Je prie et je demande a Dieu un compagnon, je suis tombée amoureuse, et puis…

Par : pasteur Marc Pernot

Une femme seule, assise sur le bord d'une rivière au coucher du soleill, un casque sur les aoreilles - Photo by Toni Reed on Unsplash

Question d’un visiteur :

Je suis une jeune fille de 24 ans, depuis peu, je prie et je demande a Dieu un compagnon…je suis tombée amoureuse d’un homme, il est entré dans ma vie, dans une periode où je jeunais, demandant a Dieu un compagnon…je suis tombée amoureuse de lui, et durant la relation j’ai continuer a faire des prières et des jeûnes pour que Dieu me montre si je fais le bon choix ou pas…plus d’une fois j’ai mis un terme a la relation, mais a chaque jeûne, a chaque prière m, il revenait toujours et moi j’etais encore plus amoureuse…j’ai appris qu’il était fiancé, et qu’il va se marier. Ca m’a briser le coeur, j’ai fait des efforts pour l’oublier, j’ai prié, j’ai jeûné encore plus, pour que Dieu enlève cette epine de mon cœur, mais jusqu’à présent je souffre toujours…ca va deja faire 6 mois et ma douleur est toujours présente…cette douleur m’empêche de voir l’amour autour de moi, elle m’empêche d’y croire, elle m’empêche de louer Dieu comme auparavant, elle m’empêche d’etre heureuse…je ne comprends pas pourquoi Dieu reste silencieux face a ma douleur, pourquoi il n’a pas pitié de moi. Je passe mes journées a pleurer, a gemir, a angoisser. Il y’a des jours je pense au suicide.

Svp aidez-moi, comment dois je prier. Comment dois-je demander a Dieu…

Réponse d’un pasteur :

Chère mademoiselle

Bravo pour cette recherche de vivre et de compter sur l’aide de Dieu.

Seulement, je pense qu’il y a quelques difficultés dans votre façon de vous placer face à vous-même, face à la vie, et à Dieu :

  • Je ne pense pas que ce soit une bonne idée de prier Dieu pour le mettre à notre service, et qu’il fasse enfin ce qu’on lui demande. Il sait mieux que nous même ce qu’il peut faire et ce qui est le mieux pour nous. La prière consiste à recevoir ce que LUI veut, et ce qu’il essaye à toute force de nous donner alors que nous sommes distrait par nos propres illusions.
  • Il n’est pas favorable, je pense, d’être absolument déterminée ainsi à trouver son compagnon, comme une priorité. On se rend malheureux, de cette façon. Cela ne se commande pas. Soyez déjà heureuse célibataire, avancez dans votre vie, dans votre être, et soyez seulement vigilante, ouverte sur une belle rencontre, et tant qu’elle n’arrive pas, et même si elle n’arrivait jamais, que ce ne soit pas une catastrophe. Vous êtes vous-même, et bien digne comme cela.
  • Ce n’est pas favorable non plus d’être trop centré(e) sur soi-même. La question est de se demander comment nous pouvons embellir la vie des personnes et du monde qui nous entoure. La question fondamentale de notre espérance n’est pas de recevoir des choses pour nous, que Dieu, le monde, les gens nous apportent la belle vie que l’on rêve. La belle vie c’est d’embellir la vie autour de nous.

A mon avis, c’est cela et comme cela que vous pouvez demander à Dieu. En lui demandant son Esprit, en discernant avec lui quelle vocation vous avez dans le service des autres. De ceux qui ont besoin.

Ce changement de perspective, c’est par exemple ce que propose cette prière inspirée de François d’Assise :

Ô Maître, que je ne cherche pas tant :
À être consolé… qu’à consoler,
À être compris… qu’à comprendre
À être aimé… qu’à aimer.

Dieu vous bénit et vous accompagne
Vous pouvez vraiment placer votre confiance en lui. Il est fidèle, il ne vous laisse pas tomber.

par : Marc Pernot, pasteur à Genève

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *