Il est dit d’honorer ses parents, mais mes parents me blessent en attaquant ma foi, j’hésite à leur laisser garder seuls mes enfants.

Par : pasteur Marc Pernot

un panneau jaune mettant en garde contre les serpents - Photo by Zach Savinar on https://unsplash.com/photos/l3r5Et4YhIs

Attention aux serpents à sonnette, prenez de la distance et montrez leur du respect.

Question d’un visiteur :

Bonjour,

Depuis que je suis devenu croyant il y a une dizaine d’année le rapport est devenu très conflictuel avec ma famille.

Je pense que je dois prendre distance avec ceux qui ne me respectent pas, mais la Bible dit d’honorer son père (le miens est mort dans de tragiques circonstances) et sa mère (elle se moque et méprise mes croyances). Elle se moque de moi quand je prie pour remercier pour le repas (je ne le fait que chez moi), fait des allusions à peine voilées sur la bêtise des croyants, etc. Elle affirme que la bible a été écrite par des gens schizophrènes.
Je lui ai déjà parlé pour lui demander d’arrêter, mais elle nie se moquer, elle dit que je vois le mal partout, même si j’entends clairement ce qu’elle dit à son compagnon.

Les allusions aux prêtres pédophiles, aux bondieuseries, aux prêchi-prêcha, etc.. toutes ces expressions méprisantes devinent très difficiles à entendre.
Et comment faire avec mes enfants (touts petits) qu’elle demande de voir ? Si elle ne me respecte même pas moi, comment va-t-elle respecter ses petits enfants ?
Je ne souhaite pas les lui laisser seuls sans être là. Ce manque de confiance, est-ce déshonorer ses parents ?? Merci pour vos conseils.

Réponse d’un pasteur :

Bonsoir

Je suis tout à fait en phase avec vous. Et je suis profondément désolé pour vous.

Ce serait déjà pas sympa de se moquer de la passion d’une personne comme le foot ou le jazz. C’est effectivement un manque de respect profond de mal parler de la foi d’une personne. Rien ne les oblige de devenir eux-même chrétiens, mais dire du mal de la foi d’une personne n’est pas un comportement honorable. Et c’est encore pire quand c’est avec un proche, son conjoint, son enfant. Car la foi d’une personne est une dimension intime, très personnelle de sa façon d’être. Par conséquent, je suppose que ce manque de respect ne se limite pas à la question de la foi, et ce n’est pas du manque de confiance de faire preuve de vigilance.

« Honorer ses parents », c’est honorer ce qui nous donne la vie. Ce n’est donc pas honorer vos parents que de les laisser laisser vous blesser, ou leur permettre de nuire à l’éducation que vous voulez apporter à vos enfants : ce n’est pas honorer ce qui donne la vie mais ce serait honorer ce qui blesse, ce qui engendre de la division, du chaos, du trouble. Je dirais que ce serait les laisser se déshonorer que d’honorer ce type de comportement.

Que faire ? Vous ne les changerez pas. Par conséquent, il faut marquer des limites afin de ne pas vous laisser blesser. Si ce n’est pas possible, il est bon de prendre du recul, sans couper les ponts non plus si possible. Et je suis bien du même avis que vous sur le fait de ne pas laisser possible qu’ils puissent éventuellement aller à contre courant de l’éducation que vous entendez donner à vos enfants.C’est en prenant ces mesures que des relations pourront être maintenues entre vos parents, vous, et vos enfants à vous.

Bravo de chercher à discerner votre chemin en réfléchissant devant Dieu. C’est un bonne démarche. Car c’est ce qui permet d’avancer dans la complexité des situations en faisant au mieux.

Dieu vous bénit et vous accompagne.

par : pasteur Marc Pernot

Print Friendly, PDF & Email

Marc Pernot

bio de Marc Pernot

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Claire-Lise Rosset dit :

    Bonjour,

    On aimerait tant une famille harmonieuse, or la réalité est souvent autre.

    Combien de jeunes parents sont confrontés à des conflits de loyauté envers leurs propres parents et leurs enfants dont leur responsabilité est de les protéger.

    Il y aura toujours ce dilemme entre inscrire nos enfants dans leur histoire transgénérationnelle et les mettre à l’abri de maltraitances diverses de la part des générations ascendantes.

    Il y aura toujours ce dilemme entre mettre de la distance avec nos propres parents et en prendre soin dans leur âge avancé.

    Que faire ? Dans mes moments d’incertitude, j’ai souvent eu pensé à ce verset de Jacques 1 : 5 : si quelqu’un d’entre vous manque de sagesse, qu’il la demande à Dieu qui donne à tous libéralement et sans reproche et elle lui sera donnée.

    Je priais : Mon Dieu, j’ai besoin de ta sagesse et de ton amour dans cette situation relationnelle qui me dépasse et dans laquelle je me noie. Merci de m’aider.

    Je vous souhaite bon courage, avec toute ma compassion pour gérer votre situation avec créativité, assertivité et spiritualité.
    Claire-Lise Rosset

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.