Mon église me déconseille d’épouser l’homme que j’aime car il est athée ?

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Anonyme dit :

    Bonjour,

    J’arrive sûrement bien tard, mais je tenais à vous exposer ma vision des choses sur la situation car je connais et comprends la configuration de votre couple (l’homme qui ne croit pas en Dieu et la femme qui est profondément croyante)… Je m’explique :

    Pour ma part, je ne crois pas en Dieu et mon amie est croyante. Néanmoins, même si j’estime que chaque chose a une explication scientifique, je sais aussi que la Religion (avec une majuscule, donc il faut entendre par là l’ensemble des religions monothéistes comme polythéistes) fait partie de l’Histoire de l’humanité. La Religion a, depuis toujours, régit l’Homme et participé au fondement de nos sociétés actuelles. Elle fait partie intégrante de l’évolution de l’humanité, et la renier catégoriquement comme le fait votre ami n’est, à mon avis, pas une bonne chose. Comme chaque chose en ce monde (incluant la science), elle a apporté son lot de bonnes et de mauvaises choses et nous a permis d’évoluer et de faire grandir nos sociétés. La Religion est donc autant une affaire de culture qu’une affaire de croyance pure et dure. Je ne crois pas en Dieu, je ne suis pas croyant mais culturellement et historiquement, j’appartiens à la religion chrétienne.

    Mon amie elle, est croyante et va à l’église. Lorsque ça lui tient à cœur, je l’accompagne. Plus j’accumule de connaissances scientifiques, historiques et religieuses, plus ça me renforce dans mon incroyance. Pour autant, il ne me viendrait pas à l’idée de dire des convictions religieuses de mon amie qu’elles sont ridicules, car ça reviendrait à manquer lui manquer de respect à elle, à sa foi et à sa culture.

    Ce que je veux dire par là, c’est que je pense que l’union entre une personne croyante et une personne non-croyante est possible, il faut tout simplement qu’il y ait du respect. Votre ami est tombé dans une forme de radicalisation anti-religieuse, qui n’est pas mieux qu’une radicalisation religieuse, ou qu’une radicalisation politique, raciste, ou autre. Peut-être que l’aider à élargir ses connaissances, notamment en étudiant l’Histoire afin d’amener progressivement l’étude des religions et de leur impact sur l’humanité, lui permettrait de se dé-radicaliser et d’ouvrir un peu son esprit.

    Si il vous aime réellement et consent à vous respecter, il respectera ce qui est important à vos yeux et vous respecterez ce qui est important à ses yeux. Il prendra en compte le fait que la culture a plus de poids qu’une simple conviction idéologique, et que le mariage à l’église ne le tuera pas. Respecter ne veut pas dire adhérer, il s’agit juste de comprendre ce qui est important pour l’autre et d’accepter. Car, encore une fois, la Religion n’est pas juste une histoire de croyance, c’est aussi une affaire de culture.

    Bon courage à vous deux.

    • Marc Pernot dit :

      Grand grand merci pour cette belle façon d’être et d’aimer. A tous les deux, dans le respect mutuel.
      Grand grand merci d’avoir pris la peine de témoigner de ce que vous vivez avec votre amie. Je pense que cela pourra inspirer d’autres couples, et leur permettre d’avancer.
      Bien respectueusement

  2. Caroline dit :

    Bonjour, je suis en couple depuis 5ans avec un homme qui n’est pas converti .Je précise aussi que j’ai 5 ans de plus que lui. 31 et 36 ans. On parle souvent mariage mais à chaque fois il y a des disputes qui surviennent . Nous avons eu ensemble deux petites filles d’âge rapproché. Cette relation a débuté comme un conte de fée . Il paraissait correspondre à mes attentes et tous les membres de ma famille et amis l’ont apprécié tout comme moi. C’est quelqu’un de bien en règle générale quelqu’un qui sait me dire qu’il m’aime . Qui est quelqu’un de doux et je sais qu’il m’aime comme moi je l’aime . Mais seulement voilà, lors de notre rencontre il m’avait caché qu’il avait beaucoup d’amis et qu’il aimait leur compagnie. Il m’avait dit qu’il ne buvait que deux bières aujourd’hui depuis le décès de mon père, il y a 3 ans ( avec qui il était proche) je me rends compte qu’il a une bonne descente si je peux le dire ironiquement . Il ne boit pas tous les jours et en règle général quand nous sommes ensemble on passe des soirées agréables . Le problème c’est que ces fréquentations amicales empiètent souvent sur notre couple et cela a créé beaucoup de disputes entre nous. En fait il a grandi dans une famille avec un père qui a été absent dès ces six ans et une maman qui a eu plusieurs relations mais est restée seule. Il s’est beaucoup construit sur l’extérieur Avec des amis aussi morcellés que lui sur le plan identitaire mais il s’est Construit Sur cette base. Lorsqu’il se trouve avec eux il n’y a plus de notion du temps . De plus , au niveau de sa famille il y a sa marraine dont il est proche qui pratique la sorcellerie et sa maman qui est dans l’occultisme même s’il elle pense qu’elle prie une puissance qui lui donnent des informations pour sa réussite. Enfin , je sors du sujet mais tout cela pour dire qu’il a des liens y que nous avons aussi des combats. Aujourd’hui monsieur a décidé de militer sur le plan politique et est souvent absent cela créer de la distance entre nous . J’ai l’impression d’être la seule à prier pour nous même si j’ai des amies qui ont la foi et qui prient aussi pour nous et qu’il y a un fossé qui se créer malgré mes prières. Un jour ça va un jour pas. Nos enfants sont au centre de tout ça et moi cela comment ce à m’epuiser . Pourtant quand il est venue à ma rencontre dans nos débuts il voulait se caser , ce sont ses mots . Notre deuxième enfant est arrivée plus tôt que prévue et nous ne sommes pas mariés. J’ai conscience que je n’ai pas suivi les choses comme Dieu le demandent mais sachant qu’il aspirait tout comme moi au mariage et y aspire encore quand tout va bien . Aujourd’hui J’ai l’impression d’être Face à un mur si bien qu’à l’heure actuelle j’avance ne sachant si on va s’en sortir , j’aimerais Que tout s’arrange mais je crois qu’il n’a pas fait sa rencontre avec Dieu et comment avancer avec une personne qui se repose plus sur ses forces plutôt que de mettre Dieu au devant de sa vie pour le guider . Voilà j’aspire au mariage et à une vie épanouie avec cette famille que nous avons construite ensemble mais je ne pensais pas que j’allais vivre autant de disputes et stagner autant dans ma relation alors je ne sais plus quoi faire . Vous en pensez quoi?

    • Marc Pernot dit :

      Bonjour Madame

      Du point de vue de la religion :
      • Je n’ai aucune objection théologique ou spirituelle à ce que vous épousiez une personne non chrétienne. Comme le dit l’apôtre Paul (qui n’est pourtant vraiment pas commode, trop souvent) : « le mari non-croyant est sanctifié par la femme… et vos enfants sont saints. » (1 Corinthiens 7:14).
      • Donc, oui, vous pouvez prier et apporter une âme à votre famille, et donner une éducation biblique à vos enfants, c’est très bien.
      • C’est vrai que c’est mieux de se marier, à mon avis. Même si Dieu bénit les bonnes intentions sans attendre les papiers officiels. Mais c’est une belle occasion, précisément, à réfléchir dans le couple à ce que l’on veut vivre, et demander aux proches (y compris Dieu) et amis de soutenir l’union du couple.

      En ce qui concerne la façon d’être de votre mari, c’est un petit peu plus compliqué

      • Pour l’instant, il ne semble pas qu’il y ait une véritable dépendance de l’alcool chez votre conjoint puisqu’il peut s’en passer pendant plusieurs jours, mais vous avez raison d’être vigilante. Une augmentation de l’alcoolisation est souvent le signe d’un certain malaise chez la personne.
      • En ce qui concerne votre conjoint et son besoin d’amis, vous me semblez avoir vraiment bien compris votre conjoint, et c’est pour moi le signe que vous l’aimez vraiment.
      • Seulement, quand on aime quelqu’un, il convient de l’aimer tel qu’il est. Et de pas vouloir le changer. L’accepter tel qu’il est. Et le lui dire. Vous savez, changer un tant soit peu est un véritable miracle, car normalement on garde la même personnalité. Il est donc normal que vous ressentiez comme un mur si vous espérez qu’il soit autrement qu’il est.
      • Ce que j’aimerais, c’est qu’il puisse partager joyeusement ce qu’il a vécu de bon pour lui avec ses amis quand il rentre. Et qu’il soit si fier et heureux des bons moments en famille qu’il ait envie de les raconter à ses amis. Et que ces deux faces soient ainsi réconciliées, et qu’il puisse les vivre en paix avec lui-même.
      • Que sa famille pratique des trucs bizarres est leur problème. Tant qu’elles ne font pas de la publicité pour cela auprès des enfants, forcément influençables.
      Dieu vous bénit et vous accompagne
      Avec tous mes vœux de bonheur dans votre famille à vous tous et toutes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *