20 janvier 2020

coucher de soleil en montagne - Image par Dan Fador de Pixabay
Question

Dans le « Notre Père », que signifie le …que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel… ?

Par : pasteur Marc Pernot

coucher de soleil en montagne - Image par Dan Fador de Pixabay

Question posée :

Bonjour Marc ,

C’est toujours avec un grand plaisir que j’écoute et que je lis vos messages du dimanche. Merci pour cette fin de message illustrant bien cette semaine d’œcuménisme que nous vivons . « puisqu’il y a une seule source, nous avons tous la même ».

J’ai aussi relevé « Ce « Mon Dieu, j’ai fait ce que j’ai pu avec ce petit geste, je te confie la suite» qui m’a fait penser à une parole de Mère Theresa. « Je fais simplement tout ce que je peux faire…le reste n’est pas de mon ressort. »

J’ai aussi une remarque-question suite à l’écoute du passage « Vivre la joie parfaite, délivrée du mal, en ce monde. » vous avez rajouté à l’écrit pour que la volonté de Dieu soit faite les mots dits : comme elle l’est au ciel.

Question : dans Le Notre Père , le …que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel … le comme Kai est-il un comparatif ou un additif ? Le désordre est-il sur terre et aussi dans les cieux ?

Une belle semaine

Que Dieu nous accompagne en cette nouvelle année

Réponse d’un pasteur :

Cher Philippe

Merci pour la belle citation de Mère Térésa.

Vous avez raison, il y a bien des façons de comprendre ce « sur la terre comme au ciel ». En particulier parce qu’il n’y a pas seulement un « kai » mais deux conjonctions : à la fois un ὡς (comme) puis un καί (et) = « comme au ciel et sur la terre ».

Il me semble que ce petit bout de phrase fait l’articulation entre les demandes pour Dieu (les trois premières) et les demandes pour « nous » (les 4 dernières). Ce petit bout de phrase se trouve donc au cœur de l’ensemble de la prière, à l’articulation entre les deux. Cela le met en valeur comme le point clef, le principe même de l’ensemble de cette prière (et de la prière en général, d’ailleurs).

Seulement la traduction habituelle est très mauvaise. Pourquoi avoir inversé en mettant la terre en premier ? C’est très dommage. Précisément, ce que dit ce petit bout de phrase clef c’est cette projection, cette descente du ciel vers la terre. C’est un point tout à fait essentiel de l’événement du Christ. C’est l’incarnation : la parole devient chair (Jean 1), c’est la descente du Christ, c’est Dieu qui crée l’humain à son image, c’est l’Emmanuel « Dieu avec nous ». C’est une bonne nouvelle, car nous n’avons pas à monter de la terre au ciel pour être aidé par lui, ou seulement considéré comme aimable. Nous n’avons pas à monter au ciel par nos seuls efforts pour être sage, Dieu vient à nous et sa Parole descend du ciel vers la terre comme le dit déjà Moïse nous n’avons pas à dire « Qui montera pour nous au ciel et ira nous le chercher? » (Deutéronome 30:12), « c’est une chose, au contraire, qui est tout près de toi, dans ta bouche et dans ton coeur ».

Ce petit bout de phrase ne concerne pas seulement la volonté de Dieu, mais les 7 demandes : la sanctification de Dieu, sa capacité à agir, sa volonté : que cela puisse : que cela qui est « au ciel » (dans le spirituel, dans l’idéal, dans la foi), que cela s’incarne en ce monde, certes. et les autres demandes, qui sont dans l’espérance de Dieu (au ciel) pour chacune et chacun, s’incarne aussi dans la réalité de ce monde, et que personne ne soit oublié.

Notre existence humaine s’inscrit précisément dans cette tension, dans cette incarnation « comme au ciel, et aussi sur terre », c’est pourquoi la prière est tellement essentielle.

Votre écoute attentive et remarques sont un grand encouragement pour moi !

Dieu vous bénit et vous accompagne

Marc

par : Marc Pernot, pasteur à Genève

Partagez cet article sur :
  • Icone de facebook
  • Icone de twitter
  • Icone d'email

Articles récents de la même catégorie

Articles récents avec des étiquettes similaires

5 Commentaires

  1. Alain dit :

    je cois que »comme au ciel »que d’autres vies pensantes existent où la croyance envers le créateur dois être galactique entre ce dernier et vivre « dans le ciel »qui pouraient aussi être leurs ciel par par eux comme par nous pour eux. nous nous somment sans doute déja rencontrés par des vivants
    intéllectuellements supérieurs cela laisse un »boulevard » lmmense pour la croyance à l’unique.

  2. BOURY dit :

    Pour une personne qui souffre et qui prie Dieu tous les jours pour ne plus souffrir. Dans notre père il est dit que ta volonté soit faite est-ce que cela ne signifie pas que c’est Dieu qui nous fait souffrir ?que c’est sa volonté?

    1. Marc Pernot dit :

      Bonjour. Certainement pas. Au contraire.
      « Notre Père, que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel », cette prière de Jésus veut dire précisément que la volonté de Dieu n’est pas encore entièrement faite. La souffrance d’un de ses enfants n »est jamais dans la volonté de Dieu, car il est le Dieu de la vie qui veut le bonheur se chacune et chacun de ses enfants. Aucun Père, aucune mère digne de ce nom ne veut la souffrance de soin enfant. Et pourtant cela arrive parois, mais malgré sa volonté. Il existe du tragique dans l’existence. Par exemple en ce qui concerne Jésus, la volonté de Dieu n’était pas qu’il souffre, mais qu’il accomplisse sa mission si essentielle. Et, hélas, cela est passé par la case souffrance.
      Cette prière du « Notre Père » dit que votre souffrance n’est pas dans la volonté de Dieu, et que cerait bien que votre souffrance s’apaise car c’est cela qui est la volonté de Dieu. Cette prière nous appelle, tous à être ensemble pour travailler aux œuvres de notre Dieu, afin de soulager les souffrances.
      Bon courage à vous, tenez bon.

      1. Fanny dit :

        Bonjour,

        A lire votre réponse, je m’interroge du coup sur la prière de Jésus à Gethsémané: « Père, si tu voulais éloigner de moi cette coupe! Toutefois, que ma volonté ne se fasse pas, mais la tienne » (Luc, 22:42).
        En lisant ce verset, j’ai l’impression que la volonté de Jésus est de ne pas mourir (on peut aisément le comprendre) mais que par contre, il considère que sa mort pourrait être la volonté de Dieu, ou du moins que Dieu pourrait d’une manière ou d’une autre lui épargné ce supplice. Dans ce cas, il y aurait une contradiction avec ce que vous dites à propos du « Notre Père ». Et la seule explication que je voie pour résoudre cette contradiction est qu’en proie au désespoir à Gethsémané, Jésus en vient à prêter à Dieu des « pouvoirs » qu’il n’a pas réellement.

        Je précise que cela ne fait que quelques semaines que je m’intéresse à la Bible, mon analyse manque donc probablement de finesse mais je suis curieuse de savoir comment vous, vous interprétez ce verset ?

        Merci pour votre travail.

        1. Marc Pernot dit :

          Merci pour les encouragements !
          Oui, Jésus ne veut pas mourir, tout au contraire. Il veut vivre et poursuivre avec ses amis.

          1. Ce n’est pas sa mort qui est la volonté de Dieu, Dieu n’est jamais du côté de la souffrance, ni de la mort prématurée,cruelle et injuste.
          2. Seulement il y a une mission à remplir pour le Christ : manifester l’amour de Dieu même pour les pécheurs.

          C’est comme pour un pompier, quand il entre dans une maison en feu

          1. ce n’est par choix de la mort et de la souffrance,
          2. mais c’est le choix de la vie, du service des autres, du bien : et cela malgré la mort et la souffrance qui le menacent dans ce service.

          C’est le tragique de la vie en ce monde.
          Cela fait une grande différence, entre la vision n°1 et la n°2. Elles sont diamétralement opposées. Dans la première : la souffrance et la mort sont une satisfaction pour Dieu !!! dans la seconde c’est l’amour et le service de l’autre qui sont élevés au dessus de tout.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *