Comment supporter être séparé de ma fiancée pour quelques jours ?

un couple avec chacun une boîte cachant son visage (illustration) -  Image: 'ber-antem'  by Dimaz Fakhruddin 
 https://creativecommons.org/licenses/by/2.0/ http://www.flickr.com/photos/95948424@N08/8959420600

Par : pasteur Marc Pernot

Question d’un visiteur :

Je vous remercie pour toutes vos réponses qui m’ont vraiment aidé et je vous demande de m’aider s’il vous plait dans ce qui suit :

Ma fiancée voudrait voyager pour 15 jours en France avec sa chorale . L’idée de ne la pas voir a coté de moi quotidiennement me gêne, surtout que nous avons trop de choses à faire ensemble pour se préparer au mariage trois mois plus tard. Pour des raisons professionnelles je ne pourrai pas l’accompagner. Pouvez- vous m’aider a résoudre cela? Que ferai-je quand elle n’est pas avec moi ?

Réponse d’un pasteur :

Bonjour Monsieur,

Ce court voyage me semble être une excellente occasion de progresser tous les deux. Il y a bien des formes de couple et de bon couple possibles. Mais en général il n’est pas excellent qu’un couple soit formé de deux personnes soudées ensemble. Il est plus facile que le couple laisse à chacun des deux une part de temps de son côté, tout en gardant bien entendu le respect du couple et de l’amour mutuel. Il est donc normal et bon de pouvoir rester séparés deux petites semaines sans que ce soit un drame. La personnalité de votre fiancée va s’enrichir d’un voyage avec la chorale, tant mieux, cela profite aussi à votre couple.

Ou plutôt : cela pourrait grandement profiter à votre couple. Car peut-être qu’il y a un léger ajustement à faire dans la manière dont vous voyez le couple, votre fiancée et vous. Peut-être que vous avez une conception du couple comme soudés à 99 % du temps libre et qu’elle a une vision de couple avec une part de temps commun à 80% ? Ce n’est pas in compatible, car notre cœur n’a pas un fonctionnement purement mathématique. Mais un des moteurs principaux du couple est de comprendre le mode d’emploi de l’autre, de l’accepter et de s’arranger avec. Nous faisons bien cela avec notre machine à laver, nous pouvons aussi le faire avec notre conjoint ! Mais cela demande de faire attention à l’autre, d’observer consciemment ce qui est important pour l’autre et ce qui est moins important, d’en prendre note et de faire un petit peu (beaucoup) attention. Ce temps d’ajustement de votre couple pendant les premières années est ainsi essentiel.

Pendant ce voyage, vous pouvez en profiter pour faire quelques choses qui vous plaît et qui ne sont pas toujours facile de faire avec votre fiancée, par exemple des choses que vous faisiez avec joie quand vous étiez encore célibataire,  comme de lire un bon roman, retrouver d’anciens copains (si ce sont des gens bien), rendre visite à vos parents ou à des frères et sœurs, retrouver votre ancien loisir de votre prime jeunesse… Et puisque vous m’avez l’air croyant, deux semaines pourrait être comme un temps de retraite où vous investiriez de l’énergie pour approfondir votre foi. Vous pouvez relire un ou deux évangiles pendant cette période, lire un peu de théologie, aller au culte, prier… c’est bon aussi.

Amitiés

pasteur Marc Pernot

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *