Lady Gaga : Une idole « critiquée » que j’admire

Par : pasteur Marc Pernot

Single "Judas" de Lady Gaga - image wikicommons

Question d’un visiteur :

Bonsoir,
Je suis un très grand fan de « lady gaga » (que vous devez surement connaitre), mais mes parents sont des protestants extrémistes, et n’acceptent pas le fait que j’aime cette chanteuse (ils disent que c’est une fille qui mérite l’enfer à cause sa chanson « judas », de son extravagance, de son amour pour les homosexuels et surtout le fait qu’elle soit catholique). A chaque fois que j’essaie de les dissuader en parlant de tolérance, ils m’ignorent. Et depuis peu, je me demande si l’église réformé ont les mêmes idées qu’eux. Est-ce que un chrétien croyant et pratiquant (je ne suis pas extrémistes comme mes parents) doit aimer une idole « spécial » comme elle.

Merci d’avance

Réponse d’un pasteur :

Bonjour

A mon avis, il y a du bon et du mauvais en chaque personne vivant au monde. Même chez Lady Gaga. On peut dire ce que l’on veut de cette Lady, mais elle n’est certainement pas dépourvue de talents. On peut donc tout à fait apprécier sa musique, ses spectacles, elle dit souvent des choses intéressantes, elle a eu des paroles engagées qui sont importantes… On peut même être un grand fan. Mais comme toujours, et en toute chose, il faut de l’intelligence et du discernement, il faut garder sa liberté.

Êtes-vous devenu un grand fan décérébré ou un grand fan intelligent, lucide et resté libre de Lady Gaga ? C’est à vous-mêmes de répondre à cette question pour vous-mêmes, et c’est assez facile de le savoir : Reconnaissez-vous que certaines choses qu’elle a fait ou qu’elle fait sont mauvaises ? Ce n’est pas une critique, c’est le lot de toute personne vivant au monde de faire des choses qui sont mauvaises. Si, donc, vous pouvez reconnaître et dire : oui, ça, elle n’aurait pas dû, ce n’est pas bon, mais par contre ça et ça, c’est génial et j’aime bien, ça et ça qu’elle a dit sont de belles choses ou de bonnes choses. Si vous avez cette lucidité et cette liberté : c’est très bien. Par contre, si vous êtes grand fan à 200 % de tout, c’est un peu plus gênant (pour vous), c’est comme si un alien est venu vous bouffer le cerveau et s’était installé dedans. Il est encore temps de le faire sortir, et je vous conseillerais de le faire. Mais bon, chacun sa vie.

Je dirais la même chose pour vos parents, sauf le respect. Pourquoi tant de haine ? J’ai écouté sa chanson « Judas », j’ai regardé le clip avec les Harley. Je ne suis pas du tout certain que ce soit si contre Jésus que ça. Elle dit en substance qu’elle est amoureuse de Judas, qu’elle fait ou veut faire l’amour avec lui. Puis, vient ce couplet, presque à la fin :

I wanna love you,
But something’s pulling me away from you
Jesus is my virtue,
Judas is the demon I cling to,
I cling to

[Chorus]

I’m just a Holy Fool, oh baby he’s so cruel
But I’m still in love with Judas, baby
I’m just a Holy Fool, oh baby he’s so cruel
But I’m still in love with Judas, baby

Dans ce texte, elle dit en substance que Judas est le démon auquel elle s’accroche, et qu’elle est folle car il est la cruauté même, mais comment se libérer de cette emprise, de cet amour du mal, que faire, c’est plus fort que nous, fort comme un amour fou ?
Jésus est la solution, il nous sauve, il nous tire loin de ce démon, Jésus est en nous la vertu, il est une force de bien qui peut nous tirer de ces griffes qui nous entraînent vers la mort, vers le mal…

Peut-être donc que ce texte est sincère de la part de Lady Gaga, et qu’elle se sent entre les deux, amoureuse de mauvaises choses mais en même temps tirée vers la vie et le bien en Jésus ? Ce combat, c’est celui de nous tous, il est en chacun de nous. Ce texte est comme une confession du péché, triste, peut-être même un peu désespérée, cela me donnerait plutôt un sentiment de compassion pour cette femme qui a une vie bien compliquée, extrême, très débridée. Je lui souhaite de s’ouvrir sans cesse plus au bien. Et vous aussi !

L’apôtre Paul reconnaît la même chose en lui, dans un sens, quand il dit :

Je suis à même de vouloir, mais non pas d’accomplir le bien. 19
Je ne fais pas le bien que je veux, mais je pratique le mal que je ne veux
pas. 20Si je fais ce que je ne veux pas, ce n’est plus moi qui
l’accomplis, mais le péché qui habite en moi. 21Je trouve donc
cette loi pour moi qui veux faire le bien : le mal est présent à côté de
moi. 22Car je prends plaisir à la loi de Dieu, dans mon for
intérieur, 23mais je vois dans mes membres une autre loi, qui
lutte contre la loi de mon intelligence et qui me rend captif de la loi du
péché qui est dans mes membres. 24Malheureux que je suis ! Qui
me délivrera de ce corps de mort ? 25Grâces soient rendues à
Dieu par Jésus-Christ notre Seigneur ! (Romains 7:20-25)

Bonne route et amitiés

pasteur pasteur Marc Pernot

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *