« Dieu est Esprit » (Jean 4:24)

un enfant émerveillé lors d'une lecture - Image par saralcassidy de Pixabay⤑ La Bible fait rarement de la théologie pure, et Jésus non plus. Ils préfèrent raconter des histoires de vie et montrer comment Dieu y intervient d’une façon puissante et décisive. Cela laisse travailler notre inspiration pour nous préparer à vivre de ce qu’il nous apportera. Jésus, pourtant, donne à une femme samaritaine ce très court énoncé théologique « Dieu est Esprit », et il ajoute « il faut que ceux qui l’adorent l’adorent en Esprit et en vérité.. », c’est-à-dire que ce mot de théologie est fait pour être médité et avoir des conséquences sur notre façon de vivre, de prier, d’espérer et d’agir, d’être en relation avec les autres.

⤑ L’Esprit, dans le livre de la Genèse, c’est l’impulsion que Dieu donne pour que la vie surgisse du chaos, et que cette vie soit bonne. Dieu est Esprit cela signifie que Dieu est une pure positivité, sans cesse en action pour que la vie et la vie bonne puisse apparaître là où il y a la mort et le chaos.

⤑ Cette impulsion de vie (que nous nommons donc Dieu) est à l’origine de notre vie à tous. C’est aussi un cadeau dans notre vie, dans nos deuils, dans nos faiblesses, dans nos échecs, et aussi bien entendu quand la vie nous est douce. Dieu est là pour nous et en nous. Agissant.

⤑ Il me semble qu’« adorer vraiment Dieu en tant qu’Esprit » cela permet une double recherche très féconde :

  • 1) En nous et en ceux que nous aimons : nous pouvons chercher à discerner l’Esprit qui s’est manifesté, ce quelque chose de vivant et de bon qui s’est incarné dans cette personne et dans cette vie en ce monde. C’est une part d’éternité qui s’est manifestée.
  • 2) nous pouvons ensuite chercher à ce que cela s’incarne dans notre propre existence : cet Esprit source de vie, de bonté.

⤑ « Dieu est Esprit », nous dit Jean, plus loin il dira « Dieu est amour », et c’est une autre façon de dire la même chose. C’est reconnaître cette part d’éternité qui existe dans chacun, cette source de vie qui l’emporte sur la mort.

par : pasteur Marc Pernot

Vous pouvez partager en commentaire ce que ce verset vous dit, à vous, aujourd’hui…

Aller vers la liste des simples versets médités

Print Friendly, PDF & Email

Marc Pernot

bio de Marc Pernot

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Claire-Lise dit :

    Cher Marc,

    Merci de vos commentaires sur le thème infini de l’Esprit Saint que j’ai lu hier soir avant de m’endormir et qui a nourri ma réflexion ce matin. J’ai écrit ceci :

     » 15 avril 2023 : Dieu est Esprit (Jean 4 : 24)

    « Saint Augustin :

    « Voyez donc ce grand mystère , frères, le son de nos paroles frappe nos oreilles. Ne pensez pas que l’on puisse apprendre quelque chose d’un homme. Nous pouvons attirer votre attention par le tapage de notre voix s’il n’y a pas quelqu’un pour vous enseigner, ce tapage est inutile.

    Voulez-vous savoir frères ? Est-ce que vous n’entendez pas tous ce sermon ? Et pourtant, combien sortiront d’ici encore ignorants ? Autant qu’il est en moi, j’ai parlé à tous ; mais ceux auxquels cette onction ne parle pas au-dedans, ceux que l’Esprit Saint n’enseigne pas au-dedans, s’en retourneront ignorants. les enseignements du Maître à l’extérieur sont comme des auxiliaires, des avertissements.

    Mais celui qui enseigne les coeurs a sa chaire dans le ciel. Quand il vous parle au-dedans, quand personne n’est là : car même s’il y a quelqu’un à côté de toi, il n’y a personne dans ton coeur.

    Et qu’il n’y ait pas personne en ton coeur que le Christ soit en ton coeur, que son onction soit dans ton coeur, pour que tu n’aies pas dans ce désert le coeur assoiffé, sans avoir les sources qui puissent l’arroser. C’est le Maître intérieur qui enseigne, le Christ qui enseigne, son inspiration qui enseigne. Où ne sont pas son inspiration et son onction, inutile est le tapage des mots au-dehors. »

    (Saint Augustin, Commentaire sur la première épître de Jean / La foi prise au mot, KTO, La vie dans l’Esprit / 12.06.2011 / vers 11 min début vidéo)

    Ce matin , j’écoutais aussi une émission sur l’Esprit Saint dont les symboles sont entre autre, le vent, la colombe et l’huile.

    (KTOV / L’Esprit Saint / 08/08/2017 / https://www.ktotv.com/video/00113115/lesprit-saint)

    Au mot huile, un souvenir m’est revenu. J’étais maman de deux enfants dans un contexte de vie difficile, autant surmenée que découragée. Un soir, je me rends à une prédication d’un missionnaire et bibliste dans une église fondamentaliste sur le thème des dons en 1 Cor. 12 : 28 :

    Dieu a placé les uns dans l’assemblée: – d’abord des apôtres, en second lieu des prophètes, en troisième lieu des docteurs, ensuite des miracles, puis des dons de grâce de guérisons, des aides, des gouvernements, diverses sortes de langues.

    Et cet homme de Dieu disait en mentionnant le don de l’Esprit nommé aide : l’aide, c’est la petite goutte d’huile que l’on met dans l’engrenage d’une machine pour qu’elle ne grippe pas.

    J’ai alors fait la corrélation entre le mot aide et huile, en réalisant que cette petite goutte d’huile pouvait simplement être un fruit de l’Esprit mentionné en Gal 5 : 22 : l’amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bénignité, la fidélité, la douceur, la tempérance.

    Il m’a fallu environ 40 ans pour faire ce lien, comprendre que « l’Esprit sonde toutes choses, même les choses profondes de Dieu », même si un don de l’Esprit me paraît insignifiant et humble. Comment n’y ai-je pas pensé plus tôt ? Après tout, chaque chose en son temps. Si Abraham a été appelé par Dieu à un soixante-quinze ans (Gen. 12 : 4), il me reste quelques années de marge ! »

    Merci cher Marc, pour les bons moments passés à méditer votre texte et à stimuler ma réflexion sur l’Esprit Saint qui me fascine par ses diverses facettes, comme un diamant à découvrir et habiter .

    Bien cordialement

    Claire-Lise

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *