Par moments je suis superstitieuse et cela m’empêche de vivre pleinement. Et cela ne va pas avec la foi.

un chaton noir - Photo by Maksym Diachenko on UnsplashPar : pasteur Marc Pernot

Question d’un visiteur :

Bonjour
pasteur,
Par moments je suis superstitieuse et cela m’empêche de vivre pleinement. Par ailleurs je me dis que la superstition n’est pas compatible avec la foi. Pourriez-vous me confirmer cela et m’indiquer les versets de la bible auxquels me référer ?
D’avance merci pour votre éclairage.
Bien cordialement.

Réponse d’un pasteur :

Bonsoir Madame

Bravo de chercher à avancer, et dans une vie plus pleine, et dans la confiance en Dieu, cela va bien ensemble.

Il y a des personnes qui croient aux trèfles à 4 feuilles, à l’astrologie, ou qui ont peur quand on est 13 à table… Cela ne me semble effectivement plutôt néfaste pour ce qui est du cheminement de la personne. Comment peut-on imaginer qu’une sorte d’instance quelque part donne de la chance ou de la malchance en fonction de choses aussi ridicules. Je suis donc bien d’accord avec vous, la superstition empêche de vivre pleinement. C’est là toute la question principale. Cela détourne des vrais enjeux de l’existence, cela expose à des craintes irrationnelles, cela nous amène à mépriser l’intelligence pour laisser diriger nos actes par la peur, par des principes qui ne tiennent pas debout. Cela n’est pas génial.

C’est une sorte de religion que de penser cela, mais quel est ce « dieu » qu’adorent les croyants à ce genre de choses ?
Le Dieu que nous cherchons dans la prière et dans la Bible, c’est la source de la vie. C’est ce qui rend la vie plus belle, plus vivante, plus libre, plus créatrice, plus aimante, plus éclairée. Ainsi, il me semble bon de s’examiner soi-même et sa propre religion pour voir si elle produit l’effet escompté ? Si nous avançons au sens de la libération de nos peurs, de l’ouverture de notre cœur à la confiance en Dieu comme source de vie ? Au respect de l’autre, à l’estime de nous-même, à l’espérance pour ce monde ? Si notre pratique a tendance à nous empêcher de vivre pleinement, comme vosu le dites, vous avez la bonne réaction, en cherchant à évoluer.

C’est pourquoi, Jésus nous conseille d’aimer Dieu de tout notre cœur, de toute notre âme, de toute notre force et de toute notre intelligence. Si on aime Dieu on lui fait confiance, à lui, la source de la vie, de la fidélité, de l’amour, de l’espérance. Si on aime Dieu avec intelligence, on saisit qu’il ne nous demande pas de croire à n’importe quoi qui ne repose sur rien, qu’il a fait de l’intelligence une bénédiction qui nous est donnée pour que nous nous en servions. Dieu travaille ainsi pour nous libérer, ce n’est pas pour nous laisser aller dans des chaînes de théories qui sont une offense à la raison. Dieu cherche à nous donner la lumière afin de aider à voir clair, ce n’est pas pour se boucher les yeux et choisir l’obscurantisme.

Donc, il me semble que vous faites un choix excellent de vous détourner de la superstition pour placer plutôt votre confiance dans le Dieu, père de Jésus-Christ.
Ensuite, comme vous dites, ce n’est pas facile de s’en libérer. C’est comme une addiction. La superstition marche pas la suggestion et la peur, c’est comme quand on regarde un nid de poule quand on roule en vélo, si on le fixe intensément on file droit dedans, c’est la même chose avec la superstition, elle nous pousse à faire que ce qui nous est annoncé se vérifie. C’est bien cet engrenage qui nous aliène à notre propre vie, et aux vrais enjeux, aux vrais leviers de la vie belle et bonne.

Le mieux est donc de travailler son analyse de la vie par la science, l’observation, la réflexion, l’analyse. Et par la foi, s’ouvrir à une force qui vient de Dieu, et une mise en valeur de leviers tout autres qu’il nous aide à mettre en œuvre. Par exemple l’amour et le respect des autres, de la vie et de nous-même. La mise en lumière de ce qui compte vraiment dans la vie.

Sur ce chemin de libération de ce qui nous aliène, nous avançons pas à pas, de petite victoire en grande victoire. Sur ce chemin, vous n’êtes pas seule.

Ne craignez rien. Dieu vous bénit et vous accompagne.

par : pasteur Marc Pernot

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *