Bonne résolution : soigner ma foi, mon élan vital, comme si elle était ma fille chérie

Par : pasteur Marc Pernot

petite fille népalaise tenant dans ses bras un agneau - Image par Peter Colgan de Pixabay Le prophète Nathan raconte :

Un pauvre n’avait rien qu’une petite brebis, il la nourrissait et elle grandissait chez lui avec ses enfants, elle mangeait de son pain, buvait dans sa coupe, dormait sur son sein, et il la regardait comme sa fille.
2 Samuel 12:3

Ne serait-ce pas ainsi que nous pourrions regarder en nous ce qui nous est essentiel : notre foi, notre élan vital, notre capacité à nous émouvoir, à aimer, à espérer, à savoir nous réjouir et faire preuve de gratitude ?

Se regarder comme riche de cela seulement même si nous avions tout par ailleurs. Et même si étions en difficulté par ailleurs.
En effet, ce souffle rend notre rapport à tout le reste plus vivant et plus vivifiant.

Regarder ce souffle comme une petite brebis qui attend tout de nous pour vivre. Le regarder comme notre enfant. Et pourtant ce n’était pas à la base notre enfant, puisque ce souffle qui nous habite est un souffle divin ne vient pas de nous-mêmes mais d’une autre dimension, étrangère à notre univers tissé de molécules, animé de réactions chimiques. Et pourtant, dès lors que Dieu nous l’a donné, ce souffle anime notre être. Il n’est même pas au fond de notre être, il est la vie de notre être.

La foi consiste à adopter cette brebis comme notre fille chérie, la nourrir comme nous nous nourrissons, la faire boire comme nous nous désaltérons, l’aimer et la choyer quand nous nous couchons dans notre lit ou dans quelques couvertures si nous n’avions pas de toit. Prendre contre notre foi contre nous pour nous réchauffer mutuellement.

C’est au jour le jour que nos qualités spirituelles peuvent être ainsi considérées et soignées. Quelle profonde joie de voir sa foi se fortifier, en grâce et force et en sagesse. De voir sa paix, cette vraie paix que le Christ donne, prendre de la hauteur en notre sein.

Au jour le jour. Au rythme des dimanches, au rythme des saisons et des années, des rencontres, des coups durs et des bonnes surprises, des moments de grâce, au rythme de notre vie, nous regarderons notre foi comme notre fille chérie. Et elle grandira.

pasteur Marc Pernot

PS. Cette prière : « Je vais prendre le temps » tirée du “livre de Lézard”.

Print Friendly, PDF & Email

Marc Pernot

bio de Marc Pernot

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Pascale dit :

    D’expérience, la foi peut facilement être vécue en véritables dents de scie, au gré des circonstances et des humeurs, jusqu’à, par négligence, des périodes où on ne pense plus du tout à Dieu. On a alors l’impression de faire globalement du surplace, de vivre en quelque sorte un éternel recommencement. Cela demande effectivement de la volonté pour ne pas en rester là, pour trouver ce qui nous correspond, ce qui nous aide à vivre notre foi avec constance et fidélité, ce dont j’ai un grand désir. Ce magnifique texte, visiblement écrit à l’occasion de ces résolutions plus ou moins sérieuses que l’on prend en début d’année, est un réel encouragement à en faire quelque chose de sérieux. Heureusement, on peut prendre de bonnes résolutions à tout moment. Ce qui est génial, Marc, c’est que, tout en donnant une bonne idée de résolution, vous fournissez sur ce site, des outils précieux pour aider à la tenir, en offrant (entre autres) la possibilité d’une réflexion au quotidien et sur le quotidien. Petit à petit, la dimension de la foi intègre ainsi tous les domaines de la vie, même le plus banal, sans pour autant s’astreindre à une série de règles comme le font parfois les religions. Même s’il peut arriver que c’est un peu fatigant, cela donne une impression de vie plus intense. Et je vous en suis tellement reconnaissante !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.