Psaume 116 « J’aime l’Eternel, car il entend ma voix…

Par : pasteur Marc Pernot

une personne assise au sommet d'une montagne contemple le panorama - Image par StockSnap de Pixabay

Psaume 116

(versets 1-8)

Alléluyah !
J’aime l’Eternel,
Car il entend ma voix, mes supplications;
Car il a penché son oreille vers moi;
Et je l’invoquerai toute ma vie.
Les liens de la mort m’avaient environné,
Et les angoisses du séjour des morts m’avaient saisi;
J’étais en proie à la détresse et à la douleur.
Mais j’invoquai le nom de l’Eternel :
Ô Eternel, sauve mon âme !
L’Eternel est miséricordieux et juste,
Notre Dieu est plein de tendresse;
L’Eternel garde les petits;
J’étais malheureux, et il m’a sauvé.
Mon âme, retourne à ton repos,
Car l’Eternel t’a fait du bien.
Oui, tu as délivré mon âme de la mort,
Mes yeux des larmes,
Mes pieds de la chute.
Je marche en présence de l’Eternel
sur la terre des vivants !

Quelques remarques

  • Dans la traduction grecque de la Bible hébraïque, ce Psaume porte le N°114.
  • « Alléluyah » = “chantez les louanges de l’Éternel”, cette expression hébraïque est bien connue même de ceux qui ne connaissent pas l’hébreu. En particulier dans le grand public grâce à la musique de toutes les époques. Voir, si vous voulez cet article de notre petit dictionnaire de théologie.
  • Un très beau Psaume à prier en toute occasion. Il est une louange pour le pardon de Dieu. Le pardon de Dieu a toujours existé, il n’a pas d’autre cause que sa tendresse, comme il est dit ici. La tendresse (aussi traduit par compassion, ou miséricorde) est en hébreu raram qui est le même mot que l’utérus. Dieu est ainsi comparé à une femme qui nous aime comme une maman aime son bébé (normalement). Il n’a rien à craindre d’elle, mais tout à attendre et espérer. Et l’amour de la maman, en même temps, espère que son enfant grandisse et prenne son autonomie, trouve sa voie…
  • Dieu est appelé « Dieu » (Elohim) pour parler de sa tendresse. C’est un peu paradoxal, car en général, il est appelé ainsi pour évoquer un Dieu de force, de triomphe, de création puissante. Et Dieu est appelé YWWH en hébreu (traduit ici par l’Eternel) pour évoquer Dieu en tant que compassion, passion, miséricorde. Ce Psaume montre ainsi que même dans sa force, Dieu est encore tendresse, même dans son côté créateur, il l’est comme une mère.
  • L’amour est sans condition, et si Dieu nous a aimé et nous aime ainsi, nous ne lui devons rien ! Seulement, cela peut susciter, comme ici, d’avoir de la gratitude, et même de l’amour pour lui, et peut-être même d’aimer un petit peu à notre tour. C’est ainsi que ce Psaume est assez proche de ce que manifeste Jésus.

 

 

Si vous le désiriez, voici d’autres Psaumes aidant à prier, et quelques pistes d’appropriation de ces textes.

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *