un homme à genoux, priant dans un paysage de neige - Photo by Markus Bräuer on https://unsplash.com/photos/rIj7MEi1hUA
Pratiquer

Je suis perdu entre protestants, catholique et évangéliste je cherche ma voie. Quelle place pour « la confession » ?

Par : pasteur Marc Pernot

un homme à genoux, priant dans un paysage de neige - Photo by Markus Bräuer on https://unsplash.com/photos/rIj7MEi1hUA

Question posée :

Bonjour Pasteur, navré de vous importuné. Je suis perdu entre protestants, catholique et évangéliste je cherche ma voie.

La question sur la confessions me tourne en ce moment.
Les catholique et orthodoxe y accorde une grande place, personnellement je ne sais pas quoi en penser.
Les catholique se base sur les paroles du Christ en parlant à Saint Pierre il me semble sur : » Tu es Pierre et sur cette pierre je batirais mon Église  » pour appuyer la place de l’église. Puis cette parole  » ce que vous lirez sur terre sera lié dans le ciel , ce que vous delierez sur terre sera delier dans le ciel  » pour appuyer la place de la confessions avec le prêtre.

J’aimerai votre avis sur ces paroles , comment les interpréter ?

Bien fraternellement

Réponse d’un pasteur :

Bonjour

La diversité des chrétiens, et des sensibilités

C’est vrai qu’il y a de multiples confessions chrétiennes, et dans la même église : chaque paroisse a encore sa personnalité en fonction de son histoire et des personnes qui s’y sont engagées.

C’est vrai que l’on peut s’y perdre, mais en même temps : c’est une richesse, c’est un reflet de la diversité humaine, nous avons chacune et chacun notre sensibilité. Et il est bon qu’une diversité de façons d’être chrétien existe. C’est le cas dès les origines, Pierre n’est pas comme Jean, ni comme Thomas, comme Marie-Madeleine, Marthe n’est pas comme Marie, etc.

Et, comme le dit l’apôtre Paul : « Il y a un seul corps et un seul Esprit, comme aussi vous avez été appelés à une seule espérance par votre vocation; il y a un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême, un seul Dieu et Père de tous, qui est au-dessus de tous, et parmi tous, et en tous. »(Ephésiens 4:4-6).

Se sentir libre, en direct avec Dieu

Le mieux, l’essentiel, particulièrement dans le domaine de la foi, est de la vivre avec sincérité, authenticité, selon sa PROPRE inspiration. Et donc ne pas se laisser troubler par les obligations, les dogmes, les « il faut » croire, faire, pratiquer ceci; ni par les « il ne faut pas »… Une personne ou une église a ses convictions et c’est très bien, cela n’enlève pas aux autres le droit égal d’avoir leur propre opinion.

Dans le catholicisme il y a parfois l’obligation de se confesser à un prêtre. C’est vrai. Dans notre église, on a le droit d’avoir l’aide du pasteur quand on a quelque chose sur la conscience, afin de s’entendre dire le pardon de Dieu. C’est une occasion de faire le point et de se demander soi-même comment avancer, avec l’aide de Dieu. Mais ce n’est absolument pas obligatoire de passer par le pasteur pour cela. En général, c’est devant Dieu, directement à lui que nous nous adressons. C’est ce que propose Jésus « Quand tu pries, entre dans ta chambre, ferme ta porte, et prie ton Père qui est là dans le lieu secret; et ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra. » (Matthieu 6:6).

Dieu n’a pas d’ordre à recevoir des humains, quels qu’ils soient, pour pardonner ou pour ne pas pardonner. Bien sûr. Il est au dessus de tous, et il pardonne par il aime chacun de ses enfants. Celui qui aime pardonne car celui qui aime voit la personne elle-même, au-delà des actes qu’elle a pu commettre, au delà de ses faiblesses et parfois de ses travers.

Le pouvoir de pardonner les péchés

C’est vrai qu’il y a des passages dans les évangiles où Jésus dit à Pierre, puis à ses disciples que les péchés que nous pardonnons seront pardonnés et ceux que nous ne pardonnons pas ne seront pas pardonnés. Il ne me semble absolument pas possible que notre propre méchanceté, refusant de pardonner diminue l’amour de Dieu pour une personne ! Dieu est celui qui a tout à nous apprendre sur le pardon et sur la force de l’amour. Ces passages sont de toute façon à comprendre autrement. A mon avis, ils signifient qu’il y a effectivement un enjeu important pour nous dans le fait de dire à ceux qui sont autour de nous que Dieu les aime et leur pardonne. Il y a tant de peur de Dieu, tant de culpabilité, tant de peurs que nous pourrions soulager, ces personnes pourraient se tourner vers Dieu le cœur ouvert, sans crainte et plein de confiance en ses bons soins pour chacune et chacun.

Vous pouvez donc tout à fait vous adresser à Dieu pour faire le point devant lui, avec lui, grâce à lui. Et avancer pas à pas sur le chemin de votre vie, essayant d’avoir une vie belle et droite, bienfaisante, joyeuse.
Dieu vous bénit et vous accompagne.

par : pasteur Marc Pernot

Partagez cet article sur :
  • Icone de facebook
  • Icone de twitter
  • Icone d'email

Articles récents de la même catégorie

Articles récents avec des étiquettes similaires

Un commentaire

  1. Anne catherine dit :

    Certains pasteurs je crois font de »cures d’âme « . J’ai moi même eu un trrs bon soutien. A un moment difficile de ma vie par le pasteur Suisse Jean marc Droin. Beni soit il..

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *