Psaume 8 « Éternel, notre Seigneur ! Que ton nom est magnifique… »

Par : pasteur Marc Pernot

une personne assise au sommet d'une montagne contemple le panorama - Image par StockSnap de Pixabay

Psaume 8

Au chef des chantres. Sur la guitthith.
Psaume de David.

Éternel, notre Seigneur !
Que ton nom est magnifique sur toute la terre !
Ta majesté s’élève au-dessus des cieux.
Par la bouche des enfants et des nourrissons
Tu as fondé ta gloire, pour confondre tes adversaires,
Pour imposer silence à l’ennemi et au vindicatif.

Quand je contemple les cieux, ouvrage de tes mains,
La lune et les étoiles que tu as créées:
Qu’est-ce que l’humain, pour que tu te souviennes de lui ?
Et l’enfant humain, pour que tu prennes garde à lui ?

Tu l’as fait de peu inférieur à Dieu,
Et tu le couronnes de gloire et de magnificence.
Tu lui donnes de gouverner sur les œuvres de tes mains,
Tu as tout mis sous ses pieds,
Les brebis comme les boeufs,
Et les animaux des champs,
Les oiseaux du ciel et les poissons de la mer,
Tout ce qui parcourt les sentiers des mers.
Eternel, notre Seigneur !
Que ton nom est magnifique sur toute la terre !

 

 

Quelques remarques

  • Ce Psaume rend grâce à Dieu pour l’extraordinaire grandeur de la personne humaine, même quand elle est (comme un bébé), sans puissance. Cela ne veut pas dire que les autres créatures de l’univers n’auraient pas de valeur, bien sûr.
  • D’autant plus que Dieu est ici appelé YWWH en hébreu (prononcé Yahou, ou YaHWéh), ce qui évoque Dieu en tant que compassion, passion, miséricorde. Cette louange est donc bien dans une conscience qu’avec notre sentiment de grandeur, il ne serait pas mauvais d’avoir aussi une conscience que nous avons une marge de progression pour vivre d’une belle façon cet être extraordinaire que nous sommes.
  • C’est l’occasion d’une prise de conscience de notre vocation, non à « dominer » mais à gouverner, au sens où « l’Eternel » gouverne : en aimant, pas en écrasant, pas en mettant « sous ses pieds ».

 

Si vous le désiriez, voici d’autres Psaumes aidant à prier, et quelques pistes d’appropriation de ces textes.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *