Comment convaincre l’orgueilleux en nous de se transformer à partir de la sagesse des écritures…?

grand tetras faisant sa parade - Image par Thomas Griesohn-Pflieger de Pixabay Par : pasteur Marc Pernot

Question d’un visiteur :

Tout d’abord un immense merci à Dieu de m’avoir fait vous découvrir, que de sagesse dans vos interprétations de la bible, très éclairant et aidant!
Je voulais savoir ce que vous pensez de l’orgueil, qu’est-ce que c’est et comment convaincre l’orgueilleux en nous de se transformer à partir de la sagesse des écritures…?
Merci du fond du cœur!

Réponse d’un pasteur :

Bonsoir Monsieur

Si vous vous posez la question, c’est sans doute que vous n’êtes pas si orgueilleux que vous le craignez. Ensuite, vous cherchez de l’aide extérieure, par la Bible, la foi, Dieu? C’est encore un bon signe. Ce serait déjà bien de désirer être moins orgueilleux par le travail de sa propre sagesse. Vous êtes plus humble que cela puisque vous cherchez de l’aide supplémentaire. Donc, bravo.

En même temps, il faut une juste estime de soi, sans que cela tourne à l’orgueil, il faut une certaine fierté d’exister, et d’être ce que l’on est. Parce que c’est vrai que nous sommes un assemblage d’atomes qui est assez extraordinaire, et que notre personnalité est tout à fait unique. Et il nous est arrivé, une fois ou l’autre, de faire un geste plutôt sympa : ce n’est pas mauvais de savoir s’en réjouir, car en le notant au passage cela nous aide à avancer dans le bon sens.

Parfois, l’humilité, voire l’humiliation, a trop été valorisée. Hélas, c’était parfois pour mieux écraser les fidèles devant les puissants (prétendant détenir la sagesse de Dieu lui-même — « ben voyons »). Cela dit, c’est vrai que l’orgueil est un poison qui rend la personne bien mal en point et assez invivable, assez nocives dans son environnement.

Je pense que la Bible est un bon miroir pour mieux se connaître et donc pour travailler afin d’avoir une plus juste connaissance de soi-même, en vérité, et donc diminuer l’orgueil et mettre en place notre juste estime de nous-même, notre juste fierté d’avoir fait quelque chose, par exemple, de pas trop mauvais.

La théologie est une façon de réfléchir sur l’idéal que nous nous donnons, qui est en réalité Dieu lui-même. En effet, le projet est d’être « à l’image de Dieu » (Genèse 1:27), ou, comme le dit Jésus d’être « parfaits comme (n)otre Père Céleste est parfait« . Se prendre pour Dieu serait un orgueil pas tellement favorable à notre propre cheminement, nous rendrait invivable pour les autres et nous couperait de Dieu. Il est bon de méditer sur les qualités de Dieu, sur l’être même de Dieu et de noter l’écart entre ce que nous sommes et ce qu’est Dieu, cela a bien des avantages : de nous donner une visée excellente (pleine de bonté et de libre créativité), de torpiller notre orgueil (en relevant notre marge de progression), de noter en quoi nous ne serions déjà pas mauvais (ce qui peut nous donner des pistes pour le mettre au service du plus grand bien autour de nous).   Par exemple quand on médite sur l’hymne à l’amour de Paul (1 Corinthiens 13), on ne peut faire honnêtement que de constater que cet amour dont il parle (et qui est Dieu) n’est pas étranger à ce qui nous anime mais que nous sommes bien loin de le vivre pleinement en toute circonstance…

Seulement, la sagesse n’est pas tout. Arriver à la vivre est un second volet qui est encore plus difficile. Nous avons un mal de chien à changer nos défauts de caractères. Rien que de noter cela peut nous donner un coup à notre orgueil. C’est pourquoi l’aide de Dieu est vraiment irremplaçable en ce domaine, selon l’expérience de milliards de personnes depuis des milliers de générations.

C’est pourquoi la philosophie et la théologie, les sciences bibliques ne suffisent pas. La prière quotidienne nous permet de nous ouvrir avec confiance à l’aide de Dieu dans ce chantier où nous sommes appelés à travailler avec lui.

Dieu vous bénit et vous accompagne.

par : pasteur Marc Pernot

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *