« Dieu a envoyé dans notre cœur l’Esprit de son Fils, qui crie : « Abba ! Père ! » (Galates 4:6)

Un jeune enfant se bloit dna sles bras de son père - Photo by Xavier Mouton Photographie on https://unsplash.com/photos/MRWHSKimBJk ↪︎ « Parce que vous êtes ses enfants, Dieu a envoyé dans notre cœur l’Esprit de son Fils, qui crie : « Abba ! Père ! » (Galates 4:6).

➔ Pour saisir ce qui est suggéré ici, il faut bien entendu se figurer le père idéal. Un Père idéal aime son enfant, il ne le maltraite pas, il ne le fera jamais souffrir : ce n’est pas avec des coups et des injures qu’un père idéal cherche à élever son enfant, c’est en manifestant son amour inconditionnel, c’est par l’exemple, c’est par l’attention de tous les jours et ses bons soins, par ses encouragements à avancer et à être nous-même…

➔ Ce verset dit qu’aux yeux de Dieu, nous sommes son enfant bien aimé. C’est déjà bon de le noter car cela peut fonder notre confiance absolue en Dieu, envers et contre tout ce que nous pourrions craindre ou imaginer. Un bébé n’a rien à craindre quand son père parfait est avec lui.

➔ Au passage, ce verset dit que les autres aussi sont les enfants bien aimés de Dieu. C’est bon de le noter, en particulier quand notre prochain nous dérange, soit parce qu’il ne serait pas parfait, lui, soit parce que nous serions dans une certaine concurrence avec lui.

➔ Que nous soyons enfant de Dieu dit notre dignité infinie, c’est l’assurance que Dieu nous garde et nous gardera, qu’il espère ce que nous allons être et faire. C’est déjà immense, ce n’est pourtant que le porche d’entrée de la suite.

➔ Dieu a envoyé à la racine de notre être l’Esprit de son Fils. C’est déjà fait, nous dit Paul. Si nous n’avions pas l’impression d’avoir reçu l’Esprit-Saint, si nous ne sommes pas bien sûr de ce que cela pourrait signifier, soyons assuré que nous avons reçu cet Esprit. Il palpite en nous comme un cœur.

➔ Cet « Esprit d’enfant de Dieu » a soif de relation, il crie en nous vers Dieu avec confiance et espérance, avec joie « Abba ! Père ! », c’est à dire « Papa » ou même « mon petit papa adoré, prends moi dans tes bras ». Il nous prend dans ses bras le temps qu’il faut, puis nous remet sur terre, afin que nous puissions avancer en liberté, fort d’une confiance nouvelle en la vie, et en sa source.

par : pasteur Marc Pernot

Vous pouvez partager en commentaire ce que ce verset vous dit, à vous, aujourd’hui…

Aller vers la liste des simples versets médités

Print Friendly, PDF & Email

Marc Pernot

bio de Marc Pernot

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. André dit :

    Bonjour Marc
    Et merci pour ces meditations, elles m’aident chaque jour à découvrir Dieu d’une autre façon que j’avais un Dieu qui donne plutôt des ordres qui scrute le moindre de nos mouvements mais la aujourd’hui on peut lui dire papa lui confier nos difficultés oui les vieux réflexes restent solidements attachés à notre personne mais je sens un peu chaque jour une nouvelle orientation une libération qui souffle dans tout mon être.
    Que Dieu vous guide dans ces meditations

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.