personnes, leur ouvre l’esprit. Il faut effectivement veiller à faire une certaine synthèse, une certaine cohérence d’ensemble. Surtout quand on a un esprit scientifique. Par exemple, telle religion ou philosophie considère la vie en ce monde comme une mauvaise prison, la foi chrétienne la considère comme une bénédiction. Certains considèrent que la notion d’individu personnel est à effacer, la foi chrétienne valorise chaque individu comme un membre essentiel en relation avec d’autres dans un corps unique. Certaines choses peuvent enrichir notre foi, mais il y a quand même des alternatives, des fois où il vaut mieux choisir.

Bonne route à vous. Dieu vous bénit et vous accompagne.

par : pasteur Marc Pernot

Partagez cet article sur :
  • Icone de facebook
  • Icone de twitter
  • Icone d'email

Articles récents de la même catégorie

Articles récents avec des étiquettes similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *