Comment peut-on se réconcilier avec Dieu après avoir commis un péché mortel (avortement)?

Par : pasteur Marc Pernot

photo brouillée d'une ruine de maison et d'une carcasse de vieille voiture - Image par ArtTower de Pixabay

Revenir sur le passé. Oui, pour en faire quelque chose de bon. Sinon ?

Question d’un visiteur :

Bonjour Pasteur
comment peut-on se réconcilier avec Dieu après avoir commis un péché mortel (avortement) que l’on regrette profondément.
C’est ma petite amie et comme nous sommes très jeunes, pris de peur des parents, on a opté pour cette mauvaise action.

Réponse d’un pasteur :

Bonsoir
En premier lieu, d’après Jésus : Dieu est amour, pardon. Il va même jusqu’à aimer son ennemi, il est comme un bon berger qui laisse tout pour aller chercher la plus perdue des brebis perdues. Donc même si c’était vous, cette plus perdue des brebis perdues, ne vous inquiétez pas, il vous aime, vous bénit, il cherche à vous faire tout le bien possible. C’est pourquoi, personne n’est jamais perdu pour toujours, Dieu n’abandonnera jamais son enfant à la mort.

L’avortement est une mauvaise action, c’est vrai, mais c’est parfois la moins mauvaise. Si vous étiez très jeunes, sans situation et avec des parents qui ne vous soutiennent pas trop : accueillir un enfant dans ces conditions n’est pas génial non plus, je connais des personnes que cela a détruit. Et je connais des personnes qui ont choisi dans la même situation d’avorter, de patienter quelques années, et de fonder alors une famille dans de bonnes conditions.
C’est la difficulté. Parfois dans la vie nous n’avons pas le choix entre une bonne et une mauvaise solution (dans ce cas c’est assez facile de choisir), mais entre deux solutions qui ont toute les deux une part de mort. Cela n’est alors pas facile, il faut faire au mieux et arriver à avancer comme cela, arriver avec l’aide de Dieu à se pardonner.

En tout cas, à ce moment là, vous aviez, votre copine et vous, choisi, et Dieu comprend ces raisons. Au moins, vous n’avez pas fait cet acte sans réfléchir comme si cela n’avait pas d’importance. Aujourd’hui, vous regrettez profondément cet acte. C’est bien de revenir sur ses actes passés pour réfléchir, prendre du recul avec l’aide de Dieu, et évoluer dans son cœur, ses idées. Cela peut permettre aussi d’aller demander pardon et de réparer ce qui peut l’être, si c’est le cas. Dans ce cas, qu’y a t il que vous puissiez faire ? Peut-être en parler avec votre amie, car c’est évidemment beaucoup plus difficile pour la femme que pour l’homme de vivre l’avortement. Et de demander ensemble pardon à Dieu. Dieu pardonne, car il connaît votre cœur d’alors, comprend cette situation.

C’est donc bien de demander pardon à Dieu comme vous le faites, ce n’est pas la peine non plus de culpabiliser car cela n’aide en rien à avancer. Cela est même nocif de rester encore et encore sur nos actes passés. Une fois que l’on a fait ce que l’on a pu et que l’on ne peut rien faire de plus, il est bon de regarder vers l’avant. De tourner la page. De faire que ce ne soit pas le mal qui l’emporte. Et donc plutôt avancer vers le bien.
C’est ce que vous faites manifestement.

Dieu, en tout cas, n’a pas besoin d’être réconcilié avec vous car il vous aime d’un amour éternel.

Par contre, oui, vous pouvez tout à fait vous réconcilier avec Dieu, au cas où vous auriez ressenti de la crainte de lui, vous pouvez chasser cette crainte, et garder la confiance en lui, l’attente de tout le bien qu’il vous fait.

Et vous pouvez aussi mieux peser vos choix de vie et en prenant en compte les conséquences de vos actes. Ne saviez-vous pas qu’en ayant des relations sexuelles, qui plus est non protégées, cela peut engendrer un enfant ? Vous n’y aviez pas pensé avant ? Vous êtes maintenant plus réfléchis dans vos actes ? Il n’y a pas de mauvais désirs, cela dit, c’est quand même pas mal de ne pas laisser nos désirs de l’instant gouverner notre vie. Ce n’est pas que ça fâcherait Dieu, mais cela fait assez vite de notre vie un chaos, et un chaos engendrant le chaos et donc faisant du mal autour de nous.

C’est pourquoi il n’est pas mauvais de se construire dans la réflexion, dans la prière, dans des choix de valeurs que l’on se donne à soi-même pour essayer de les respecter.

Dieu vous bénit et vous accompagne.

par : Marc Pernot, pasteur à Genève

Print Friendly, PDF & Email

Marc Pernot

bio de Marc Pernot

Vous aimerez aussi...

16 réponses

  1. manuella dit :

    bonsoir mon pére je suis étudiante et jai fai un avortement ayant peur de la reaction des parents et jai rien di a mon petit ami et depuis se temp je suis trés contrariér je sai pas si le seigneur pourai un jour me pardonné car jai pas une conscience tranquil

    • Marc Pernot dit :

      Chère Manuella.

      • D’abord : Dieu vous pardonne car il vous aime et vous aimera toujours comme sa fille chérie.
      • Ensuite : Dieu vous comprend, il sait votre souffrance, votre incertitude, votre peur. C’est très lourd à porter, surtout seule. Dieu est à vos côté le plus fidèle des amis.
      • Enfin : d’une mauvaise chose, Dieu peut même faire sortir un bien. Vous étiez insouciante, agissant sans trop réfléchir, il est possible que maintenant vous soyez plus mature, plus sage. Il ne sert à rien de regretter indéfiniment, il suffit de le faire une bonne fois ce qui est manifestement le cas pour vous. Ensuite, il est bon de regarder vers l’avenir. Dieu a de l’espérance en vous.

      Ayez confiance en Dieu, il vous sera toujours favorable, vous bénissant et vous accompagnant.

  2. Keita kerfala dit :

    VRAIMENT merci bien je suis bien musulman, mais j’espère nous luttons tous contre le mal.
    J’ai passé l’avortement aussi avec deux meufs différentes et cela ne m’a rien fait en ce moment.
    Mais à L’heure actuelle le regret m’arrive car chaque fois je prie Dieu de nous pardonner car je les fais par cause de peur des parents pas pour autre chose.
    Vraiment j’ai lis votre texte et ça me donne le courage de me réveiller enfin de prier Dieu encore car je regrette profondément et j’ai su vraiment qu’il m’aime. Merci Vraiment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *