Pourquoi prier puisque Dieu fera toujours ce qui lui plaît, de toutes les façons ?

Par : pasteur Marc Pernot

bébé kangourou dans la poche de sa maman - Image par Ethan Brooke de Pixabay

Question d’un visiteur :

Bonjour Marc,

Je suis assez déprimée et j’ai l’impression de ne plus rien comprendre de ce qui se passe dans ma vie…

Pourquoi prier puisque de toutes les façons Dieu fera toujours ce qui lui plaît? Quand je le prie je le supplie et ai le sentiment que quelque part je veux qu’il fléchisse, je pense qu’il se laissera amadouer comme quand Abraham négociait avec lui pour sauver un nombre de personnes et on nous montre que Dieu patient répond favorablement à sa demande. Est ce à dire que c’était uniquement pour que Abraham se rapproche de lui, soit en communion qu’il a accepté de parlementer avec lui et qu’il savait très bien que de toutes les façons tout était joué, que sa décision du nombre à sauver était déjà décidé ou bien Dieu s’est laissé convaincre par Abraham de tout changer?

Merci.

Réponse d’un pasteur :

Bonsoir

Bien entendu, Dieu fait ce qui lui plaît ! Manquerait plus que ça !
Mais, quand même, il écoute et il tient compte de nos projets, de nos points de vue.

Et il vaut vraiment mieux que le but de la prière ne soit pas de changer l’opinion de Dieu, mais au contraire, de pouvoir améliorer nos projets, compléter nos opinions avec de nouveaux paramètres intéressants, évidemment. Dieu ne vient pas écraser nos idées, mais au contraire le but de la théologie et de la prière est de voir plus clair grâce à lui, de sorte que nous puissions mieux comprendre la situation et les enjeux, et donc de pouvoir faire de meilleurs choix en connaissance de cause. Mais toujours selon notre propre sensibilité.

Finalement dans l’histoire d’Abraham négociant avec Dieu pour sauver Sodome (Genèse 18:19-33), c’est lui, Abraham, qui commence à saisir que Dieu est un Dieu d’amour. Nécessairement, puisque Dieu est depuis toujours et il sera toujours le Dieu de vie, le Dieu d’amour, et le Dieu de bénédiction que révèle Jésus-Christ.

De même avec le sacrifice de son fils Isaac (Genèse 22), Dieu n’avait à mon avis jamais voulu ni demandé la mort d’Isaac. C’est Abraham qui finit par comprendre, à la dernière minute, que c’était lui, Abraham, qui se faisait un film dans sa tête. Et par la foi, heureusement pour tout le monde et en premier lieu pour son fils Isaac, Abraham sera finalement éclairé par Dieu sur cette folie, proche de l’intégrisme, qui consistait à sacrifier ce que l’on a de plus cher pour plaire à Dieu, et gagner sa bénédiction. Ce qu’il gagne : c’est que Dieu lui répète la bénédiction qu’il lui avait déjà donnée des dizaines d’années dans la passé. Abraham avait trop vite, trop mal interprété la volonté de Dieu, il ne lui demandait pas de « sacrifier » son fils mais de « l’élever » (c’est le même verbe en hébreu).

Donc, bref, oui, ça vaut le coup de prier et d’exposer nos projets à Dieu, même si Dieu n’en fera qu’à sa tête (heureusement), et nous aussi (heureusement aussi, et mieux vaut donc que Dieu nous ait donné un peu du cœur & des éclairages et des forces)… Mais précisément : c’est pas mal d’en discuter ensemble, seul à seul, lui et nous.

Et pour un athée, c’est également une belle et bonne idée à mon avis. De faire le point intérieurement, et de placer sa vie, ses projets, ses espérances dans la réflexion intérieure : et de placer cela face à sa propre conception de l’idéal et de ce qui nous semble pouvoir nourrir une vie meilleure pour nous et pour ceux qui nous sont chers.

Dieu vous bénit et vous accompagne

par : Marc Pernot, pasteur à Genève

Réponse du visiteur :

Bonjour Marc,

Votre réponse m’a fait sourire surtout quand vous dites heureusement que Dieu fait ce qu’il lui plaît et il ne manquerait plus que ça :-)!

En fait oui, je m’en doutais, Il fait ce qu’il veut et me fait penser à moi en tant que maman : ma fille me demande quelque chose, je l’écoute même si sa demande est mauvaise ou bonne, mais au final c’est moi qui doit avoir le dernier mot car je cherche ce qui est le mieux pour elle à ce moment précis, donc si moi je sais faire ça donc Dieu qui sait tout (enfin il me semble) agira en conséquence. Même si ma fille me supplie ma réponse sera toujours la même et je lui explique le pourquoi de ma réponse et je pense que quelques fois Dieu nous montre aussi pourquoi sa réponse est ceci ou cela.

Oui que sa volonté soit faite, c’est ça en fait, donc pas de supplications mais juste exposer ses demandes, ses regrets, son être en l’état et laisser… je pense avoir compris Marc.

Merci

 

Réponse d’un pasteur :

Excellent !

Alors que je vous lisais, je me souviens d’un article que j’ai lu hier « En Angleterre : un ado ne mange que des frites et des chips et perd la vue » (Annals of Internal Medicine)

La Bible a peut-être un peu trop occulté l’image de Dieu comme étant une tendre et attentionnée maman (comme vous 🙂 mais cette idée est néanmoins fort présente. En particulier chaque fois qu’il y a le mot « miséricorde » de Dieu, il s’agit de la « tendresse maternelle » de Dieu, avec un mot hébreu rharam qui évoque explicitement l’utérus !

Cette façon de penser Dieu comme mère (qui donne la vie, allaite, soigne son enfant) me semble au moins aussi essentielle que de donner comme image de Dieu celle d’un Père. Donc un grand grand merci.

L’exaucement de votre prière est ainsi de l’ordre de l’être, plus que de l’avoir. Et c’est extrêmement précieux, fécond, porteur de vie, nourrissant, et tendre, intelligent et fort.

Bonne route à vous,

par : Marc Pernot, pasteur à Genève

Si vous voulez, vous pouvez voir aussi :

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *