Comment faire pour se libérer d’un péché dont on ne parvient pas à se séparer ?

Par : pasteur Marc Pernot

Illustration : une chaïne brisée, sous l'eau - Image: 'Underwater chain and light' by Gerry Thomasen https://creativecommons.org/licenses/by/2.0/ http://www.flickr.com/photos/99326392@N00/174311171

Question d’un visiteur :

Bonjour pasteur

Ma question est la suivante : comment faire pour se libérer d’un péché dont on est conscient et dont on ne parvient pas à se séparer ? Je suis dans un péché qui me retient captif et j’aimerais m’en séparer mais je n’y arrive pas je finis toujours par retomber dans ce péché !

Merci

Réponse d’un pasteur :

Bonjour Monsieur

D’abord deux choses :

  • Bravo de chercher à progresser dans le sens du bien. C’est tout à fait excellent, et c’est bien comme cela que l’on avance.
  • L’amour et donc le pardon de Dieu vous est de toute façon acquis, sans condition. Ce qui n’empêche pas qu’il espère de tous ses vœux que nous progressions, tous.

Vous n’êtes pas le seul à connaître cette difficulté, c’est quasiment un miracle d’arriver à se changer soi-même. Regardez la difficulté qu’a une personne pour arrêter de fumer, ou pour perdre quelques kilos quand on est en surpoids ! L’apôtre Paul remarque cela dans sa lettre aux Romains :

J’ai la volonté, mais non le pouvoir de faire le bien. Car je ne fais pas le bien que je veux, et je fais le mal que je ne veux pas…
Je trouve donc en moi cette loi: quand je veux faire le bien, le mal est attaché à moi. Car je prends plaisir à la loi de Dieu, selon ma conscience; mais je vois dans mes membres une autre loi qui lutte contre la loi de mon intelligence, et qui me rend captif de la loi du péché qui est dans mes membres. Misérable que je suis! Qui me délivrera de ce corps de mort? Grâces soient rendues à Dieu par Jésus-Christ notre Seigneur!… (Romains 7:18-25).

Effectivement, la prière aide bien. Et c’est précisément parce que nous savons que nous n’avons rien à craindre de Dieu que nous pouvons nous présenter devant lui avec confiance et espérance tel que nous sommes, avec nos difficultés à avancer. Et lui demander son aide, son éclairage, sa compréhension, sa force, son action pour nous rendre meilleur.

C’est ainsi que nous arrivons, parfois, à avancer d’un pas ou deux. Et c’est une joie, une occasion de rendre grâce à Dieu et d’être aussi un petit peu content de nous. Puis de prendre là des forces pour le pas suivant.

Ensuite, tout dépend de quel « péché » il s’agit. Si c’est de maltraiter une personne, évidemment : il vous faut prendre des mesures radicales pour que cela cesse immédiatement, sans attendre de changer. Puis de chercher à résoudre votre problème intérieur.

Mais si votre péché est une addiction, par exemple, il est possible d’essayer de prendre des mesures pratiques concrètes afin de vous empêcher physiquement de chuter mais cela ne résout pas vraiment le problème. Là aussi, il faut chercher à résoudre votre problème intérieur en progressant. Vous pouvez travailler par la prière. Vous pouvez échanger avec des personnes qui ont le même problème que vous, ou des personnes qui vous aiment afin de pouvoir en parler et puiser dans d’autres personnes une force pour vous soutenir, pour faire le point régulièrement, dans les échecs comme dans les progrès. Cela prend parfois un peu de temps, comme une plante qui pousse. Il faut garder de l’espoir en toute circonstance.

Dieu vous bénit et vous accompagne sur ce chemin.

Bien amicalement

par : Marc Pernot, pasteur à Genève

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

59 réponses

  1. Monique Kounissouck Ngong dit :

    Moi c’est Monique j’ai vraiment un vrai problème car je suis une jeune fille j’aime Dieu de tous mon coeur et voudrais être sauvé le dernier jour car la peure m’envahi au fur et à mesure que le temps passe j’ai l’impression d’être hippocrite en vers moi et en vers Dieu car mon addiction c’est l’argent je pourrai tous faire pour en avoir a chaque fois que he veux me lancer je me heurte sois par des arnaqueurs ou par des faux marabouts car je ne suis pas sur de moi et n’a véritablement pas confiance en Dieu car je ne supporte pas rester sans argent la vie ne me souris pas mon quotidien est rempli de tristesse car depuis ma tendre enfance je n’ai par moment pas reçu de l’amour car je n’ai pas vécu avec mes parents du coup cela m’affecte et ma affecté toute ma vie je vous assures je veux changer et surpasser cette addiction mais c’est plus fort que moi car je n’ai pas moi même confiance en moi j’ai besoin d’aide.

    • Marc Pernot dit :

      Je vous assure que Dieu est pour vous un allié dans vos combats.
      La question n’est pas celle de votre salut futur mais la question est celle de la vie présente, vous vous pourrissez la vie et c’est possible que vous fassiez du mal à d’autres personne… ce qui est mauvais. Il serait donc utile d’entrer dans un vrai cheminement de soin, et de progrès réels. Pour cela, Dieu est votre allié et vous avez sans doute aussi besoin d’aide de bonnes personnes pour vous appuyer. Peut-être aussi de l’aide psychologique.
      Dieu vous bénit et vous accompagne

  2. Ded dit :

    Je suis très contente vraiment car Dieu et d’amour il ne cesse de nous le montre , aujourd’hui jesus ma montré le chemin a suivre a trouvé votre conseil pasteur marc car moi aussi je me retrouve tjr dans le péché que mon cœur souffre pour le laisser ,je regrettent après le avoir faire mais c’était tjr tard

    • Marc Pernot dit :

      Ne vous inquiétez pas, toute personne humaine connaît la même difficulté. Même l’apôtre Paul qui regrette qu’il n’arrive pas à faire le bien qu’il voudrait faire, et qu’il fait le mal qu’il ne voudrait pas faire. Et rend louange au Christ de son secours.
      Donc nous sommes tous entre les deux, avec des mauvaises pratiques et du progrès, avec l’aide de Dieu.
      C’est donc un chemin, pas à pas. Notez vos progrès, rendez grâce à Dieu pour eux. Ne culpabilisez pas pour les rechutes, vécues dans la sincérité, et dans l’appel à l’aide de Dieu, cela avancera.
      Dieu vous bénit et vous accompagne

  3. Fredi dit :

    Moi c’est Fred. Je me sens très mal dans ma chair car j’ai péché. Mon péché c’est la satisfaction du plaisir de la chair. Je ne peux pas me passer de la fornication. Que faire ?

    • Marc Pernot dit :

      Bonjour Fred
      C’est effectivement un problème, car ce n’est pas une façon de traiter un être humain, utilisé comme un sextoy. Or, il est essentiel de vivre en ayant de vraies bonnes relations avec les personnes. Avoir ce type de relations sans construire un couple fidèle et stable, c’est entrer dans le chaos et être source de chaos. Et ce n’est pas bon pour vous que ce soit votre sexe qui l’emporte sur votre cerveau et sur l’Esprit en vous. Par contre, si votre sexe vous démange, vous pouvez vous masturber (le fait que ce soit contraire à la volonté de Dieu est une légende qui ne vient pas de la Bible mais de la culture humaine).
      En tout cas, Dieu vous bénit et vous accompagne dans ce bon chemin de croissance vers une meilleure façon d’être, une plus belle vie.

  4. Gerald dit :

    Je suis très content content de vos enseignement. Moi mon est la chair la vie sexuelle contre nature j’ai beau résisté mais je retombe toujours. J’ai parfois combatu pendant 3 mois et plus mais en fin je suis retombé j’ai vraiment besoin de vos prières je suis au bord du gouffre

    • Marc Pernot dit :

      Bonjour monsieur
      Grand merci pour vos encouragements, c’est stimulant.
      Qu’appelez vous « vie sexuelle contre nature » ?

      • Si c’est d’être homosexuel, ce n’est absolument pas contre nature !!! C’est simplement une sexualité moins répandue. Ce qui ne justifie absolument pas d’être méprisé ou discriminé par la majorité. Si des personnes vous ont dit que l’homosexualité était contre nature, ce sont ces personnes qui ont un problème. Pas vous.
      • Cela vous appelle de la même façon à construire un couple stable et fidèle, avec de belles relations.

      Mais peut-être que c’est autre chose ?
      En tout cas, Dieu vous bénit et vous accompagne.

  5. Michel dit :

    Moi aussi la pornographie m’est devenue difficile à abandonner souvent je me force et de fois je prend la décision de ne plus regarder ces genres de vidéo mais j’y reviens encore c’est pour cela que je veux bien abandonner ça et bien servir Dieu Sans hypocrisie votre aide me sera très important
    merci beaucoup

    • Marc Pernot dit :

      D’abord et avant tout, sachez que Dieu est grâce et pardon. Il est à nos côtés pour lutter contre nos addictions, il ne se retourne jamais contre nous à cause de quoi que ce soit.

      Ensuite, c’est vrai que c’est difficile pour tout le monde de lutter contre une addiction. Vous pouvez peut-être espacer progressivement, noter vos progrès objectivement sur un papier ? Chercher d’autres loisirs plus créatifs.

      Enfin, un problème d’addiction est souvent plus un symptôme d’un malaise plus profond, c’est donc à ce niveau là qu’il convient de travailler aussi. Sur votre paix, votre équilibre personnel et relationnel. Cela demande de la réflexion et de la prière, de l’hygiène de vie, de bonnes fréquentations, de la sagesse. Ne pas se concentrer donc sur la seule addiction au risque de culpabiliser. La voir plutôt comme une maladie à soigner, afin d’aller mieux ?

      Dieu vous bénit et vous accompagne.

  6. Grâce dit :

    Bonjour pasteur je sombre tous les jours dans un péché que je n’arrive pas à m’en sortir j’aime Dieu de tout mon cœur et je veux le plaire mais le péché m’empêche d’être en harmonie avec Dieu je désire abondonné ce péché mais je n’arrive pas que faire aider moi svp je n’arrive plus c’est plus fort que moi

    • Marc Pernot dit :

      Vous trouverez plein de conseils dans l’article et les commentaires ci-dessus.
      En tout cas, bon courage, essayez d’avancer. En comptant sur l’aide de Dieu (il ne sera jamais contre vous, mais avec vous pour vous aider).
      Bravo pour cette recherche de vivre en cohérence avec vos conviction, votre foi.

    • Brebis perdue dit :

      [En attendant] Voir (sur wikipedia ou autres) addiction (au jeu…), procrastination…
      Témoignage : l’intérêt (au sens de la conversion d’intérêts) pour Dieu, à travers la lecture de la Bible ou autre, va en parallèle d’une série d’interrogations d’ordre éthique : est-ce bien (selon soi-même, selon sa propre conscience, à la lumière (ou non) des Évangiles, de sa compréhension renouvelée de la Bible…, est-ce que, à un certain niveau, la compétition du jeu pour gagner est éthique selon la Bible, est-ce qu’elle ne génère pas des perdants, une hiérarchisation symbolique qui n’a pas le sens que l’on voudrait, ou qui a du sens dans une forme de logique dite « du monde » qu’on trouve moins intéressante… que l’on retrouve aussi de manière plus dramatique dans certains aspects débridés du capitalisme et de la compétition sociale (et géopolitique) généralisée pour le prestige d’ailleurs, ou encore dans le trading…). Puis arrive un choc. Par exemple, les autres joueurs insultent pour gagner, et les insultes ne sont pas modérées par le site malgré la possibilité de rapport… Et là, la combinaison entre le fait de se rendre compte de ceci, et des interrogations d’ordre éthique, et du fait qu’il y a d’autres choses intéressantes à faire, peut-être moins amusantes à première vue, fait que l’on souhaite sortir de l’addiction. Un jour on se réveille un peu transformé, mais sans regrets, il y a tant de choses bien à faire.

      Autre chemin possible : par la voie du questionnement éthique un peu approfondi, documenté, de la méditation et de la décision informée

      Autre chemin possible : par la Foi, la Foi associée à une nouvelle perspective par rapport à un sujet donné amenant déjà un début de transformation. Puis un jour peut-être, ou pendant le sommeil, la Grâce (état intérieur) ? Puis construire à partir de la mémoire de cet état éphémère : est-ce un nouvel apport théologique ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *