Comment faire pour dominer complément ses péchés et par par dessus tout résister à la tentation ?

cockpit d'un avion de ligne - Image par ilot de Pixabay

Existe-t-il un mode d’emploi « simple » pour piloter le dernier modèle d’Airbus ? Or nous sommes dans la création un modèle encore plus perfectionné.

Par : pasteur Marc Pernot

Question d’un visiteur :

Bonsoir pasteur.

J’ai une question à vous poser à laquelle j’aimerais avoir une réponse simple.

En tant qu’humain(homme) j’ai des faiblesses. Et, il y a justement un péché qui est constamment devant moi, pour lequel je n’arrive pas à m’en sortir. Alors pasteur, ma question est celle de savoir comment faire pour dominer complément les péchés et par dessus tout résister à la tentation.

Merci de bien vouloir répondre.

Réponse d’un pasteur :

Bonsoir

onjour Monsieur
Bravo pour cette soif de progresser.
Tout dépend ce que c’est comme « faiblesse » :

  1. Si c’est la nourriture, la boisson ou la drogue, la masturbation, la paresse… c’est une chose.
  2. Si cela implique d’autres personnes à qui vous feriez du mal comme la violence, l’infidélité, le sexe avec n’importe qui, le vol, l’injure ou le harcèlement… c’est tout à fait autre chose.

Ce n’est pas toujours possible d’apporter une réponse simple, désolé. Parce que la vie elle-même n’est pas si simple. Et que nous-mêmes sommes une créature complexe. C’est comme si vous demandiez un mode d’emploi « simple » pour piloter le dernier modèle d’Airbus. Or, dans la création, nous sommes un modèle encore bien plus perfectionné ! Mais je vais essayer de répondre simplement, même si cela sera forcément un peu simpliste.

Dans tous les cas, vous avez bien fait de choisir de vous donner un objectif de progression, et vous avez bien fait de penser à Dieu pour vous aider à prendre votre vie en main. Cela n’est pas magique au sens où Dieu pourrait vous changer en une seconde. C’est parfois le cas mais en général l’action de Dieu en nous est comme celle d’un semeur, nous dit Jésus, qui sème une graine minuscule comme une graine de moutarde et qui pousse, devenant comme un arbre, structurant notre être et accueillant les diverses dimensions sauvages de notre être comme des oiseaux sont accueillis par les branches d’un arbre. Cela demande aussi une participation de la personne elle-même, Dieu ne pouvant bricoler notre être sans notre participation (cela serait du viol). Parfois, cela demande aussi de l’aide sur le plan médical et sur le plan de l’accompagnement par des amis et par des personnes qui connaissent le même problème.

Pour bénéficier de l’aide de Dieu, la prière est un moyen essentiel, la prière seul à seul avec Dieu, matin, midi, et soir. Même si c’est très brièvement. Le fait que nous soyons en totale confiance en Dieu est d’un grand secours. Dieu est amour, il ne nous condamne pas, il est compréhensif, bienveillant, bienfaisant. Nous pouvons ainsi en toute circonstance aller à lui avec nos échecs, notre honte, nous succès et notre fierté, et reprendre auprès de lui des forces nouvelles. Cette difficulté de progresser dans notre comportement, nous l’avons tous. S’en rendre compte, vouloir réagir et demander de l’aide à Dieu est un excellent point de départ. L’apôtre Paul parle de sa propre difficulté ouvertement, et de l’aide du Christ (Romains 7:14-25).

Parmi des deux catégories de faiblesses que j’ai citées ci-dessus. Si votre faiblesse appartient à le seconde catégorie, mettant en cause une ou plusieurs autres personnes, il est clair qu’il convient de prendre soi-même les mesures les plus radicales pour cesser immédiatement et définitivement. Cela peut passer par des mesures concrètes comme de déménager, de s’éloigner d’une personne à qui l’on fait du mal, de couper ses accès à internet…

Dans la première catégorie de faiblesses, tout dépend de la gravité de l’atteinte. Est-ce que cela met en danger notre vie, notre corps ? Cela demande alors un sevrage radical aussi. Il est plus facile d’arrêter complètement d’un coup l’alcool que de diminuer un peu. Et pour cela, il faut en général l’aide de professionnels, de médecins spécialisés dans ce domaine. De même en cas de troubles de l’alimentation ou d’achats compulsifs.

Si c’est la paresse que vous aimeriez vaincre, je pense que l’aide de personnes qui vous soutiennent est particulièrement importante, et de vous fixer des emplois du temps très réguliers pour vous entraîner. Si c’est la masturbation que vous appelez « faiblesse », le fait que ce serait interdit par la Bible est une légende. Si une personne pense ne pas s’autoriser à faire cela, cela lui appartient, mais ce n’est pas une raison pour culpabiliser les autres. Si cela devient frénétique, plusieurs fois par jours, c’est sans doute mauvais pour vous-même, si cela calme vos ardeurs et vous évide d’aller coucher à droite ou à gauche, tout en apportant un moment agréable, alors c’est bien. Dieu n’a rien contre le fait de prendre du plaisir, au contraire, cela fait partie de ses bénédictions, et nous pouvons en rendre grâce.

Dieu vous bénit et vous accompagne

Marc

PS. Voici le passage de la lettre de l’apôtre Paul aux Romains que je citais :

Nous savons, en effet, que la loi est spirituelle; mais moi, je suis charnel, vendu au péché.
Car je ne sais pas ce que je fais: je ne fais point ce que je veux, et je fais ce que je hais.
Or, si je fais ce que je ne veux pas, je reconnais par là que la loi est bonne.
Et maintenant ce n’est plus moi qui le fais, mais c’est le péché qui habite en moi.
Ce qui est bon, je le sais, n’habite pas en moi, c’est-à-dire dans ma chair: j’ai la volonté, mais non le pouvoir de faire le bien.
Car je ne fais pas le bien que je veux, et je fais le mal que je ne veux pas.
Et si je fais ce que je ne veux pas, ce n’est plus moi qui le fais, c’est le péché qui habite en moi.
Je trouve donc en moi cette loi: quand je veux faire le bien, le mal est attaché à moi.
Car je prends plaisir à la loi de Dieu, selon l’homme intérieur;
mais je vois dans mes membres une autre loi qui lutte contre la loi de mon entendement, et qui me rend captif de la loi du péché qui est dans mes membres.
Misérable que je suis! Qui me délivrera de ce corps de mort?…
Grâces soient rendues à Dieu par Jésus-Christ notre Seigneur!…

(Romains 7:14-25)

par : pasteur Marc Pernot

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *