Je suis musulmane, mon ami chrétien injurie ma foi, il préférerait même que je sois athée.

Par : pasteur Marc Pernot

Illustration : une tombe musulmane à côté d'une tombe chrétienne - by George Turner 
 https://creativecommons.org/licenses/by/2.0/ http://www.flickr.com/photos/25837035@N05/15192343297

Question d’un visiteur :

Bonsoir Pasteur .
Je suis une jeune docteure musulmane de 25 ans. Actuellement je vis avec un chrétien protestant qui agresse ouvertement ma foi, et manque du respect à l’homme que j’aime le plus sur cette terre : Le prophète Mohamed (Paix sur lui).

Il est là à insulter ma croyance de la plus ordurière des façons, manquer du respect , reprendre des théories aussi farfelues qu’infondées sur ma croyance . Le comble de sa mauvaise foi c’est quand il fait des prétendues comparaisons entre Jésus et Mohamed (Paix sur eux), comme s’il ne savait pas que les musulmans croient aussi en Jésus.
Je me dis même qu’il aurait préféré que je sois athée plutôt que musulmane.

Si je vous écris tout ceci, c’est pour vous dire que en découvrant votre blog, j’ai été agréablement surpris de votre ouverture d’esprit et respect pour les convictions des autres.
Il y’a tellement de choses qui nous rapprochent. Et même dans les divergences , on reste quand même des frères et sœurs en humanité. Ne laissons pas la haine aveugle engendrée par l’ignorance nous emporter.

Cordialement.

Réponse d’un pasteur :

Bonsoir

Et désolé pour ce qui vous arrive. Vraiment désolé.

Le christianisme a aussi ses intégristes, malheureusement. Et cela nous fait honte, car Jésus n’était pas comme cela. Vraiment pas. La preuve : il acclame publiquement la foi d’un centurion romain ! Un centurion romain n’est même pas monothéiste puisqu’il est forcé de rendre un culte à l’empereur comme à un Dieu, c’est un homme qui vit de violence et de guerre. Il y aurait donc beaucoup à critiquer sur ses croyances et ses actes, mais Jésus, lui, ne garde que l’élan positif de cet homme.

Donc, effectivement, le minimum est le respect de la foi des autres, et c’est encore plus facile avec des croyants qu’avec des athées, encore bien plus facile avec des croyants monothéistes que des boudhistes ou des animistes.

Mais bon, que voulez-vous, il existe des intégristes dans toutes les religions, dans toutes les philosophies athées aussi, comme dans les courants politiques, dans la musique ou la peinture, la nourriture… Le problème c’est que cette étroitesse d’esprit est quelque chose de profondément ancré et que cela n’est pas facile d’en sortir (mais pas impossible non plus). Le second problème est que cet homme doit être écartelé entre l’ endoctrinement qui a en partie formaté sa façon de voir et son amour pour vous. Je ne sais pas comment il gère cela dans sa tête et dans son cœur mais ça ne doit pas être facile.

Injurier la foi de qui que ce soit ne dit rien sur la foi de la personne injuriée, mais c’est seulement révélateur de la foi de la personne qui injurie. L’intégrisme est un très mauvais signe sur la santé d’une personne, car c’est :

  • Signe d’un problème spirituel : l’idolâtrie consistant à adorer l’idée que l’on se fait de Dieu au lieu d’adorer Dieu lui-même qui dépasse par définition tout langage humain, toute pensée humaine). L’intégrisme dans une certaine mesure enferme Dieu dans un cadre, limite la grandeur de Dieu (sa transcendance) dans une doctrine et dans un rite. Alors que Dieu est source de création, et donc dans des actes, des propositions sans cesse pleines de surprises jamais vues auparavant.
  • C’est révélateur aussi d’un problème relationnel (on n’injurie pas les gens, et encore moins ceux que l’on aime, et surtout pas dans ce qu’ils ont de plus cher)
  • C’est signe d’un problème psychologique (on n’est jamais méchant sans cause)…

Pour avancer face à ces problèmes il n’y a que votre ami lui-même, avec l’aide de Dieu, qui puisse faire quelque chose. Il serait bon qu’il garde sa religion, bien sûr, comme vous pouvez garder la vôtre (si elle vous convient), il faudrait seulement qu’il chemine vers un autre type de rapport avec sa religion, celle-ci étant moins considérée comme sacrée afin que ce soit Dieu seul qui soit sacré, afin de faire plus de place à Dieu lui-même. Cela relativise de fait les opinions les religions, les rites, les habitudes comme éventuellement importants mais comme n’étant pas absolus, comme signes du sacré mais non sacrés en eux-mêmes. Il faudrait aussi qu’il découvre une paix et un équilibre intérieur qui l’autorise à un comportement bienveillant et pacifique avec l’autre, même si l’on n’est pas de la même opinion que lui sur tout.

A mon avis, tout l’amour que vous pourriez lui donner n’a pas beaucoup de chance de suffire à guérir ce monsieur. Car cela ne peut venir que de l’intérieur.

Bon courage

Et tous mes vœux de bénédiction de la part du Dieu unique.

par : Marc Pernot, pasteur à Genève

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *