Que la lumière soit

La fête de Noël aurait été une reprise chrétienne de la fête romaine du « soleil invaincu ». C’est plus large que cela car presque tous les peuples depuis les temps préhistoriques ont observé qu’il y a un solstice vers le 21 juin et un vers le 21 décembre. Il n’y a que sur l’équateur que cela passe inaperçu, le soleil s’y couchant à la même heure toute l’année. Ces solstices ont offert des dates remarquables pour faire la fête. C’est déjà une bonne chose car une fête nous invite à nous réjouir, elle crée aussi du lien entre nous. Quand en plus cette fête est basée sur un phénomène naturel, elle nous replace comme partie d’un vaste univers. Tout cela est inspirant.

Dans l’hémisphère nord, le solstice d’hiver nous trouve et train d’espérer des rayons du soleil qui se sont faits plus rares. Cette recherche pratique a inspiré tout naturellement une recherche plus spirituelle et philosophique de ce qui pourrait éclairer un petit peu plus notre lucidité et notre façon de faire des choix alors que l’avenir est en partie inconnaissable. C’est une recherche intéressante. Là où certaines personnes cherchaient à prédire l’avenir comme s’il était écrit à l’avance, la recherche de la lumière vise à développer notre propre capacité à voir clair et notre intelligence pratique. La lumière nous donne une autonomie nous aidant à nous décider en meilleure connaissance des causes et des effets possibles.

Jésus de Nazareth, reprenant l’espérance du livre de Jérémie 31:33-34, a eu cette ambition pour chaque personne. Non seulement pour les grands penseurs ou mystiques, mais pour l’individu de tout âge et de toute condition, progressant dans sa capacité à discerner par lui-même. Comment ? Par sa relation personnelle avec Dieu, en toute confiance. Et par sa propre intelligence sur laquelle Jésus insiste également. Cela fait de chaque personne un prophète ou une prophétesse, capable de faire de bons projets.

Belles lumières à vous, le 25 décembre et chaque jour.

par : pasteur Marc Pernot
(éditorial du bulletin de la paroisse)

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Olivier dit :

    Bonjour Monsieur le Pasteur
    En me connectant à l’instant sur internet je tombe sur la phrase qui suit :
    Sauverons nous Noël ?
    En arriver là ?!!
    Je comprends que nous soyons inquiets par apport au covid, en ne comptant pas hélas les complotistes et autres…
    Mais voilà la réalité ?!!
    Sauverons nous Noël ?
    Ben heureusement je me dit.
    Car c’est Noël qui nous sauve et Le Galiléen ainsi.
    Alors quoi qu’il se passe dans nos vies je me permets de vous souhaiter un joyeux Noël, plein d’Esperance et la lumière de Dieu pourra jaillir de chacun.
    Joyeux Noël

    • Marc Pernot dit :

      Oui,
      enfin, c’est peut-être quand même pas Noël qui nous sauve. La foi en Christ oui, mais on peut la vivre sans la fête de Noël, heureusement. Même si c’est vrai qu’un bonne fête de Noël est quelque chose de spécial et peut permettre à certaines personnes de renouer avec la foi, ou de faire un pas de plus.
      Alors si ce pénible virus interdit les rassemblements vers le 24/25 décembre, tant pis, on les filmera dans un temple vide et ceux qui veulent pourraient en profiter par internet. C’est franchement pas la même chose. Mais on fait, on essayera de faire au mieux.
      Dieu vous bénit

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *