Dans ma prière, j’alterne entre des périodes où elle m’est très facile, et d’autres où j’ai bien du mal à prier.

Un pan de mur d'une église en ruines, dressé vers le ciel bleu - Photo by Vincent Wright on Unsplash

Même quand notre prière est en ruine, elle est encore dressée vers le ciel.

Par : pasteur Marc Pernot

Question d’un visiteur :

Cher Marc,
En m’adressant à vous aujourd’hui, je m’adresse à quelqu’un qui a une grande expérience de la prière et pour qui elle me semble avoir une grande importance, ce qui n’est pas le cas de tous les théologiens, d’après ce que j’ai pu lire.
Dans ma prière, j’alterne entre des périodes plus ou moins longues où elle m’est très facile, où elle se passe pratiquement de mots, comme un élan très fort que je pourrais qualifier d’amour fou pour Dieu, et des périodes où la prière se fait bien plus difficile, allant parfois jusqu’à m’accrocher comme à une bouée à des prières ou des extraits de psaume appris par cœur et où la notion de fidélité prend alors tout son sens (cela dit c’est déjà bien car il fut un temps où ces périodes étaient seulement de longs moments « sans »).
Je me doute bien que je ne suis pas la seule dans ce cas, mais cela est rarement partagé et je me pose tout de même quelques questions qui peuvent peut-être paraître un peu puériles, j’en conviens. Cette situation est-elle le signe d’une rencontre qui ne se fait plus ? Est-elle uniquement de ma propre responsabilité ? Ou tout simplement est-ce la nature humaine ? Ou bien y a-t-il là quelque chose qui viendrait de Dieu ? Peut-être d’ailleurs est-ce même salutaire pour éviter une certaine dépendance ou pour prendre conscience de la soif qui est en nous ?
D’autre part, si Dieu espère que nous nous tournions vers lui, si la prière exauce Dieu comme je l’ai déjà lu, ces différentes façons de prier ont-elles la même « valeur » pour lui ? Pour nous ? Certainement, se poser de telles questions prête à Dieu un sentiment un peu trop « humain », mais il m’est difficile de les évacuer. J’aurais aimé savoir ce que vous en pensez car votre avis éclairé m’aide souvent à avancer.
Tout en écrivant ces lignes je me rends compte que vous êtes bien la seule personne à qui j’oserais les adresser.
Amicalement,

Réponse d’un pasteur :

Bonsoir

Bravo pour la sincérité de votre démarche intellectuelle et spirituelle.

Je sais combien il est difficile d’ouvrir les yeux sur soi-même en ne se dénigrant pas et ne ne se prenant pas pour arrivé non plus. Avoir une certaine lucidité d’analyse est déjà bon signe signe sur la bonne forme spirituelle, existentielle et théologique de la personne. Quand en plus on a l’appétit de développer sa prière et que l’on se pose des questions, c’est alors un excellent signe de bonne santé. Il y a alors tout pour avancer, à son rythme, et de la plus belle des façons : en sincérité, sans la pression d’autrui, pas même de Dieu ni d’un groupe. Juste cette soif excellente, ce courage et cette joie de pousser un petit peu ses limites, de découvrir des horizons de profondeur et d’élévation, de finesse et de nuances, de tensions entre différentes forces.

Il est tout à fait normal et sain de ne pas parler de sa vie spirituelle même avec ses proches. Cela ne semble juste. Ce n’est pas une question de jardin secret, c’est plutôt parce que cela touche à quelque chose de très particulier, à un autre niveau, et que l’afficher à des proches risque de se mélanger à d’autres facteurs importants aussi, et rendre compliqué à garder la plus grande sincérité dans ce lien intime, que nous-même ne comprenons que confusément, entre nous et Dieu, entre dieu et nous, entre nous et nous grâce à Dieu.

Vous avez de la chance d’avoir eu des temps de vifs sentiments de relation à Dieu. Tout le monde ne connaît pas cela, sans que ce soit pour autant une faute de leur part. Et cela n’empêche pas de prier, une fois que l’on a accepté qu’il n’y a pas de norme dans notre façon d’être, et tout particulièrement dans le domaine spirituel.

Je comprends que ce soit plus difficile de sentir que l’on a perdu la ferveur spirituelle que l’on a connu précédemment. Bien des Psaumes de la Bible parlent de cela. Par exemple le Psaume 42 et le 43 qui en est la suite. Ou le Psaume 22 que Jésus lui-même prie sur la croix. Bien des paraboles de Jésus parlent de ce dialogue avec le maître de la vigne ou de la maison, ou le passage du semeur… avant qu’il ne s’en aille se promener pour revenir plus tard.
C’est donc tout à fait normal.

Et c’est heureux, je pense. C’est indispensable pour que nous nous sentions libre, que nous sentions que nous sommes un individu personnel et pas seulement une part d’un tout englobant. Que nous sentions cette vocation que nous avons à nous inventer, à tracer notre route. C’est ce que l’on voit dans la parabole de la brebis perdue de Jésus (Luc 15), où le berger abandonne les 99 brebis qui sont suffisamment en forme pour s’orienter, se nourrir, se protéger des loups. Par contre le berger se rendant d’autant plus présent que la brebis a besoin d’être cherchée, protégée, soignée, portée. Ce n’est pas non plus à voir, je pense comme un soin venant aider une brebis ayant des problèmes, il nous arrive aussi d’avoir besoin d’une impulsion quand nous avons atteint une étape. À la fois le manque d’un intense sentiment religieux, qu’un temps d’intense sentiment religieux peuvent, l’un comme l’autre donner ce dont nous avons besoin pour l’étape présente.

La question n’est pas, je pense, « la valeur » pour Dieu de notre prière. Il ne compte pas les points,une prière comem ceci, ou une prière à tel endroit, ou un culte, une retraite, une privation comptant plus à ses yeux. De toute façon, par définition, nous sommes on enfant bien aimé, il nous aime déjà à fond. Je suppose que Dieu, être de relation belle, apprécie particulièrement la belle relation, le sentiment vibrant, la recherche ardente, la sincérité, la confidence, l’écoute, le sentiment muet d’être bien, là, avec lui. Seulement, Dieu n’est pas seulement un être de relation, il est une source de vie, il aime quand ça bouge. Jésus dit qu’il y a plus de joie dans le ciel pour un pécheur qui change de mentalité plus que dans une personne parfaite (de prière, de théologie, de service des autres, etc). Il en est de même pour des parents, pour un professeur, un médecin, les plus grandes joies sont dans les progrès de celui que l’on aime. Dieu aime la vie, il aime nous voir être vivant, nous voir nous exprimer, assumer notre liberté dans une belle créativité, inventant ce que lui-m^$eme n’aurait pas imaginé et qu’il est si fier de nous voir avoir inventé… Bien entendu, c’est une façon de parler de façon imagée, de Dieu comme s’il était notre alter ego. Ce n’est pas complètement faux, je pense, et j’assume donc ce langage (tout en en percevant les limites), parce que spirituellement, dans la prière, il me semble essentiel d’être avec Dieu de cette façon, en lui disant « je », en lui disant « tu ». Cependant, Dieu n’est pas seulement cette personne extérieure, d’une tout autre dimension, source de ce qui existe. Dieu est aussi à l’intérieur de nous, quelque chose de nous. On parle de son souffle qui est notre souffle profond, souffle de vie. Il est donc normal que nous nous sentions parfois seul avec nous même dans la prière sans que pour autant nous soyons sans Dieu. C’est alors dans ce lieux là que la rencontre se fait. Essentielle aussi. Différente, dans un sens. La prière est alors travail dans notre conscience, elle est travail d’unification de notre être, elle est reprise de souffle, elle est un soin, un soupir inexprimable (comme le dit Paul). Là aussi, il s’agit d’une image, imparfaite. Dieu est à la fois une personne au-delà de toute personne, et il est en moi, plus profond que moi. La science a aussi longtemps eu deux modèles pour décrire la lumière, comme une onde électromagnétique et comme un champ de photons. les deux sont vrais et conviennent mieux selon les expériences. Cela aide aussi, que la prière et que Dieu aient, au moins, cette complexité.

Donc oui, c’est à la fois la nature humaine, la nature de Dieu, que notre prière, soit parfois plus ou moins intellectuelle, plus ou moins émotionnelle, plus intérieure ou plus en vis à vis, plus ou moins naïve.
Tout va bien !
Dieu vous bénit et vous accompagne, fidèlement. Bien au delà de ce que l’on peut en comprendre, de ce que l’on peut espérer..

par : Marc Pernot, pasteur à Genève

Réponse du visiteur :

Merci infiniment, Marc, pour votre magnifique réponse, pour la finesse de votre analyse. De même que dans la prière je n’ai pas toujours les mots, de même je n’ai pas assez de mots pour vous exprimer ma reconnaissance. En quelques lignes, vous avez vraiment le don de remettre debout, en marche. Cela m’est déjà arrivé à plusieurs reprises, y compris lorsque les lignes étaient adressées à quelqu’un d’autre, y compris dans les petits détails tels que l’annonce inlassable et sincère de la bénédiction de Dieu. Quelle aide formidable et tellement précieuse !
Amicalement,

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *