Comment annoncer à ma famille très « chrétienne » que je veux vivre avec mon copain ?

photo sépia d'un couple de deux jeunes marchant de dos au bras l'un de l'autre - Image par Mabel Amber de Pixabay

Ce n’est déjà pas toujours facile entre grands enfants et leurs parents, mais si en plus il faut avoir un dieu terrible sur le dos, vous menaçant de peines éternelles…

Par : pasteur Marc Pernot

Question d’un visiteur :

Bonjour
J’ai grandi dans une famille chrétienne et je suis moi-même chrétienne. Je suis en couple avec un garçon avec qui je vois mon avenir et que j’aime énormément. Nous souhaitons emménager ensemble mais je ne sais pas comment l’annoncer à ma famille car le concubinage est un péché ainsi que la fornication. Comment leur annoncer la nouvelle et vais-je aller en enfer si je décide d’emménager avec lui?

Réponse d’un pasteur :

Bonjour

D’abord, je voudrais vous rassurer tout à fait en ce qui concerne Dieu.
Jésus, par tous les gestes de sa vie entière (et de sa mort), nous montre une grande bienveillance pour chacun, révélant que nous n’avons absolument rien à craindre de Dieu.
N’ayez crainte, dit Jésus, ayez confiance. Vous pouvez avoir confiance en Dieu, il connaît votre cœur, vos intentions, et il vous aime, il vous bénit et vous accompagne.
Non, le « concubinage » n’est pas nécessairement un péché ! Il l’est si c’est du n’importe quoi, si c’est juste pour suivre le royaume de ses propres hormones, ou juste pour profiter de ce qui nosu passe par la tête. Mais je n’ai pas du tout l’impression que ce soit votre cas.
« Tout est permis, nous dit l’apôtre Paul, mais tout ne construit pas, tout n’édifie pas. » (1 Corinthiens 10:23) C’est exactement cela, à mon avis. Et donc :
  • Dès lors que vous avez le projet, en vous mettant ensemble, de créer un vrai couple et de vieillir ensemble, et que vous vous engagez l’un vis à vis de l’autre explicitement, dans l’intimité.
  • Dès lors que vous vous mettez en couple non pour vous-même seulement mais pour rendre l’autre heureux et que l’autre est dans la même disposition d’esprit.
  • Dès lors que l’un au moins de deux, et si possible les deux, marche(nt) avec Dieu, comptant sur son aide,
  • Dès lors que vous mettez en préparation d’aller vers le mariage devant la société (noble institution qui protège les plus faibles).
alors je dirais que vous êtes déjà en partie mariés devant Dieu.
Car Dieu regarde aux cœurs, et à ce qui se vit au jour le jour. Il n’est pas un fonctionnaire des douanes qui surveille les passeports et les visas (je n’ai rien contre les agents aux frontières, ils font leur boulot). Il préfère mil fois un couple sympa et sincère qui n’est pas passé devant l’administration et devant le pasteur, plutôt que des gens qui ont tout fait officiellement comme il faut pour faire joli. C’est personnes là sont mariées officiellement, mais pas vraiment dans leur cœur. Après, bien sûr qu’il est mieux de mettre toute ses chances avec soi : d’avoir le cœur, les engagements, l’accompagnement de Dieu, la mairie, l’église, ma famille, et que ce soit beau et sincère…
Et dès lors que pour vous deux et pour Dieu, vous êtes déjà en partie mariés, je ne pense sincèrement pas que l’on puisse traiter des relations sexuelles respectueuses de « fornication », ni d’adultère. Cela n’a rien à voir avec la pratique du sexe pour le sexe, ni l’usage d’une autre personne comme objet ou comme esclave sexuel. D’ailleurs dans un vrai couple officiellement marié tout comme il faut, quand un des deux conjoints (en général l’homme, il faut le reconnaître) force l’autre à avoir des relations sexuelles que l’autre ne désire pas, ou d’une façon que l’autre ne désire pas, là, oui, on pourrait parler de « fornication » et de « péché ». Ce n’est pas d’abord une question de papiers officiels et de présence du pasteur, là encore, c’est une question avant tout de relations vraies et constructives, ou de relations nocives.
Pour ce qui est des parents. C’est évidemment plus compliqué, surtout s’ils font partie d’une église un petit peu rigoriste, et utilisant la peur de Dieu pour dresser leurs fidèles dans le chemin de l’église. Comme il me semble puisque vous parlez d’enfer possible si vous vous mettez en couple avec la personen que vous aimez !
Tout dépend aussi quel âge vous avez, si vous avez 18 ans, c’est plus délicat que si vous en avez 28 et êtes autonome. Tout dépend de leurs personnalité, et des relations proches ou compliquées que vous avez avec eux. C’est bien entendu à prendre en compte. Parfois, il est bon d’attendre un peu et de se marier en vitesse (cela peut être très rapide et facile). Parfois il est bon de faire preuve d’autonomie, les parents doivent respecter leur enfant et le chemin qu’il désire suivre, surtout quand c’est fait de façon réfléchie et non sur un coup de tête. En tout cas, il me semble qu’il faut absolument ne pas couper en se fâchant soi-même. S’ils se fâchaient et disaient qu’ils ne veulent plus vous voir, il me semble bon de répondre que ce n’est en rien contre eux, que vous leur gardez toute voter gratitude, que vous pensez à eux chaque jour dans votre prière, et que vous serez toujours ravis de les voir, etc. Que du positif de votre part.
Bravo pour ce que vous êtes, pensant à Dieu, à vos parents, à votre ami et à vous mêmes de façon sincère, respectueuse et vraie.
Dieu vous bénit et vous accompagne

par : pasteur Marc Pernot

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *