J’ai été choqué de découvrir que Luther conseille de se méfier des paysans et des juifs

Portrait de Martin Luther jeune par peint par Lucas Cranach l'Ancien (wikicommons - Germanisches Nationalmuseum)

Par : pasteur Marc Pernot

Question d’un visiteur :

Bonjour,
J’ai vu un reportage sur Luther et ce qui m’a un peu (beaucoup) « choqué » c’est qu’à la fin du film, subitement, on découvre que Luther conseille de se méfier des paysans et des juifs.
Pourtant, au début, son combat contre les abus de l’église catholique faisait penser à un être plutôt éclairé et bienveillant pour tous les hommes!!
Qu’est ce qui lui arrive alors à ce moment là ???
Merci.

Réponse d’un pasteur :

Bonsoir

Vous avez tout à fait raison d’être choqué. Moi aussi. Et c’est pourquoi je suis très content de ne pas être ni « luthérien » ni d’ailleurs « calviniste », mais chrétien.

Luther et Calvin ont été des hommes qui ont changé le cours de l’histoire, rendant à chaque fidèle (même le plus modeste socialement) l’accès à Dieu directement, l’accès aux Ecritures, à la prière et la pensée personnelles… Et nous leurs sommes reconnaissants de cela. Très reconnaissants. Ils sont des hommes du XVIe siècle, au tout début de ce processus de retour à l’essentiel et de déblayage des scories accumulées au cours des siècles. Ils nous ont confié de continuer la réforme de notre pensée, de notre relation à Dieu et de nos mœurs pour une plus grande fidélité au Christ dans le contexte de notre vie présente.

C’est pourquoi nous ne sommes pas des disciples de Tartempion, mais nous essayons d’être des disciples du Christ. Nous ne sommes donc ni luthérien, ni calviniens, ni franciscains … mais des chrétiens qui nous inspirons de ce qu’il y a de bien et de bon dans les personnes qui nous inspirent, et au passage nous cherchons à éviter de répéter leurs erreurs. Nous ne sommes pas enfermés dans tel Concile ou Crédo du Ve siècle, ni dans telle ou telle confession de foi du XVIe, ni même du XXIe, mais nous essayons d’être des chrétiens en réforme, avec notre propre pensée et prière. Des disciples du Christ reconnaissant que nous avons à progresser, et donc à nous convertir encore.

Donc, si nous lisons un écrit de Luther, de Calvin, de Saint-Augustin, de Tillich, de François de Salles ou de mère Thérésa, il convient de les lire avec bienveillance et discernement, en ne gardant que le meilleur, qui est souvent de l’ordre du geste libre, personnel, sincère. D’une manière générale, il me semble très utile de prendre conscience de cette complexité de chaque personnage. Ce reportage sur Luther dont vous parlez a bien fait de montrer la belle part de Martin Luther mais aussi le moins bon. Et pour nous, protestants, c’est aussi quelque chose que nous pouvons faire utilement.

  • Les musulmans sont souvent appelés à s’analyser eux-mêmes, purifier leurs sources, reconnaître les difficultés…
  • Les catholiques sont interpellés sur leur histoire et sur leurs histoires (particulièrement en ce moment).
  • Il nous revient de faire aussi de balayer devant notre porte avec lucidité et bienveillance, en ne jetant pas le bébé avec l’eau du bain, mais en jetant quand même l’eau du bain.
Luther antisémite

Page de garde de l’ouvrage Des Juifs et de leurs mensonges de Martin Luther. Wittenburg, 1543

Concernant Martin Luther, il a vraiment été source de libération. Seulement, comme vous le dites, il traîne, semble-t-il, deux « casseroles » de belle taille. Celle de la « guerre des paysans« , et celle de l’antisémitisme. Bien entendu, Luther n’est pas pour nous Jésus-Christ, Calvin non plus, et il est difficile d’être un homme changeant l’histoire sans avoir une personnalité chaude, bouillante, extrême. Mais cela n’excuse pas tout. Un Sébastien Castellion, ou un Philippe Mélanchthon (également au XVIe siècle) étaient considérablement plus respectueux des autres, bien plus tolérants envers la diversité.

En ce moment, malheureusement, des haines viscérales reprennent de la force, et se manifestent soit dans la haine contre les juifs, soit dans la haine contre les musulmans, soit dans la haine contre les chrétiens. C’est pourquoi nous sommes particulièrement choqués par l’antisémitisme de Luther, assez extrême, et que  l’excuse de l’époque ne justifie pas. Hier, et bien plus encore aujourd’hui, l’antisémitisme est absoulment inacceptable. En particulier pour nous qui sommes chrétiens, parce que le respect de la personne est un des deux points essentiels de la foi chrétienne (avec l’amour de Dieu), et aussi parce que Jésus, Marie, les 12 apôtres étaient juifs.

Mais pour nous, Luther, Calvin… ne sont pas Jésus-Christ. « Dieu seul est bon » nous dit Jésus.

Bravo pour votre questionnement.

par : pasteur Marc Pernot

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *