Quand la souffrance attise l’aridité intérieure (Francine Carillo)

Illustration : chemin de prière - photo extraite de https://www.instagram.com/epg_geneve/
Quand la souffrance
attise l’aridité intérieure,
quand les jours ne sont plus que pauvreté
enroulée sur elle-même,
quand tout a l’air de rien
et que se perd le goût de J’avancée,

de toi je ne sais qu’un presque rien…

Et pourtant,
tu viens prendre nom
au creuset de mon exil
comme la source qui ravive,
la présence qui déplie,
le regard qui fait voir,
le souffle qui met au large

De toi , je ne sais qu’un presque rien…

mais je devine ta trace
à la profondeur de ce qui m’est rendu:
la passion pour les gestes qui font vivre,
le courage des solidarités ,
l’envie des chemins risqués

De toi je ne sais qu’un presque rien…
mais de ce presque rien, je vis !

Francine Carillo
(Traces Vives, p. 27)

N’hésitez pas à proposer une prière qui vous a aidé à prier.

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *