L’humain, ayant reçu le double don de la liberté et de l’action, est un faiseur de miracle (Hannah Arendt)

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Pascale dit :

    Je n’ai peut-être pas tout bien compris car la lecture d’essais philosophiques n’est pas vraiment mon quotidien (!) mais il me semble que dans cette définition du miracle, à savoir une irruption d’un infiniment improbable, il manque la notion de bien. Car, s’il est vrai que le chaos est la conséquence inéluctable d’un système dans lequel on n’introduit rien de nouveau, le mal peut, lui aussi hélas, être une nouveauté infiniment improbable et ne pourra alors pas, à mon sens, être qualifié de miracle.

    • Marc Pernot dit :

      Dans la Bible, les miracles ne sont pas réservés aux personnes bonnes et justes. Par exemple, face à Moïse, les employés du méchant pharaon en font aussi, ainsi que des faux prophètes. C’est pourquoi, les miracles de Jésus ne convainquaient absolument pas ses opposants, ils se disaient simplement qu’il était un de ces sorciers ou faux prophètes faisant cela pour attraper les personnes crédules.
      Donc oui, il est bon d’articuler à la fois la libre créativité dont parle Hannah Arendt, et aussi une belle conscience, afin que le miracle de nos actions aillent dans le sens de la vie.

  2. Émile Morantin dit :

    Bonsoir,
    Sans le Mal,je pense que le Bien n’existerait pas,ce serait autre chose mais pas le Bien! dans le monde où nous vivons le positif et le négatif sont en opposition,à une qualité un défaut et c’est « bien » ainsi ! il nous reste à nous décréer,à nous vider de nous-même,de notre égo pour laisser Dieu remplir le vide .
    pour finir,un petit passage de la pesanteur et la grâce de simone Weil :la création: le Bien mis en morceaux et éparpillé à travers le Mal.Le Mal est l’illimité,mais il n’est pas l’infini.Seul l’infini limite l’illimité.
    bonne soirée à tous!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *