« Alors, ils seront assis chacun sous sa vigne et sous son figuier » (Michée 4:4)

un enfant émerveillé lors d'une lecture - Image par saralcassidy de Pixabay

⤑ Dans la langue de l’époque, la vigne évoque notre activité en ce monde au milieu de ceux qui nous sont confiés, et le figuier évoque la lecture et l’interprétation de la Bible.

⤑ Cette vigne, c’est une espérance pour toute personne : que chacune puisse avoir une vie épanouie et féconde, apportant de bons fruits de vie et de vie joyeuse pour les siens. C’est un projet individuel, chaque personne ayant sa personnalité et sa vie, portant les fruits propre à son cépage unique. Et c’est un projet collectif, les raisins donnant du bon vin qui réjouit toute la maisonnée, ses proches et le voyageur qui passe, et le pauvre accueilli à la table.

⤑ Ce figuier, c’est une espérance pour toute personne : que chacune puisse avoir sa propre réflexion, sa propre interprétation de la Bible en fonction de sa pensée, de sa foi, de sa prière et des circonstances. En effet, le figuier évoque dans cette culture la multitude de sens possibles de chaque passage de la Bible, à cause de la forme variée des feuilles de figuier et de la particulière fécondité de la figue car elle est remplie de graines. Ce figuier est l’espérance que chaque personne puisse apporter son point de vue éclairé, participant à la richesse du débat entre tous.

⤑ « Chacun sous sa vigne et son figuier » est ainsi une espérance de développement de chacun, ce qui sera pour le bénéfice de tous. Comment serait-ce possible ?

  1. Cela demande du respect de ce qu’est l’autre. Au nom même de Dieu qui est plus grand que tous et qui est en tous (Éphésiens 4:6)
  2. Cela demande de l’éducation, car même si l’on a le droit de penser librement, encore faut-il en être capable, tout le monde l’est ou pourrait l’être, encore faut-il que la personne s’intéresse à sa propre vigne et son propre figuier. L’Église est à votre service pour aider chacun dans ce travail.
  3. Et cela demande de vivre en paix, en justice. En effet, cette magnifique espérance « Alors, ils seront assis chacun sous sa vigne et sous son figuier » vient en conclusion de cette espérance de Dieu pour tous les peuples : « L’Éternel sera respecté de la multitude des peuples, il sera l’arbitre de nations puissantes et lointaines. Alors, de leurs épées ils forgeront des charrues, de leurs lances ils feront des serpes, une nation ne tirera plus l’épée contre une autre, et l’on n’apprendra plus la guerre. Alors, ils habiteront chacun sous sa vigne et sous son figuier, et il n’y aura personne pour les troubler, Car la bouche de l’Éternel des puissances a parlé. » (Michée 4:3-4). Nous avons dans ces versets de solides pistes pour avancer, chaque mot est comme une figue aux multiples graines.

par : pasteur Marc Pernot

Vous pouvez partager en commentaire ce que ce verset vous dit, à vous, aujourd’hui…

Aller vers la liste des simples versets médités

Print Friendly, PDF & Email

Marc Pernot

bio de Marc Pernot

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Béatrice dit :

    merci pour ce magnifique message qui nous confirme que nous pouvons être missionnaire là où nous sommes placés: « c’est dans TA vie que Dieu t’appelle… »

  2. Théophile dit :

    Quelle lecture peut on faire de l’actualité brûlante, invasion de l’Ukraine par la Russie, au regard de ce verset ?

    • Marc Pernot dit :

      Bonjour
      Merci de penser à cela. Effectivement, j’ai proposé une réflexion sur ce verset en pensant aux personnes, aux familles d’Ukraine subissant une invasion armée qui devrait être d’un autre âge.
      Je pense que ce verset souligne l’importance ultime de faire la paix, de ne pas agresser les autres. C’est évidemment valable pour les peuples, cela l’est aussi dans les couples, les familles, les immeubles et les quartiers, les communautés, les églises, et les collègues de travail… Cela l’est aussi, fondamentalement, en chacune et chacun. Quand on est soi-même bien en paix avec soi-même on a moins tendance à agresser les autres.
      C’est ainsi que cela peut vraiment être un cercle vicieux, moins bien on se porte et plus on est est en trouble avec les autres, et plus on est en trouble avec les autres moins bien on se porte.
      Afin de briser cette spirale, il me semble essentiel de délibérément « travailler » notre bonne forme spirituelle, personnellement. Et de « travailler » la paix avec les autres, par la recherche de justice, de dialogue, de connaissance et de soi et de l’autre. Et faire place à l’action de Dieu, qui soigne les âmes et les relations.
      Dieu nous bénit et nous accompagne

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.