Le racisme est-il évoqué dans la Bible? Jésus parle-t-il de cela ?

mosaïque de photos de personnes avec trois spectateurs devant - Image par Gerd Altmann de Pixabay

Une trinité de personnes

Par : pasteur Marc Pernot

Question d’un visiteur :

Bonjour!
On ne peut passer à côté des manifestations qui sont organisées dans le monde entier afin de lutter contre le racisme. Je trouve en effet cela fabuleux que la population puisse s’exprimer et se battre pour cette cause honorable. Je voulais savoir, le racisme est-il évoqué dans la Bible? Jésus parle-t-il de cela ?
Le christianisme a longtemps été diabolisé en raison de l’esclavage qui eut lieu les siècles précédents. Cette religion a été associé à une « religion de blanc » qui fut imposée dans la terreur. Que répondre à une personne soutenant que le christianisme est une religion d’occidentale qui prônait l’esclavage ? Cela me fait mal, parce qu’effectivement le message du Christ a été sali par les hommes. Néanmoins, il faut que l’on puisse enseigner que Jésus soutenait la diversité culturelle, religieuse…
Merci beaucoup pour votre site, je vous encourage car vous avez une vision formidable.

Réponse d’un pasteur :

Bonsoir

A vrai dire, je ne suis pas certain que la Bible soit très bonne pour donner des consignes morales de base.

Je pense que le travail proposé se situe en amont de cela.

Christ, portrait fait avec de multiple visages - église du Canada

Nous sommes le corps du Christ.

C’est peut-être regrettable, car nous aurions effectivement ravis d’avoir des affirmations fortes contre le racisme, l’homophobie, l’esclavage, la discrimination contre les femmes, la violence sexuelle, le rejet des étrangers, le respect de la nature… et qu’il y ait aussi le devoir d’aller à l’église chaque dimanche, le devoir de donner de l’argent à l’église, et qu’il est bon de manger 5 fruits et légumes par jour. Il y a rien de tout cela, au contraire, la Bible hébraïque est souvent terrible contre les étrangers, l’apôtre Paul soutien la soumission de la femme à son mari, l’esclavage, le viol conjugal. Et les conseils moraux de Jésus du genre « ne résistez pas au méchant », s’il était appliqué littéralement serait l’occasion d’une grande joie pour les gangster, les pédophiles et les tyrans.

En fait, je pense que c’est une grande bénédiction que la Bible travaille en amont de cela. A nous de chercher, à chaque génération, à chaque moment de notre vie, le juste combat, la libération à mener. A nous de retravailler la question de ce qui est plus juste, plus fidèle à Dieu. Ce travail est un travail d’observation, d’intelligence, de prière, d’ouverture à ce que Dieu nous souffle au fond de notre conscience.

Il y a cent ans, je pense que personne n’imaginait que l’humanité puisse faire basculer les grands équilibre de la planète.

A propos du racisme et de l’homophobie, je pense que l’on pourrait travailler par exemple à partir de ce que l’apôtre Paul dit de l’humanité comme comme corps du Christ avec son unité et la diversité des membres, unis par l’Esprit et par la compassion entre les membres, et la difficulté à se sentir soi-même digne d’être membre de ce corps au même titre que les autres. Et personne ne peut dire à un membre différent « je n’ai pas besoin de toi ». Ce passage s’exprime au sens figuré, et il s’applique ainsi à bien des situations selon ce que l’Esprit nous dira. Cela s’applique à mon avis tout aussi bien à propos du racisme, de l’homophobie, du machisme, du mépris de classe, du jeunisme. Et c’est ainsi que ce genre de textes est extrêmement utile pour travailler sur nous-même. Savoir où nous en sommes, et de quelle préjugé nous aurions bien besoin d’être libéré, avec l’aide de Dieu.

Comme vous le dites, l’attitude du Christ et ses paroles offrent bien des pistes pour encourager à l’ouverture sur les autres. En particulier quand il encourage à aimer notre prochain comme nous-même (alors que par définition même, notre prochain est toute créature de Dieu, cela impose de considérer que toute personne de la planète est mon prochain). La parole et l’Esprit est donné pour toute personne. Et les premières pages de la Bible, comme le « Notre Père » de Jésus affirment haut et fort que nous sommes tous frères et sœurs, et en humanité, et comme enfant de Dieu. Jésus acclame fortement la foi d’un centurion romain même pas monothéiste, mange chez toutes sortes de personnes… Donc, oui, ce qu’a dit et vécu Jésus est très inspirant pour vivre en étant nous même plus juste. Je le pense sincèrement.

Que celui qui n’aime pas le christianisme ne s’intéresse pas à Jésus Christ, c’est tout à fait le droit de chacun. Mais je trouve que prôner le rejet du christianisme en l’associant à l’esclavage, à une culture, voire à une couleur de peau est tout à fait malhonnête. Surtout si la personne qui dit cela ne rejette pas de la même façon la voiture, l’alphabet, l’iphone, le piano, l’électricité et les antibiotiques parce que cela aussi est venu de l’occident vers l’Afrique.

Cela dit, c’est vrai que les plus dangereux ennemis de la foi chrétienne ne sont pas ce genre de personnes haineuses travaillant à démolir la foi des autres. Les plus dangereux ennemis de la foi chrétienne viennent de l’intérieur. C’est d’ailleurs la même chose pour toute religion, et pour toute juste cause. Les plus terribles ennemis de la foi chrétienne, comme vous le dites, c’est celui qui s’affirme bon chrétien, très observant, très très priant, avec plein de paroles de la Bible en bouche, et qui par ailleurs est raciste, xénophobe, homophobe, destructeur de la foi et de la culture des autres, pilleurs des ressources…

Merci beaucoup pour vos encouragements !!!
Dieu vous bénit et vous accompagne.

par : pasteur Marc Pernot

PS. Voir dans le dictionnaire de mots qui piquent : casuistique  – Éthique

Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. Pascale dit :

    Ce que je trouve génial, c’est que, malgré tout, ces notions telles que le rejet de l’esclavage, du racisme, de l’homophobie, la lutte pour l’égalité homme femme … sont des notions qui s’imposent de plus en plus dans les lois, dans les mentalités, avec ou sans religion. Honnêtement, qui a encore besoin d’un verset de la Bible pour savoir que l’esclavage n’est surement pas une bonne façon d’aimer son prochain ? Je suis peut-être naïve, mais j’y vois un signe que la création de l’homme avance.

  2. Mathias Di Maggio dit :

    J’aimerais ajouter à votre commentaire l’exemple de l’Eglise orthodoxe éthiopienne, une des plus vieilles Eglises du monde !
    Dans le genre « religion de blanc », on a fait mieux :p

  3. Émile Morantin dit :

    Bonjour à tous,
    Jésus allait vers les samaritains ( les parias ,les sous hommes de l’époque!)vers la femme adultère(Paul est tout petit à côté!!)les collecteurs d’impôts,les romains,les grecs! sans parler de l’apôtre que Jésus « aimait »!
    Ce qu’en a fait l’église avec un petit « e » nous n’en sommes pas responsables! « qui a péché,lui ou ses parents? ni l’un ni le autres! »répond Jésus.
    Tout est là ,tout est dit !limpidité de l’Evangile!
    Bonne journée!

  1. 24 juin 2020

    […] un extrait de la réponse faite par Marc Pernot sur cette […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *